J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Droit aux vacances : la solution des Colos Solidaires

Droit aux vacances : la solution des Colos Solidaires

Alors qu’aujourd’hui un quart des enfants ne part pas en vacances, des places restent vides dans les colonies. Cette situation est socialement et financièrement inacceptable. Grâce à l’engagement de ses partenaires, l’association ColoSolidaire co-construit des solutions pour progressivement lever les freins au départ en vacances : le frein financier, la confiance, les problématiques de mobilité des familles… pour favoriser le départ en vacances des jeunes qui n’y ont pas accès.

Le dispositif ColoSolidaire repose sur la mobilisation d’organisateurs de séjours, qui redonnent une valeur sociale et économique à leurs places de colos restées vides, en les mettant à disposition à tarif solidaire. Ces places, plafonnées à un tarif maximal de 50€/jour, s’adressent aux enfants et aux jeunes issus de familles ayant un quotient familial inférieur ou égal à 1000€.

Amorcé en 2018 grâce au soutien de la région Nouvelle Aquitaine, le projet ColoSolidaire a diffusé, via sa plateforme de réservation en ligne, plus de 350 places de colos à tarif solidaire dans 9 départements dès sa première année d’existence. 60% des enfants inscrits partaient pour la première fois en colo.

Depuis 2019, ColoSolidaire a étendu son activité et s’est ouvert aux départs d’enfants d’autres départements. En décuplant ses partenariats et en assurant l’animation territoriale du projet, l’association souhaite graduellement multiplier le nombre de départs en vacances sur l’ensemble du territoire.

Dans une vidéo publiée cet automne, des enfants racontent les jeux, activités de plein air et rencontres qui ont marqué leur séjour en colo, tandis qu’un partenaire du dispositif insiste sur l’intérêt de cette « expérience de sociabilisation » pour la construction de la personnalité comme pour le lien social.

Le projet a récemment été salué par Alexandra Siarri, adjointe au maire de Bordeaux et vice-présidente de l’Unccas.

Retour en haut de page