J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

EHPAD : la hausse des tarifs d’hébergement se poursuit

EHPAD : la hausse des tarifs d'hébergement se poursuit

La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) a publié une nouvelle étude des prix des EHPAD pour 2018, fondée sur les tarifs transmis par 89% des établissements en 2018. Elle constate une augmentation de 1,2% des tarifs mensuels des hébergements, le prix médian d’une chambre individuelle étant situé à 1977 euros.

Augmentation de 1, 3 % des prix d’hébergement par rapport à ceux de 2017

En 2018, le prix médian d’une chambre individuelle en EHPAD s’élève à 1 977 euros, soit 24 euros de plus (+ 1,22%) que le prix médian constaté en 2017.

Les EHPAD publics proposent généralement des prix inférieurs à ceux des EHPAD privés à but non lucratif.

La médiane des prix en hébergement permanent pour une chambre individuelle en 2018 concernant les EHPAD publics gérés par des CCAS est de 54,61 € par jour. Celle pour une chambre double en 2018 est de 47,36 euros par jour.

En moyenne, une chambre seule ASH en hébergement permanent en 2018 dans les EHPAD publics gérés par des CCAS coûte 54,33 € par jour alors qu’une chambre double ASH revient à 47,54 €.

En hébergement temporaire en 2018, une chambre individuelle dans les EHPAD gérés par des CCAS coûte 58,05 € par jour tandis qu’une chambre double revient à 52,88 €. Une chambre seule ASH coûte 58,15 € par jour en moyenne par opposition à une chambre double ASH à 55,15 €. Le prix médian journalier en hébergement temporaire est plus élevé que le prix médian journalier en hébergement permanent du fait des coûts de gestion plus importants pour l’hébergement temporaire.

Le prix médian des EHPAD publics a augmenté plus fortement entre 2017 et 2018 (+ 1, 37%) qu’entre 2016 et 2017 (+ 1,14 %). Ainsi, le prix médian d’une place en hébergement permanent dans le public a subi une augmentation de 2,52 % en trois ans et en moyenne de 1,25 % par an entre 2016 et 2018.

Légère augmentation des tarifs dépendance par rapport à 2017

L’augmentation du tarif de dépendance est supérieure à 0,35 % pour la moitié des EHPAD, quel que soit le niveau de dépendance.

En 2018, le tarif dépendance médian par jour et par personne est de l’ordre de 5, 52 euros pour une personne âgée faiblement dépendante (GIR 5-6), soit 0,9 % de plus que le tarif médian constaté en 2017 (5,47 €). Pour une personne âgée fortement dépendante (GIR 1-2), il est de 20, 49 euros (+ 0,69 %).

Les tarifs dépendance par jour GIR 1-2 en 2018, dans les EHPAD publics gérés par des CCAS sont de l’ordre de 20, 80 euros en moyenne alors que pour un GIR 3-4, ils reviennent à 13,19 € et à 5,60 € pour un GIR 5-5.

Des disparités tarifaires toujours très marquées entre les départements

Pour les EHPAD publics, le tarif médian mensuel s’avère le plus bas en Haute-Saône (1 611 euros ; 16 EHPAD) alors que le plus élevé se trouve à Paris (2 820 euros ; 10 EHPAD).

Ces disparités de prix trouvent leur explication dans le fait que les EHPAD publics sont majoritairement plus anciens et proportionnellement plus implantés sur des territoires ruraux, à la différence des EHPAD commerciaux, structures globalement plus récentes, implantées majoritairement sur des territoires urbanisés.

Une corrélation a lieu entre les départements dans lesquels les loyers sont les plus élevés et les prix des places en EHPAD.

76 % des EHPAD intègrent l’entretien du linge dans le tarif socle des prestations d’hébergement

Depuis le décret d’application n°2015-1868 de la loi du 30 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement et le 1er juillet 2016, les EHPAD sont tenus d’intégrer dans leur tarif hébergement cinq types de services obligatoires concernant : l’administration générale, l’accueil hôtelier, la restauration, le blanchissage et l’animation de la vie sociale.

Quel que soit leur statut, de nombreux EHPAD de l’échantillon intègrent déjà majoritairement cinq prestations dans leur tarif socle : les appels téléphoniques entrants (84,6 %), Internet dans la chambre (80,9 %), la mise à disposition d’un poste de téléphonie dans la chambre (78,9 %), l’entretien du linge non délicat du résident (76 %) et la mise à disposition d’un poste de télévision dans la chambre (71,4 %).

D’autres EHPAD intègrent également des prestations supplémentaires : le marquage du linge (37,4 %), les prestations esthétiques de base (36,4 %), les appels téléphoniques sortants (24,3 %), la fourniture de produits d’hygiène corporelle (22,6 %), les prestations de coiffure (18,9 %) et celles de pédicurie-podologie (17,7 %).

De fortes disparités existent entre les prestations proposées selon le statut juridique de l’EHPAD.
Dans les EHPAD publics, la prestation « Entretien du linge des résidents » s’avère presque toujours comprise dans le tarif hébergement (94,3 %), suivie des appels téléphoniques entrants (84,6 %), de la mise à disposition d’un poste de télévision (83,1 %), d’un poste de téléphonie (81,4 %) et d’Internet (79,1 %) dans la chambre. Trois autres prestations sont régulièrement intégrées au tarif dans le public : les prestations d’esthétique de base (65,8 %), la fourniture de produits d’hygiène (57,7 %) et le marquage du linge (56,9 %).

Le coût médian mensuel de l’entretien du linge facturé en sus du tarif hébergement peut être estimé à 84 euros

Quel que soit le statut juridique, le prix d’une place en hébergement permanent est toujours plus élevé lorsque l’entretien du linge est facturé en sus, ce qui peut inciter les familles des résidents à prendre cette tâche à leur charge. Cela représente un surcoût non négligeable pour les résidents et leur famille.

Retour en haut de page