J'ai compris, mais plus tard...

Contexte

Suite au projet 2010-2011, où le groupe de conversation avait participé à la lecture de 4 livres pour le prix littéraire « Prix Chronos », en partenariat avec une classe de l’école primaire de Navarre et la médiathèque de Navarre (quartier où est situé l’Ehpad), le groupe de conversation s’est engagé sur la rédaction d’une nouvelle, s’appuyant sur la thématique du prix Chronos : l’avance en âge, l’entrée en maison de retraite, la famille.

Description / Fonctionnement de l'action

Lors de la réunion hebdomadaire les 14 participants du groupe ont inventé et rédigé l’histoire de Pascaline âgée de 87 ans. Ce récit prend la forme d’un journal intime où l’héroïne raconte son entrée en Ehpad. Le récit fait des allers-retours entre le temps présent - le passage du domicile à la résidence - et le temps passé, à travers différentes périodes de la vie de Pascaline, son enfance, la période la guerre, etc. < ?XML:NAMESPACE PREFIX = O />

La rédaction de la nouvelle a commencé après un travail de structuration, mise en place des chapitres, des personnages, des thèmes développés dans chaque chapitre. La deuxième partie du livre est consacrée à la biographie de chaque auteur. Le livre se termine par un article expliquant le fonctionnement et les intérêts d’un groupe de conversation en Ehpad.

Le thème de l’entrée en maison de retraite a été choisi par les participants pour témoigner de ce moment particulier, avec la volonté d’apporter leur point de vue sur cette étape. A travers le témoignage de Pascaline, les auteurs donnent leur ressenti, ils font part de leurs inquiétudes et de leurs questionnements.

 

1ère étape

De novembre à décembre 2011 : structuration du livre avec la création des personnages, et la création des chapitres.

De janvier 2012 à septembre 2012 : rédaction de la nouvelle.

La nouvelle a été écrite en groupe sur le créneau du groupe de conversation (durée d’une séance : 1h15). Le texte était rédigé directement lors de la séance avec l’aide d’un ordinateur portable, en reprenant les idées de chaque chapitre. Les auteurs faisaient des propositions qui étaient ensuite retravaillées pour convenir à l’ensemble du groupe. La page était corrigée lors de la séance, à la fois sur les redondances, sur les formulations, sur le sens du texte. Quelques participantes ont assurées la correction orthographique sur feuille dans leur chambre. Au début de chaque séance, la page écrite la fois précédente était relue, les corrections et les modifications étaient apportées à ce moment là.

 

De septembre à décembre 2012 : rédaction de la postface, et rédaction des biographies des auteurs par eux-mêmes, accompagnés par le psychologue et le service animation. Une partie des biographies a été rédigée au sein du groupe, une autre partie a été réalisée en individuel. Plusieurs rencontres ont eu lieu avec l’éditeur et les auteurs sur cette période.

 

2ème étape

De janvier 2013 à mai 2013 : phase d’édition. L’ensemble des textes ont été remis le 15 janvier 2013 à l’éditeur. Le travail d’édition correspond à la mise en page avec un maquettiste, la correction avec une correctrice puis l’impression chez l’imprimeur.

Le livre est paru officiellement le samedi 25 mai 2013, à l’Ehpad Augustin Azémia avec une séance de dédicace, en présence du président du CCAS et de nombreux invités. Le livre est référencé chez le distributeur de l’éditeur, il peut être acheté en librairie.

Le projet se poursuit par une démarche de rencontres autour du livre et du thème qu’il aborde. Quelques auteurs ont tenu une table de vente lors du congrès de la société gérontologie de Normandie qui s’est déroulée le vendredi 31 mai 2013 à Evreux.

En projet

Des contacts sont déjà pris pour présenter le livre et son thème à des élèves infirmiers de l’IFSI d’Evreux. Il est également envisagé de rencontrer des élèves Bac pro « aide à la personne » du lycée modeste Leroy d’Evreux et du lycée Jeanne d’Arc de Bernay ; ainsi que les écoles d’aide-soignante d’Evreux. L’objectif est de permettre à des personnes âgées, qui ont vécu l’entrée en Ehpad, d’exprimer à de futurs soignants ce qu’ils ont éprouvé à ce moment là, leurs inquiétudes, ce qui leur a fait du bien, ce qui leur a manqué. Des contacts sont déjà pris avec les foyers-logements de la ville d’Evreux. Il est aussi envisagé de prendre contact avec des clubs du 3ème âge. En effet, les auteurs veulent aussi témoigner auprès d’un public âgé de ce qu’ils ont vécu. Dans la postface, ils écrivent « dans notre groupe, la majorité avait dit « jamais je ne rentrerai en maison de retraite ! » et maintenant nous sommes là. Si nous n’étions pas là, nous aurions toujours nos idées fausses ». Ils souhaitent leurs expliquer comment la vie en maison de retraite se déroule pour pouvoir aider des personnes qui appréhendent.

Bilan

Les différents objectifs initiaux ont été réalisés : 

  • Engager une dynamique de projet sur plusieurs mois,< ?XML:NAMESPACE PREFIX = O />
  • Favoriser les échanges interpersonnels,
  • Solliciter les facultés cognitives (langage, mémoire, attention, réflexion),
  • Permettre la transmission en reprenant des thèmes « classiques » du groupe de conversation : l’enfance avant guerre, la période de la guerre, l’arrivée du modernisme,
  • Permettre l’expression et la transmission du vécu autour du moment de l’entrée en Ehpad,
  • Donner la parole aux plus anciens,
  • Permettre aux résidents-auteurs d’être acteurs de l’ensemble du projet,
  • Proposer un moment agréable et convivial.
     

Point très positif : la fierté des auteurs d’avoir leur livre entre les mains (« un vrai livre que l’on peut acheter en librairie »). Cette action a été très valorisante pour les participants, l’impact sur le renforcement de l’estime de soi a été très fort. En outre, il permet de montrer le dynamisme au sein des maisons de retraite avec un public très âgé. Cette action concourt à démistifier ces résidences pour personnes âgées qui gardent encore une mauvaise image auprès du grand public et du public âgé, qui a le souvenir des établissements d’autrefois. Ce livre permet également une ouverture sur l’extérieur, le livre devient le vecteur de rencontres.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Les éditions le Rire du Serpent ont assuré financièrement l’édition complète du livre. < ?XML:NAMESPACE PREFIX = O />

Ils financent l'action

L’association « l’Expression sans âge » a acheté 40 livres pour en assurer la promotion auprès de certains partenaires, et d’écoles de soignants.

Les observations du CCAS/CIAS

1/ Par toute la dynamique qui a été à l’œuvre pour l’écriture du livre, les résidents-auteurs se sont investis pleinement dans le projet, ils ont écrit le livre avec beaucoup de plaisir et d’intérêt.< ?XML:NAMESPACE PREFIX = O />

2/ Cette action a permis de solliciter les capacités cognitives des participants.

3/ Grâce au livre, les personnes âgées expriment leur point de vue sur l’entrée et la vie en maison de retraite. Ce ne sont plus des professsionnels qui expliquent mais véritablement les personnes elles-même en s’appuyant sur l’histoire de Pascaline. Héroïne inventée de toute pièce, elle condense l’histoire des résidents-auteurs.

4/ La démarche de cette action ne s’arrête pas à l’écriture. Il s’agit aussi pour les participants à ce projet de témoigner directement auprès d’un public de futurs soignants du sujet de l’entrée en Ehpad. C’est un point essentiel dans la dynamique du projet, les personnes sont véritablement actrices, au cœur du dispositif. Ces rencontres intergénérationnelles avec de jeunes adultes (futurs professionnels) redonnent aux plus âgés une utilité sociale, en transmettant à la fois leur vécu actuel en Ehpad et les différents moments de leur vie dans le siècle dernier (l’enfance dans les années 30, la période de l’occupation, l’arrivée de la modernité après guerre).

5/ Les biographies de la deuxième partie de l’ouvrage, rappellent comme il est important de connaître la vie des résidents qui sont accueillis en Ehpad pour bien s’en occuper. Ce chapitre permet de sensibiliser autrement les soignants à l’importance des histoires de vie, et donc du projet de vie personnalisé en Ehpad. Ce livre indique qu’à chaque fois, il s’agit d’une personne unique dans une collectivité.

6/ Toutes ces raisons font que le groupe d’auteurs souhaite que ce livre « Etapes, la retraite de Pascaline » puisse devenir un support pédagogique, en plus du simple plaisir à le lire.

Photo : Wikimedia Commons / Odenel

Retour en haut de page