J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Création d’un Collectif pour le droit à l’alimentation au CCAS d’Echirolles

Le CCAS d’Echirolles a créé un Collectif pour le droit à l’alimentation. Les distributions alimentaires réalisées par des associations et par le CCAS dès le premier confinement dans différents quartiers de la ville ont révélé l’ampleur de l’insécurité alimentaire d’une partie de la population. Les élu-es ont ainsi proposé la création d’une coordination locale pour mieux connaître la situation des personnes concernées et pour s’assurer de couvrir les besoins alimentaires des habitant-es.

Principaux objectifs

  • Proposer un complément alimentaire et d’hygiène aux ménages les plus précaires, dans une période d’aggravation des problématiques socio-économiques,
  • Coordonner les acteurs de l’aide alimentaire et d’hygiène,
  • Mailler le territoire pour que l’offre soit accessible et égale pour tous les habitant-es, en proximité,
  • Être en soutien des associations locales (logistique, financier, moyens humains).

Public(s) Ciblé(s) par l'action

Tous publics en situation de précarité économique qui souhaitent bénéficier d’une aide alimentaire.

Contexte

L’insécurité alimentaire a été particulièrement révélée et renforcée lors du premier confinement du printemps 2020, et a perduré depuis. La mise à l’arrêt d’une partie de l’activité économique a fragilisé encore la population échirolloise, dont les conditions de vie étaient déjà précaires.
De nombreuses personnes se sont retrouvées sans revenus ou avec une baisse de revenus, du fait du gel des recrutements d’intérimaires et des promesses d’embauche, des non-renouvellements de contrats, du chômage partiel...
La fermeture de l’accueil physique de nombreuses administrations permettant l’accès aux droits a également impacté les populations. La cellule d’écoute et de prévention de l’isolement (ligne téléphonique) mise en place par le CCAS à l’occasion du confinement a permis d’avoir une vision globale des problématiques des publics, principalement centrées autour de la santé et de la précarité financière.

Description / Fonctionnement de l'action

Les distributions alimentaires habituellement réalisées sur le territoire par les associations caritatives (Secours populaire, Restos du coeur, Epicerie sociale d’un quartier prioritaire) ont été rapidement submergées lors du premier confinement par le nombre de demandeur-ses, et par de nouveaux publics : jeunes, retraité-es et salarié-es précaires.
D’autre part, l’accès à l’aide alimentaire réalisé par ces associations était soumis à des conditions d’éligibilité. De ce fait et étant donné la demande, il a semblé pertinent de mettre en place rapidement des distributions alimentaires supplémentaires et sans demande de justificatifs. Les personnes ont pu se présenter dans 2 lieux supplémentaires situés dans les quartiers prioritaires, pour bénéficier d’un panier de denrées alimentaires et d’hygiène adaptées à la composition du ménage (déclaratif).
Des bénévoles, des associations et des agent-es du CCAS dont les services étaient temporairement fermés ont effectué les distributions : approvisionnement auprès de la Banque alimentaire, installation de la distribution en plein air (pour limiter les risques de contagion), accueil du public, distribution, etc.

Les distributions alimentaires ont été interrompues pendant l’été pour tout le monde. Cependant, les difficultés socio-économiques s’étant amplifiées, il a semblé pertinent de reprendre les distributions à l’automne 2020, par les associations.
L’État a attribué une subvention exceptionnelle en 2020 qui a permis au CCAS d’acheter des produits d’hygiène supplémentaires et d’en gérer le stock mis à disposition des associations.

Cela a donc permis :

  • une intervention du service santé / social lors des distributions, de manière à aller vers les publics qui ne sollicitent habituellement pas les services, et faciliter leur accès aux droits et aux informations nécessaires,
  • la mise en place d’une veille collective sur les situations et les besoins des publics, de manière à faire évoluer l’action,
  • l’harmonisation des conditions d’accès aux produits (fourniture d’un justificatif de domicile et d’une attestation de quotient familial
  • en plus de l’achat de denrées alimentaires auprès de la Banque alimentaire de l’Isère, l’achat de produits d’hygiène, de protections périodiques et d’alimentation pour bébé,
  • une harmonisation des produits distribués par les différentes associations.

Lien youtube :
https://www.youtube.com/watch?v=pdD...

Bilan

Après quelques mois de fonctionnement, la coordination a permis que :

  • l’ensemble du territoire est couvert par des distributions alimentaires, avec des distributions en proximité, les produits proposés sont identiques entre les opérateurs,
  • les besoins des habitant-es sont mieux connus,
  • les associations travaillent ensemble et sont soutenues financièrement par le CCAS grâce à une aide importante de l’Etat,
  • la visibilité et la communication sont accrues, pour un meilleur accès pour les habitante-s.

Les perspectives :

A ce jour nous ne savons pas combien de temps dureront les distributions supplémentaires mises en place dans le cadre de la crise sanitaire, en plus des distributions qui préexistaient. Cependant le collectif pour un droit à l’alimentation va perdurer, de manière à coordonner les initiatives et soutenir les associations.

L’objectif est de créer une épicerie sociale et solidaire dans chaque territoire de la ville, de manière à réorienter les bénéficiaires de distributions alimentaires.

Moyens

Moyens humains

  • une directrice ayant la fonction de coordination des travailleurs sociaux intervenant lors des distributions
  • un agent chargé de la gestion du stock et de la logistique de la répartition des denrées

Moyens materiels

Locaux pour stocker les denrées.

Coût total du projet

30 000€ en 2020

Les partenaires

Partenaires opérationnels

  • Secours populaire,
  • Croix Rouge,
  • Association Epicerie sociale du Village 2 (QPV Village Sud),
  • Association Human help (QPV Essarts Surieux),
  • Association Nouveaux Horizons(QPV Luire-Viscose)
  • Banque alimentaire de l’Isère

Ils financent l'action

L’État a attribué une subvention au CCAS d’Echirolles de 30 000€ en 2020, destinée à l’achat de denrées et de produits d’hygiène pour les publics les plus précaires, dans le cadre de la crise sanitaire.
La Banque alimentaire fournit les produits alimentaires au CCAS à moindre coût.

Les outils de communication sur l'action

  • Site internet de la Ville,
  • Journal municipal,
  • Panneaux lumineux dans l’espace public.

Les observations du CCAS/CIAS

Une coordination des acteurs de l’aide alimentaire a un réel intérêt, dans la mesure où souvent sur les territoires, ils sont peu en lien.

Notre point de vigilance repose sur la questions des financements : le CCAS a pu verser une subvention en 2020 du fait d’une subvention exceptionnelle versée par l’État. Ce niveau de subvention ne sera pas nécessairement aussi élevé en 2021.

Retour en haut de page