J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Epicerie sociale annemassienne

Epicerie sociale annemassienne

Depuis 2002, la municipalité soutient la coordination de l’aide alimentaire sur sa ville dans un souci de cohérence et de respect de l’usager. L’épicerie sociale est née de la fusion de deux structures d’aide alimentaire, celle gérée par la Ville et celle gérée par une association existant depuis 1991.

Description / Fonctionnement de l'action

Globalement, les personnes sont orientées vers l’épicerie sociale par le travailleur social de son secteur après évaluation de la situation. La structure est ouverte trois demi-journées par semaine. Un ménage ne peut venir qu’une fois par semaine. Un jour et une heure de venue lui sont indiqués.

La famille est alors accompagnée par un bénévole dans ses choix. Une participation financière lui est demandée à hauteur de 10 % et/ou 50 % de la valeur du produit choisi en fonction de son origine.

Bilan

En 2009 : 338 familles ont été aidées par l’épicerie sociale, ce qui représente 979 personnes dont 459 adultes et 520 enfants. L’aide est d’une durée de 6 mois maximum. Si le CCAS constate que le besoin des familles est toujours présent, alors l’assistante sociale est chargée de trouver une solution plus adaptée à celle-ci. Aussi, l’aide alimentaire ne pouvant trouver toute sa dimension si l’aspect éducatif n’est pas abordé avec les familles bénéficiaires, des ateliers collectifs (gestion budgétaire, prévention surendettement...) ont été mis en place. Le souci est de mobiliser toujours davantage de personnes pour y participer.

En 2018 : 826 ont été aides par l’épicerie sociale. 162 nouveaux ménages ont intégrés l’épicerie avec un total de 179 part de famille avec enfant.

Moyens

Moyens humains

  • une trentaine de bénévoles se relayent au sein de cette structure
  • les services techniques de la Ville assurent le transport des marchandises
  • une conseillère en économie sociale et familiale
  • un agent à mi temps

Les partenaires

Partenaires opérationnels

La Banque alimentaire de Haute-Savoie, avec qui la commune a passé une convention, nous approvisionne pour une part des produits. L’autre part étant achetée auprès des grandes surfaces de la ville.

Les observations du CCAS/CIAS

La complémentarité découlant de l’association bénévoles/professionnels semble être un élément favorable au bon déroulement des actions menées au sein de cettre structure. Par ailleurs, les locaux spacieux et adaptés permettent de créer des espaces de confidentialité. La fréquence des jours d’ouverture (y compris le samedi matin) permet la mise en place d’un accueil des bénéficiaires par plage horaire, ce qui réduit considérablement les temps d’attente parfois trop longs et de ce fait, les conflits qui peuvent en découler.

Photo : Wikimedia Commons / Ludovic Péron

Retour en haut de page