J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Coup de Pouce Habitat

Coup de Pouce Habitat

Contexte

Les constats motivant la réflexion et la réalisation de ce projet ont été faits lors des différentes visites à domicile réalisées dans le cadre de mesure d’accompagnement social liée au logement. Il a été constaté que des personnes occupaient des logements vétustes et /ou mal entretenus. De plus, le service Hygiène-Santé de la mairie signalait également des situations d’occupation de logements très précaires. Par ailleurs, les services du CCAS rencontrent notamment des personnes qui ne peuvent déménager car elles sont dans l’impossibilité de supporter les frais de remise en état de leur logement.

Ces situations s’expliquent de différentes manières : 
- les travaux de rénovation représentent un coût trop élevé pour des ménages en situation de précarité financière (indemnité chômage, RSA…),
- le bricolage et l’entretien d’un logement demandent un minimum de connaissances que certains ménages n’ont pas acquis,
- certaines personnes âgées ou familles monoparentales peuvent rencontrer des difficultés d’ordre physique ou pour d’autres, une fragilité psychologique empêchant la réalisation de menus travaux de rénovation.

Description / Fonctionnement de l'action

Le dispositif Coup de Pouce Habitat propose chaque année 2 ou 3 opérations dédiées à toute famille ou personne seule, locataire, rencontrant des problèmes d’entretien du logement et souhaitant apporter des modifications dans son intérieur, en situation financière précaire et/ou de grande solitude.

Le repérage des participants se fait de deux façons différentes :
- par les partenaires, les travailleurs sociaux du CCAS qui orientent le public par le biais d’une fiche de liaison,
- par le biais d’une orientation à l’épicerie sociale « le Marché de Pauline », où la personne est invitée à participer à un atelier dont fait partie l’action Coup de Pouce Habitat. La personne est intéressée et s’inscrit, elle sera contactée ultérieurement par courrier.Le groupe est composé de 4 à 8 personnes.
Le lieu de l’action est, dans un premier temps, un appartement témoin, et dans un second temps, le domicile des participants avec le moniteur technique (uniquement) qui apporte une aide dans la réfection d’une pièce.
La durée de l’action est de 6 semaines.

L’action comporte 3 modules : embellissement, information et menus travaux.

1. Module « embellissement »
4 demi-journées par semaine, durant quatre semaines, permettant d’acquérir la technique de pose de papier peint et de peinture, dans un appartement témoin, sous la responsabilité du moniteur technique.
- pose du papier peint : décoller le papier peint, poncer, poser l’enduit, encoller le papier peint.
- peinture : lessiver, poncer, poser l’enduit, appliquer la peinture.

2. Module « information »
Ce module se déroule en deux séances de 2 heures, à raison d’une tous les 15 jours. Les thèmes abordés sont :
- contrat de location : droits et devoirs du locataire, règlement du loyer, assurance habitation, entretien des communs, contrat de maintenance.
- économies d’énergie : EDF, GDF, eau.

3. Module « menus travaux »
Deux séances de 2 heures, à raison d’une tous les 15 jours, utilisées dans la confection d’un objet de décoration.
Mise en place :
- visite à domicile afin de faire un état des lieux : constat général de l’état du logement, de la décoration et de l’ameublement. Utilisation d’une grille diagnostic remplie avec la famille en fonction de ses propres représentations et valeurs,
- engagement réciproque entre la famille et l’intervenant, sur les modifications à apporter au logement et les modalités de mise en œuvre (décoration, rénovation), document écrit, un pour la famille et un pour l’intervenant.
- aide à domicile éventuelle de l’agent technique dans la réalisation d’une réfection avec la participation des personnes,
- visites à domicile durant les travaux pour s’assurer du bon fonctionnement.
Les intervenants sociaux instruisent la « grille diagnostic ». L’agent technique remplit avec la famille le contrat d’engagement pour l’amélioration de son logement. Deux semaines sont consacrées à la préparation de l’action, à la finalisation des travaux et à l’évaluation.

Bilan

Les points positifs sont :
- participation active des partenaires opérationnels,
- participation active et régulière des participants aux différents modules (une fois la première semaine de stage entamée, rares sont les désistements),
- réalisation concrète de travaux d’embellissement au domicile des personnes,
- création de lien social et de solidarité dans le groupe,
- valorisation des personnes, liée à la découverte des capacités manuelles,
- amélioration des conditions de l’habitat et de vie : aide à la prévention des exclusions, et pour certain : recevoir à nouveau des amis et investir son logement différemment,

Les points à améliorer sont :
- sensibiliser les locataires à l’importance d’une restitution correcte du logement au bailleur,
- impliquer le groupe, de manière constante, dans les travaux d’entretien du matériel, et ce, tout au long de l’action.

Moyens

Moyens humains :
- 2 travailleurs sociaux, en binôme, encadrent cette action, animent les modules d’information, de menus travaux et se charge de l’évaluation de l’action.
- 1 moniteur technique anime le module embellissement. Il est recruté par le biais d’une association d’insertion. Il intervient dans l’appartement témoin et au domicile, sur une moyenne de 141 heures.

Moyens financiers :
Budget prévisionnel 2010 avec trois actions prévues :
Dépense de fonctionnement petit matériel et outillage : 1 910 euros, assurance : 500 euros
Dépense de rémunération, honoraires divers pour mise à disposition d’un agent technique par l’entreprise d’insertion estimé à 7 000 euros, soit un coût total de 9 410 euros.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Pour l’orientation du public : les travailleurs sociaux des circonscriptions du conseil général, les travailleurs sociaux de la CAF, les adultes relais des centre sociaux des quartiers, les mandataires judiciaires.
Les bailleurs sociaux : orientation du public, mise à disposition de l’appartement témoin, et fourniture pour leur locataire.
Le moniteur technique, recruté par le biais d’une association d’insertion.

Ils financent l'action

CAF, subvention de 1000 euros/an.
Conseil général de la Marne (service insertion et logement social), convention annuelle 1000 euros/action

Les observations du CCAS/CIAS

  • Le CCAS est le seul, sur la commune, à proposer cette action,
  • L’action a permis de développer et renforcer le partenariat entre les différents acteurs du domaine social et de celui du logement,
  • La pérennité de l’action montre qu’elle répond à un besoin,
  • La participation des personnes est basée sur le volontariat, elles sont actrices de la démarche d’apprentissage et sans aucune rémunération. Leur participation régulière durant toute l’action montre qu’elles y voient un réel intérêt : pour certaines la découverte d’un corps de métier, pour d’autres la réduction du coût de l’état des lieux de sortie, ou encore un mieux être dans leur logement…
  • Valorisation de la personne par la découverte de ses capacités dans la réalisation des travaux effectués,
  • Création de liens sociaux entre les différents membres du groupe, l’entraide, le partage, les échanges durant les différents modules sont alors nombreux et riches,
  • Acquisition pour certain de la technique de pose de papier peint et de peinture afin d’être autonome dans la réfection de leur logement.

Photo : Wikimedia Commons / Grenouille vert

Retour en haut de page