J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Epicerie sociale, solidaire et participative « Le Panier des 4 Saisons »

Epicerie sociale, solidaire et participative « Le Panier des 4 Saisons (...)

Mise en place d’une épicerie solidaire qui fonctionne grâce aux adhérents qui en bénéficient. Elle s’adresse à toutes personnes, toutes familles orientées par un travailleur social. Chaque intégration fait l’objet d’une contractualisation entre l’intéressé(e), la coordinatrice et le référent social. L’accent est mis sur la participation des adhérents. L’organisation et le fonctionnement de la structure se fondent sur un principe d’échanges et de concertation.

Cette action avait été présélectionnée par l’UNCCAS dans le cadre des Prix de l’Innovation Sociale Locale 2016.

Contexte

Constat initial : pour faire face aux demandes alimentaires, un projet collectif a été mis en place afin de répondre de manière plus éducative aux administrés. Tout au long de ces années, le dispositif a évolué : d’un groupement d’achats, il s’est transformé en une épicerie sociale et solidaire avec les objectifs cités plus bas : rupture de l’isolement, insertion sociale, reprise de confiance, dynamique...

L’Analyse des besoins sociaux menée récemment au CCAS de Cenon a permis de repérer certains phénomènes :

  • la fragilité des familles et plus particulièrement les familles monoparentales (problématiques financières, difficulté dans la fonction parentale, accès aux droits) ;
  • la précarisation et l’isolement des personnes âgées qui impliquent des conséquences en matière d’isolement familial et social.

L’action du Panier répond toujours aux besoins de la population et continue d’être un levier important en termes d’insertion sociale. Une charte de fonctionnement a été créée. Elle est réactualisée régulièrement en incluant les nouvelles dynamiques du dispositif

Description / Fonctionnement de l'action

Finalité de l’action

L’insertion sociale et/ou professionnelle, la redynamisation personnelle.

Principaux objectifs

  • Encourager l’intégration sociale des personnes et leur place au sein d’un groupe d’adhérents en favorisant leur implication
  • Rompre l’isolement, renouer du lien social
  • Permettre l’accès à des produits alimentaires et d’hygiène à tarifs préférentiels
  • Favoriser l’ouverture vers l’extérieur par la mise en place de rencontres pédagogiques
  • Valoriser les savoirs faire des adhérents
  • Travailler sur la confiance en soi, l’image de soi

L’épicerie sociale et solidaire se questionne régulièrement par rapport à son dispositif et ses méthodes d’intervention. Elle met les adhérents au cœur du dispositif.

Plusieurs actions visant à la démarche participative des adhérents :

 

Le contrat tripartite

 
Toute intégration à l’épicerie sociale et solidaire doit être contractualisée.

En effet, afin que la personne se sente au cœur de la démarche, un rendez vous tripartite est nécessaire entre l’intéressée, la coordinatrice et le référent social. Cette rencontre permet de poser les objectifs et les engagements du contrat avec la personne. Un premier contrat de découverte de 3 mois est proposé afin que la personne prenne ses marques et que chacun puisse évaluer la nécessité de poursuivre ou non (intégration au groupe, participation à la vie de l’épicerie, …). Si l’intégration est effective, les contrats suivants appelés contrat de participation, d’une durée de 6 mois nécessitent une rencontre tripartite à chaque échéance dans la limite de 2 ans (cf. pièce jointe).
 

La création cette année du groupe Passerelle

 
Plusieurs actions ont été mises en place afin de faciliter la sortie du dispositif pour les personnes. Des conventions avec le Centre Social ont été créées afin de faciliter la venue des adhérents sur cette structure d’accueil ou encore avec Musiques de Nuit et le Rocher de Palmer …

Depuis cette année, à la demande des adhérents, le groupe Passerelle a été mis en place. C’est un groupe qui a pour objectif de travailler la sortie du dispositif. Cette demande a émergé au vu de la difficulté à quitter l’épicerie au bout des 2 ans et surtout afin de pérenniser les objectifs posés avec la personne. Ces temps de passerelle permettent aux personnes ayant signé leur dernier contrat, de se projeter sur « l’après épicerie » en travaillant sur de futurs projets. Ces rencontres sont des temps d’échanges et permettent d’aller vers des structures de proximité (emploi, formation, loisirs, bénévolat, …) et de s’approprier l’existant.
 

La participation au fonctionnement de l’épicerie sociale et solidaire

 
Le souhait est avant tout de faire participer les adhérents (sur un principe de « donnant/donnant »). Chacun doit ainsi participer à des tâches liées au fonctionnement de l’épicerie : mise en rayon, relevé des stocks, réapprovisionnement des rayons, cuisine une fois par mois et préparation du café convivialité sur les temps d’ouverture de l’épicerie le jeudi. Au travers de ces tâches accomplies, chacun se sent valorisé en permettant à l’épicerie de fonctionner.
 

Le Partenariat avec Musiques de Nuit

 
Dans le cadre d’un partenariat avec une salle de spectacle « Le Rocher de Palmer » sur Cenon (Musiques de nuit), les adhérents bénéficient de tarifs préférentiels pour se rendre à des spectacles et concerts. La nomination d’un adhérent chargé d’aller récupérer régulièrement les places de concert le responsabilise car il a la mission de les redistribuer aux adhérents.
 

La mise en place d’activités et d’actions

 
Des actions et activités sont mises en place de manière hebdomadaire. Elles sont proposées par les adhérents au travers leurs besoins et leurs envies. La coordinatrice est présente afin de les solliciter régulièrement. C’est ainsi qu’une socio-esthéticienne a pu intervenir, que des cours d’informatique ont été mis en place. Néanmoins, certaines actions pédagogiques comme les ateliers liés à la santé, à la nutrition par exemple sont proposées par la structure en fonction des problématiques repérées par les professionnels.

La mobilisation des adhérents est un enjeu important qui nécessite un travail sur du long terme.
 

Les instances participatives

 
Le Comité de pilotage a lieu 3 à 4 fois par an. Il regroupe dans un premier temps les professionnels M.D.S.I. et C.C.A.S. ainsi que les élus et permet dans un second temps l’intervention des représentants des adhérents. C’est un moment qui leur est réservé afin de faire émerger les suggestions, envies, besoins de l’ensemble du groupe.

Une réunion entre adhérents est organisée juste avant afin de préparer leur intervention sur ces comités. Il est à noter que ces représentants sont élus en leur sein par l’ensemble du groupe d’adhérents.

Les outils pour évaluer l’action

Plusieurs outils sont utilisés afin d’évaluer le dispositif qualitativement ainsi que quantitativement :
 

Les contrats tripartites avec objectifs

 
Ces contrats sont signés tous les 6 mois. Ils permettent la rencontre entre l’intéressée, la coordinatrice et le référent social. C’est sur ces temps là qu’il est possible d’évaluer de part et d’autres l’implication et les objectifs fixés au départ.. Il s’agit d’un moment privilégié où l’adhérent s’extrait du groupe et peut s’exprimer librement.
 

Questionnaire de satisfaction

 
Régulièrement, le groupe est interrogé. A ce titre, un questionnaire a été travaillé et distribué début 2016. Il est actuellement en train d’être analysé.

Il permettra de connaitre la satisfaction des adhérents au vu des objectifs que se fixe le dispositif et d’essayer de poser des solutions si cela est nécessaire. Cet outil permet de prendre du recul sur le dispositif afin de mieux l’évaluer.
 

Tableaux de suivis et rapport d’activités

 
Plusieurs tableaux de suivi sont tenus à jour afin d’avoir des éléments d’évaluation quantitatif : suivi du nombre de bénéficiaires, des entrées et sorties, situation familiales des personnes, montants accordés, …

Bilan

En 2015, l’action a concerné 36 familles soit 91 personnes contre 38 familles et 102 personnes en 2014 et contre 41 familles et 115 personnes en 2013.

Sur les 36 familles, 44,4 % ont été orientées par un travailleur social de la M.D.S.I., 55,6 % par un travailleur social du C.C.A.S. (en 2014 : 40 % orientés par la M.D.S.I. et 52,5 % par le C.C.A.S.).
102 contrats ont été signés en 2014 (1ers contrats et renouvellements confondus), contre 150 en 2013.

Des instances de réunions régulières et obligatoires sont organisées afin de proposer des projets, des actions, de prendre des décisions et de faire constamment évoluer la structure. En 2015, 8 réunions ont été mises en place avec les adhérents, 2 entre adhérents et 2 comités de pilotage.

Composition familiale

Même si leur nombre est en diminution, les foyers avec enfants sont toujours majoritaires au Panier (55,5 % contre 52,6 % en 2014, 68,3 % en 2013) dont 38,8 % de familles monoparentales sur la totalité des foyers (contre 42,1 % en 2014 et 48,8 % en 2013 ).

Le nombre de personnes isolées est en augmentation, 38,8 % contre 34,2 % en 2014 et contre 24,4 % en 2013.

Ressources du foyer

La majorité des adhérents du Panier est bénéficiaire du R.S.A. : 75 % contre 73,7 % en 2014, 70,7 % en 2013. Les bénéficiaires du R.S.A. sont toujours les plus nombreux à participer à l’action du Panier.
Le Panier est souvent le moyen d’engager des actions en termes de remobilisation. Ces actions
peuvent même parfois être mentionnées dans le C.E.R. (Contrat d’Engagements Réciproques).

Les personnes retraitées sont en baisse cette année (5,5 % en 2015 contre 7,9 %, 4,9 % en
2013) alors que les personnes bénéficiant de l’A.A.H. ou d’une pension d’invalidité ont une légère tendance à la hausse ( 16,7 % en 2015 contre 15,8 % en 2014).

Les actions pédagogiques

L’année 2015 a permis de poursuivre et de consolider les différents partenariats avec la M.D.S.I., l’association « Musiques de nuit », le Centre Social « La Colline », Proxisanté, le réseau des épiceries sociales et solidaires et les différents intervenants extérieurs.

Cette consolidation a rendu possible, conjointement avec les adhérents, la construction d’un projet d’insertion sociale autour d’actions pédagogiques.

De nouveaux partenariats se sont mis en place avec la C.P.A.M. et le département. Un travail a été amorcé sur l’accès aux soins avec la mise en place de réunions d’informations et de bilan de santé avec la C.P.A.M.
Avec le département, un projet autour de l’expression se met en place avec la constitution d’un groupe d’échange

Santé et bien-être

Plusieurs interventions complémentaires ont été mises en place afin de facilité la santé et le bien-être des adhérents.

Un travail avec le partenaire Proxisanté a été engagé. 6 ateliers ont été proposés autour de la difficulté des adhérents à s’occuper d’eux, à lâcher prise et à gérer leur stress. Les ateliers avaient pour thème « Manger, Bouger, Relaxer ». Deux ateliers sur la nutrition et la confiance en soi, deux sur la pratique d’une pratique sportive (encadrés par un éducateur sportif) et deux autour de la relaxation avec une sophrologue.

Ce travail a été complété avec l’intervention d’une socio-esthéticienne sur la notion d’estime de soi et de détente avec 5 séances (relooking,massages, soins, …).

2 sorties au Hammam ont été mises en place afin de faire découvrir un lieu de détente peu onéreux et de proximité.

Culture

Le Panier des 4 Saisons a proposé tout au long de l’année des sorties culturelles permettant aux adhérents d’accéder à la culture. Ainsi, en renforçant le partenariat avec Musiques de nuit, les adhérents ont visité le Rocher de Palmer et ont assisté à 9 concerts et à 2 siestes musicales.

Le partenariat avec l’association « Musiques de nuit » est positif. La nomination d’un référent, la mise à disposition de la salle de repos pour les repas de fin d’année ainsi que le contact permanent avec la médiatrice, ont permis de développer des relations de partenariat privilégiées.

Diverses visites pour découvrir le patrimoine et les musées ont été proposées.

Certaines autres visites ont du être annulées par manque d’inscription. L’accès à la culture reste un travail de communication et de mobilisation sur du long terme auprès des adhérents.

Moyens

Moyens humains

  • 1 coordinatrice du dispositif à 0,6 E.T.P.
  • 1 agent social à 0,5 E.T.P.
  • 1 chef de service à 0,2 E.T.P.

Moyens matériels

  • Des locaux mis à disposition pour permettre l’accueil des familles
  • 2 bureaux avec un poste informatique
  • 1 caisse enregistreuse, tables, chaises, présentoirs, étagères, …
  • Matériel pédagogique lié à la mise en place d’ateliers, d’activités

Budget / coût de l’opération

Charges en eurosProduits en euros
Charges d’exploitationProduits d’exploitation
60 Achats70 Vente de produits finis, de marchandises, prestations de services
Prestations de services actions pédagogiques 3 900,00
Achats matières et fournitures alimentation 27 100,00
Autres fournitures entretien/hygiène 6 300,00
61 Services extérieurs 74 Subventions d’exploitation
Locations Département de la Gironde 7 500,00
Entretien et réparation
Assurances Etat (CNASEA, emplois aidés, DRAC, …)
Divers transports + téléphone + alarme 2 610,00
62 Autres services extérieurs Région
Rémunérations intermédiaires et honoraires indemnité régisseur 72,00
Dont intermittents Intercommunalités : EPCI, Métropole
Publicité, publication
Déplacement, missions Communes 83 472,00
Services bancaires, autres
63 Impôts et taxes Europe (FSE, FEADER, FEDER, FEAMP)
Impôts, taxes et versements assimilés Précisez :
64 Charges de personnel
Salaires et traitements 41 230,00 CAF 410,00
Dont intermittents Autres financements publics (FSL)
Charges sociales 17 670,00 Autres financements privés (don, mécénat)
Taxes sur rémunérations et autres
65 Autres charges de gestion courantes 75 Autres produits de gestion courante
Sorties autonomes 500,00 Dont cotisations, licences, adhésions, … 8 000,00
66 Charges financières 76 Produits financiers
67 Charges exceptionnelles 77 Produits exceptionnels
68 Dotations et amortissements 78 Reprises sur amortissements et provisions
Total Charges 99 382,00 Total Produits 99 382,00

Les partenaires

Partenaires opérationnels

L’épicerie s’inscrit dans une démarche partenariale. Elle implique plusieurs acteurs :

  • La Maison Départementale de la Solidarité et de l’Insertion (M.D.S.I.) : Les travailleurs sociaux de la M.D.S.I. orientent des personnes et assurent le suivi des situations en lien avec la coordinatrice. Il s’agit pour la M.D.S.I. d’un outil lui permettant de répondre à certains besoins (insertion sociale, redynamisation).De plus, 2 travailleurs sociaux sont impliqués au sein de l’épicerie en mettant en place des ateliers et des actions avec et pour les adhérents.
  • Le Centre Social La Colline : le partenariat mis en place avec le Centre Social permet aux adhérents de découvrir cette structure de proximité et d’en faciliter l’accès
  • Musique de nuit : l’accès à des structures culturelles est facilité.
  • Proxisanté : partenaire intervenant sur le volet santé/bien être
  • Socio esthéticienne : partenaire intervenant aussi sur le volet santé/bien être
  • Cyber base : partenaire permettant l’accès à des cours d’informatique collectif

En interne, les modalités de gouvernance sont les suivantes :

  • Représentants d’adhérents : 2 représentants des adhérents ainsi qu’un suppléant sont élus afin de représenter le groupe dans les décisions et les suggestions à apporter au dispositif.
  • Comité de pilotage (3 à 4 fois par an) : c’est une instance sur laquelle professionnels et représentants d’adhérents se retrouvent. Cette instance permet le dialogue, le réajustement et la co-construction des actions et activités au sein de l’épicerie.
  • Réunion d’adhérents : des réunions entre adhérents sont mises en place afin de préparer les comités de pilotage et de faire émerger des idées.

Ils financent l'action

  • Conseil départemental (7 500 €) dans le cadre du Plan départemental pour l’égalité et l’accès aux droits
  • CCAS de Cenon (83 472 €) dans le cadre du fonctionnement
  • CAF (410 €) dans le cadre du P.V.T.

Les observations du CCAS/CIAS

Cette action a un potentiel à être essaimée sur d’autres territoires notamment des territoires ruraux où l’offre est peu ou pas existante.

Les principales vigilances pour développer ce type d’action concernent l’importance de porter les informations jusqu’aux partenaires afin que cette action puisse être valorisée et servir d’outils d’insertion à chacun.

A long terme, il est important de toujours veiller à maintenir la dynamique du groupe. Ce dernier change régulièrement puisqu’il y a des entrées et des sorties permanentes, il est donc primordial de veiller à son dynamisme constant.

Photo : Wikimedia Commons / Faon33150

Retour en haut de page