J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

EPISOLEIL : épicerie à vocation sociale

EPISOLEIL : épicerie à vocation sociale

Contexte

Le projet de l’épicerie sociale s’est inscrit, depuis 1998, dans une démarche globale d’un service public efficace, attentif aux besoins des populations fragilisées et en difficulté. Ce projet apporte notamment une réponse à des problèmes de gestion de budget et d’adaptation de la consommation courante des familles à leur budget.

Description / Fonctionnement de l'action

Située au coeur d’un quartier sensible, l’épicerie est un lieu d’approvisionnement qui fonctionne comme un magasin où l’on choisit ses produits étiquetés à leur valeur marchande réelle mais dont le prix payé est inférieur.
L’instruction préalable d’un dossier permet d’octroyer à la famille le droit d’accéder à l’épicerie. Les critères d’admission sont déterminés par un quotient familial mensuel calculé par les services du CCAS. Une carte d’accès est remise aux bénéficiaires pour une période de trois mois. Elle précise la ligne de crédit accordée et représente une valeur marchande que les bénéficiaires utilisent exclusivement à l’épicerie.
La participation financière de la famille se monte à 10% de la valeur marchande des produits.
L’épicerie a été conçue pour donner aux plus démunis un statut de consommateur responsable de ses choix par une meilleure utilisation des produits. Elle est également un espace à vocation sociale et éducative, un lieu de rencontres, d’écoute et d’échanges pour les bénéficiaires. Un programme d’actions socio-éducatives (gestion des budgets familiaux, santé, hygiène, alimentation...) est mis en oeuvre pour recréer des liens sociaux dans une ambiance conviviale. Tous les produits disponibles sont achetés pour garantir un certain niveau de qualité et la gestion des dossiers est assurée par des moyens informatiques.

Bilan

Il apparaît, après dix années d’existence, que l’aide alimentaire reste essentielle pour les populations en difficulté.
Toutefois, cette population se diversifie puisque l’épicerie touche aujourd’hui des personnes salariées ou retraitées, le plus souvent en situation d’endettement. C’est pourquoi le conseil d’administration a décidé une revalorisation des barèmes d’accès, la mise en place d’un nouveau réglement intérieur, d’actions socio-éducatives et de suivis sociaux personnalisés supplémentaires.

Moyens

Moyens humains : un agent administratif pour l’instruction des dossiers, une conseillère en économie sociale et familiale pour les suivis sociaux et les animations, deux agents (technique et administratif) pour la gestion du magasin.
Moyens financiers : 216 000 euros chaque année pour les salaires des personnels et l’achat des marchandises.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Fournisseurs de produits : Ets Leclerc, Pomona, CVP-Disma.

Ils financent l'action

Conseil général du Pas-de-Calais dans le cadre d’une subvention de fonctionnement annuelle (6 800 Euros par an).

Les observations du CCAS/CIAS

Le fait d’accorder une aide alimentaire sous forme de crédit permet aux bénéficiaires d’accéder à un statut de consommateur dont on respecte les choix.

Non seulement l’épicerie répond de manière rapide et efficace à un besoin alimentaire, mais elle permet de bénéficier d’informations et de conseils dans le domaine alimentaire et d’être acteur de sa propre insertion par une démarche participative.

Photo : Wikimedia Commons / Floflo62

Retour en haut de page