J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Espace du partage

Espace du partage

Contexte

Aubagne ne dispose pas d’accueil de nuit. Il existe cependant une forte mobilisation associative et le partenariat engagé entre des associations signataires d’un protocole d’accord permet de développer durant toute l’année des actions coordonnées par une véritable mutualisation des moyens et des compétences. Le CCAS a agi comme fédérateur et facilitateur dans la mise en œuvre et l’animation du réseau.

Description / Fonctionnement de l'action

L’espace du partage, ouvert de 7 à 12 heures du lundi au vendredi, est un exemple de partenariat et de coordination associative qui permet de couvrir sur le territoire d’Aubagne les besoins d’accueil, d’orientation et de mise à l’abri des SDF de passage ou plus sédentarisés sur la commune, sous l’égide du CCAS.
La mise en œuvre d’une veille sociale locale mensuelle réunissant les acteurs de l’urgence sociale est reconnue par la DDASS comme instance de vigilance des alertes météo. Une action PRAPS (Programmes Régionaux d’Accès à la Prévention et aux Soins) de prévention et d’éducation à la santé est opérationnelle sur le territoire une demie journée par semaine, de même que des opérations spécifiques : activités, ateliers animés par des professionnels et bénévoles. Un guide de l’urgence sociale est mis à disposition dans tous les lieux d’accueil du public. En période de grand froid, des maraudes sont organisées en soirées et un gymnase équipé de lits est ouvert.

Bilan

Points positifs : un tel dispositif permet l’activation du partenariat formalisé dans un protocole avec engagement réel sur le terrain et la poursuite de l’espace du partage.De plus, depuis l’année 2005, cette action comprend la mise à disposition d’un local commun « la maison du partage » (effective depuis le 31 janvier 2005) et par conséquent, le fonctionnement d’un accueil de jour géré par le CCAS sur la base de l’intervention des associations (bénévolat).
La maison du partage permet donc un accueil de jour pour les personnes sans résidence stable le matin, mais également la prestation d’activités d’animation hebdomadaires l’après-midi : atelier puzzle, atelier peinture, permanences d’insertion professionnelle et mensuelles telles que l’accès à la culture, les loisirs, les vacances (partenariat avec spectateurs, associations pour le développement d’activités liées à la lecture, l’écriture, les sorties culturelles...).

A noter que l’analyse des besoins sociaux du CCAS a permis le repérage d’autres problématiques telles que la monoparentalité, les femmes en situation d’exclusion, qui font elles aussi l’objet d’activités mensuelles.

L’espace du partage est aussi un lieu de cocréation de développement social qui permet à des associations de se greffer au dispositif : la cité de la joie (association locale de femmes), ADL PROVENCE pour la réalisation d’un support multimédias sur la base d’interviews auprès de la population en grande précarité.

Moyens

Moyens humains :
- 1 équipe de bénévoles mis à disposition par des associations,
- soutien logistique et organisationnel assuré par des agents du CCAS,
- 1 éducateur chargé du suivi social.

Budget : 
Accueil aide administrative, petit déjeuner, douche... financé par la DDASS, la Ville et le CCAS.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

DDASS : pôle urgence, urgence sociale, le CCAS, SARA Action PRAPS, associations caritatives et humanitaires : Croix Rouge, Secours Populaire et Secours Catholique, urgences et solidarités Restos du Cœur, le CCAS, les pompiers.

Ils financent l'action

DDASS : subvention de départ de pour l’ouverture du gymnase et la mise à l’abri (nuits d’hôtel).

Les observations du CCAS/CIAS

Un tel dispositif favorise la valorisation du bénévolat des associations et la mutualisation des actions. Il ne s’agit pas d’un partenariat, ni octroyé, ni financé par des subventions saupoudrées, mais d’un réel partenariat négocié. L’espace du partage c’est aussi l’animation d’un partenariat sans moyens extraordinaires avec la finalisation du projet de création de la maison du partage et surtout l’amélioration de l’offre de services en direction d’un public en situation ou en risque de précarité ou d’exclusion.

Photo : Wikimedia Commons / Ludo33

Retour en haut de page