J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Coordination d’un réseau médico-social pour l’accès aux droits à la prévention et aux soins

Coordination d'un réseau médico-social pour l'accès aux droits à la (...)

Contexte

Une des difficultés majeures des personnes en situation de précarité concerne l’accès aux soins ou le refus de soins (situation de rupture, de crise, déni de soins par peur ou manque d’information, etc.) et/ou le fonctionnement trop cloisonné des différentes structures.Le projet est né de ce constat et du partage des réflexions menées par les CCAS de Lorient, de Lanester et par différents partenaires médico-sociaux et associatifs dans le but de faciliter l’accès aux soins des plus précaires.

Initiée par le programme régional d’accès à la prévention et aux soins (PRAPS), cette action est menée depuis 2002 avec pour mission générale l’accueil des publics précaires et particulièrement ceux ayant des difficultés d’hébergement, voire sans résidence stable.

Description / Fonctionnement de l'action

L’intérêt d’un réseau et d’une coordination est de développer les complémentarités afin d’accroître l’écoute des populations fragilisées et de faciliter une démarche de soins dans le cadre d’une approche globale de la santé. L’implication des acteurs est formalisée par une charte réseau. La coordination s’appuie sur une organisation souple, visant à faciliter une démarche active de soins des personnes fragilisées dans le respect de leur liberté, de leurs choix et sans injonction.
L’infirmière coordinatrice est l’interlocutrice privilégiée des professionnels de santé et a un rôle d’interface. Elle s’appuie sur la structure et l’expérience du CCAS en matière d’accès aux droits. L’intervention en urgence peut être envisagée pour le public CPAM 56 par l’émission d’un « volet première consultation tiers-payant ».Les contacts avec les bénéficiaires ont lieux au CCAS, dans des permanences extérieures et parfois au domicile de l’usager. L’orientation est ensuite prioritairement réalisée vers la médecine libérale afin d’éviter le recours systématique à l’hospitalier. L’accompagnement des bénéficiaires favorise le respect des rendez-vous avec les médecins dont le choix est libre pour les usagers.

La mise en place récente d’une régie dans le cadre d’une convention avec la CPAM 56 démontre le souci d’amélioration continue de la démarche. Cet outil permet de faciliter le paiement vers les praticiens de santé.

Toujours avec cette volonté d’améliorer le service rendu, le réseau médico-social diversifie ses permanences extérieures afin de toucher le plus de personnes possibles. Depuis le 1er janvier 2011, 36 usagers ont été suivis par l’intermédiaire de ces permanences externes, notamment l’accueil de jour du CCAS, l’épicerie solidaire de Lanester et les Restos du cœur.

Bilan

Le réseau médico-social a bénéficié à 230 personnes en 2010, qui pour la plupart n’auraient pas eu accès aux soins et aux droits CMU-C.
La légère diminution du nombre d’usagers par rapport à 2009 (291) s’explique par le changement d’infirmière coordinatrice.
Toutefois cette baisse inévitable induite par le renouvellement du poste semble se compenser en 2011 puisque le nombre de bénéficiaires à mi-parcours est à la hausse. En effet depuis le 1er janvier 2011, 153 usagers ont été suivis.

Moyens

Moyens humains :
- 1 infirmière diplômée (0,8 ETP),
- 1 agent du service « solidarités » (0,2 ETP).Budget : 51 080 euros

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Les Villes de Lorient et Lanester, le dispositif PASS du centre hospitalier de Bretagne Sud (Programme régional d’accès à la prévention et aux soins), les CHRS, les référents solidarité de la CPAM, les praticiens partenaires (environ 123 professionnels), les associations et notamment les restos du cœur, ALDA, le Secours Catholique, les différents services ou institutions de l’intervention sociale.

Ils financent l'action

L’Agence régionale de la santé de Bretagne. CPAM du Morbihan (convention honoraires médicaux). L’Etat, les Villes de Lorient et Lanester.

Les observations du CCAS/CIAS

Fort de l’expérience accumulée depuis sa mise en place en 2002, le réseau médico-social répond à des besoins vitaux en matière de santé pour des personnes fragilisées, souvent exclues du circuit de soins. Au fil des années, l’action n’a cessé de voir son nombre de bénéficiaires augmenter passant d’une centaine en 2003 à près de 300 en 2009. Les partenariats se sont également développés et continuent d’enrichir un réseau aujourd’hui bien installé sur les communes de Lorient et Lanester.

Photo : Wikimedia Commons / Jackmame

Retour en haut de page