J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Défi « Familles à énergie positive »

Défi « Familles à énergie positive »

Contexte

Les travailleurs sociaux du CCAS de Privas ont constaté depuis plusieurs années une montée de la précarité énergétique qui se caractérise par des demandes d’aides financières individuelles (aides sociales facultatives du CCAS, FSL du Conseil général).
Ces aides, si elles répondent à une conséquence de la précarité, ne permettent pas d’agir sur les causes de celles-ci. Aussi, le CCAS de Privas a souhaité agir concrètement et permettre à ses usagers de trouver des solutions pérennes pour alléger leurs charges énergétiques.
Le traitement de ces problématiques a d’abord été pensé dans le cadre de l’accompagnement individuel mais n’a pas permis des résultats efficients. En effet, les changements de comportements n’étaient pas durables et l’approche était considérée comme intrusive et rébarbative par les usagers. Une approche collective permettant l’échange, la prise de conscience et la motivation entre les participants est apparue plus adaptée.
Si la modalité d’intervention (approche collective) était déterminée, il restait à penser une action ludique où l’échange d’information ne serait pas descendant et unilatéral mais émanerait du groupe et des comportements de tous ses membres.
Ainsi en lien avec le chargé de mission Agenda 21 et l’association Polénergie, la structure a donc décidé de participer au défi « Familles à énergie positive » , un dispositif d’envergure nationale coordonné par l’ONG Prioriterre.

Description / Fonctionnement de l'action

Cette opération est un défi collectif qui vise à réduire les consommations énergétiques de la maison par des gestes simples ne demandant pas d’investissements financiers. Une façon ludique, éducative, innovante et conviviale d’économiser en créant du lien social et en luttant contre la précarité énergétique.

Le défi est animé par l’association Polénergie en Ardèche. La mobilisation du public privadois est organisé en partenariat avec le chargé de Mission Agenda 21 de la Mairie de Privas. Celui-ci sensibilise « tout public » à l’action. Il peut s’agir de familles, de personnes seules, de retraités, etc. Le CCAS de Privas inscrit quant à lui cette action dans l’accompagnement social qu’il propose à ses bénéficiaires et notamment au public en situation de précarité. Il s’agit d’un public ayant des ressources faibles et pour qui l’augmentation des charges énergétiques met en péril l’équilibre budgétaire.
La mixité des publics permet de décloisonner l’action et d’enrichir les échanges au sein des groupes mais aussi de créer du lien social en dehors de sa sphère de référence.

Ce défi national rassemble pour cette saison 2013-2014, plus de 7 500 foyers inscrits. Il a pour objectif de démontrer qu’il est possible de réduire sa consommation en énergie et de lutter contre la précarité énergétique sans pour autant qu’il y ait d’incidence sur le confort et la qualité de vie des participants. Cette action concrète tend vers plusieurs objectifs : 

- une réduction réelle de la consommation énergétique,
- une éducation à la consommation et à la compréhension des charges énergétiques et des factures, 
- un renforcement du lien social et de la mixité sociale,
- l’éducation écologique et la réduction de son impact sur l’environnement.

Le principe est simple : des équipes d’une dizaine de foyers se regroupent pour représenter leur village ou leur quartier et relever le défi d’économiser le plus d’énergie possible sur les consommations à la maison : chauffage, eau chaude, électricité, équipements domestiques.
Chaque équipe fait le pari d’atteindre au moins 8% d’économies d’énergie par rapport à l’hiver précédant le défi (objectif visé dans le protocole de Kyoto). Celui-ci se base sur le progrès global des comportements des participants : peu importe d’où on part, l’essentiel est de progresser ensemble.

Ainsi, depuis 2011, le CCAS de Privas participe à constituer une à deux équipes composées de 6 à 11 personnes qui se rassemblent à raison d’une fois par mois chez les participants ou au sein des locaux du centre social municipal. Ces rencontres permettent d’échanger autour des éco gestes en partant des pratiques des participants, de leur mode de consommation mais aussi d’observer les comportements au sein du logement de chacun.

Le concours se déroule sur la période de septembre à mars selon les modalités suivantes :
- septembre / novembre : recrutement des familles. Le CCAS propose aux familles accompagnées et rencontrant une problématique de précarité énergétique de participer au défi.
- novembre : événement de lancement avec toutes les équipes participantes du département. L’occasion pour les différentes équipes de se rencontrer et de recevoir les premiers conseils des conseillers énergie de l’association Polénergie.
A l’issue de l’événement, désignation du capitaine d’équipe. Celui-ci recevra une formation de l’association Pôle énergie. Il se verra remettre à cette occasion les outils nécessaires pour les participants (diagnostique de consommation, guide des 100 éco gestes, wattmetre, logiciel de calcul pour suivre l’évolution des consommations). Tous ces outils permettent d’aider chacun à découvrir les gestes simples permettant de faire des économies d’énergie en fonction de leur mode de consommation.
- décembre à mars : début du défi avec rencontre à raison d’une fois par mois au centre social ou chez les participants pour évaluer ensemble les aménagements nécessaires à la réalisation d’économie d’énergie. Lors de la première séance, le capitaine d’équipe remet les équipements fournis par Pôle énergie et le CCAS : guide des 100 éco gestes, questionnaires sur les pratiques de chacun, wattmetre.

Afin d’induire des changements de comportements durables, les éco gestes sont intégrés progressivement au fil des séances. Des actions prioritaires sont identifiées par le groupe sur un poste de consommation. Lorsque celles-ci sont bien intégrées d’autres actions sont mises en place.
Pour exemple, l’action prioritaire en 2012 a porté sur le chauffage puisque cela représente en moyenne 70% des consommations en énergie d’un foyer. Lors de la première rencontre, en fonction du mode de chauffage de chacun, les actions à mettre en place ont été définies. Le calculateur de consommation (qui prend en compte les variations de températures par rapport à l’année précédente) a permis de comparer par rapport à l’année et aux mois précédents si ces gestes avaient été bénéfiques et d’en intégrer de nouveaux.

=> Exemple d’éco gestes chauffage : régler le chauffage à 20° = 7% sur la facture de chauffage ; aérer maximum 5/10 minutes les pièces = 16% d’économie de chauffage ; dépoussiérer les radiateurs = 10% d’économie.

Pendant la durée du concours, deux temps de regroupement inter-équipes sont organisés par Pôle énergie : un événement de mi-parcours permettant de dresser un premier bilan et de prodiguer de nouveaux conseils selon les comportements repérés et un événement de clôture sur une journée avec ateliers ludiques, conférences et annonce des résultats.

Bilan

Le défi est suivi depuis 2011 par le CCAS et les résultats obtenus sont en moyenne de 12% sur les deux ans, soit une économie de 200€ par foyers et par an.
En 2011, l’équipe Privadoise, composée de 17 personnes, a terminé seconde au niveau départemental. En 2012, la nouvelle équipe composée de 12 familles a terminé troisième. En parallèle, le Foyer Habitat Jeune de la commune a participé au défi avec ses résidents et a économisé environ 6.5% d’énergie. Cette participation a également débouché sur la rédaction d’une charte de comportement au sein du foyer.
Devant ces gestes simples et facilement transmissibles, de plus en plus de communes et communautés de communes rejoignent le dispositif. Ainsi, En 2011, trois communes étaient partenaires, contre 6 en 2012 et 9 en 2013 (dont 3 communautés de communes). L’action est donc facilement transposable et apporte une réelle plus-value en termes de lutte contre la précarité énergétique mais aussi en termes de sensibilisation citoyenne aux problématiques de changement climatique.
Par ailleurs, la création de lien social et la mixité des publics est un autre point positif à souligner pour le public suivi au CCAS qui rencontre souvent une problématique d’isolement.
Un bilan est fait chaque fin de saison avec les équipes. Depuis 2011, le dispositif a été adapté en fonction de cela. Ainsi, pour cette année une meilleure organisation des rencontres est à prévoir (rendez-vous fixe chaque premier lundi du mois par exemple même en l’absence de certains membres du groupes) ainsi qu’un calendrier concernant la visite de chaque domicile et la circulation des différents outils.
Enfin, des efforts sont à déployer au moment du recrutement des familles afin de sensibiliser le plus grand nombre de personnes au défi. L’idée de sensibiliser les enfants à l’action a également été émise afin que dès le plus jeune âge les écogestes soient acquis et maitrisés.

Moyens

Personnel :
- un travailleur social du CCAS (50h sur la durée du défi)

Matériel :
- Frais divers (communication ; petits équipements) : 250 euros
- Frais de déplacements pour les événements départementaux : 200 euros

Budget annuel : 3 000 euros

Les partenaires

Partenaires opérationnels

L’association Polénergie pour l’expertise et supervision du concours. Contact : www.polenergie.org / Camille SanchisLa mairie de Privas pour la coordination du concours pour le public hors CCAS.
L’ONG Prioriterre chargé de la coordination du dispositif au niveau national. Contact : www.prioriterre.org / Frédéric Delhommeau
Le centre social de Privas pour la mise à disposition de salles et la mobilisation du public.

Ils financent l'action

L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), la région Rhône Alpes, le conseil général de l’Ardèche, la mairie de Privas.

Les observations du CCAS/CIAS

Le partenariat : Le travail en partenariat avec l’association Pôle énergie et le chargé de mission Agenda 21 de la municipalité permet de bénéficier de l’expertise des professionnels qui est autant profitable aux travailleurs sociaux qu’aux participants. Il permet aussi de relier l’action à une démarche plus globale de la Ville permettant la mixité des publics et la création de lien social.

- L’aspect défi collectif et participatif est moteur de motivation pour les participants : les bénéficiaires se sentent membres d’un collectif où le groupe est vecteur de motivation. De même les relevés de compteur participent de l’engouement pour le défi puisque les résultats sont en général probants dès le premier mois.

- L’aspect convivial permet la création de lien social et de rompre l’isolement. Par ailleurs, la tenue de certaines réunions au centre social permet aux bénéficiaires de le découvrir et souvent d’y revenir.

- Prise de conscience et changement de comportement durable : le défi induit une réelle prise de conscience que chacun peut agir sur sa consommation en énergie. Au bout des 6 mois, les écogestes sont devenus des habitudes qui perdurent dans le temps. La lecture des factures est maitrisée et la consommation adaptée.

- Transmissions de savoirs et valorisation de la place des bénéficiaires : le déroulé de l’action étant co-construit avec les bénéficiaires, leur place est valorisée et l’information circule. Les participants du défi sont les années suivantes les premiers ambassadeurs de celui-ci et transmettent leurs savoirs à leur entourage.

Le défi « Familles à énergie positive » existe maintenant un peu partout en France. Si un CCAS souhaite s’informer ou s’engager dans la démarche, il est possible de contacter Prioriterre (www.prioriterre.org) qui coordonne le projet, de manière à être mis en relation avec les partenaires locaux existants.

Photo : Wikimedia Commons / Anotine

Retour en haut de page