J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Classes moyennes sous pression

Rapport de l’OCDE

Classes moyennes sous pression

Des riches de plus en plus riches, des pauvres de plus en pauvres et des classes moyennes de moins en moins nombreuses… C’est le constat que fait l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans son dernier rapport, étudiant la situation des foyers dont les revenus sont compris entre 75 % et 200 % du revenu médian national.

En effet, dans 34 des 36 pays membres de l’organisation, le rapport pointe une diminution de la part des classes moyennes dans la population. Elles représentaient en effet 64 % des habitants des pays de l’OCDE en 1985 contre 61% aujourd’hui, avec des disparités importantes, du Chili (où elles représentent moins de la moitié de la population) aux Etats-Unis et à Israël, où elles constituent 70% des ménages.

La France et l’Irlande font figures d’exceptions, représentant les seuls pays de l’OCDE où la part des classes moyennes a progressé durant la période. La France, où les classes moyennes constituent aujourd’hui 68 % de la population (contre 66 % en 1985), bénéficie notamment de services publics l’ayant préservé de la hausse des des coûts de la santé et de l’éducation à laquelle les Etats-Unis, par exemple, ont été confrontés. Le rapport note toutefois que comme tous les membres de l’OCDE, notre pays fait face à une grave crise du logement qui fragilise les classes populaires et moyennes.

Rappelant que « les classes moyennes sont un pilier fondamental de nos sociétés, de nos démocraties », Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE entend que ce rapport soit un « appel urgent à l’action ». Plusieurs pistes sont proposées face aux constats de fragilisation :

  • en matière d’investissement, l’OCDE appelle une action volontariste en matière d’éducation et de formation, menée à l’échelle mondiale,
  • en matière de fiscalité, elle préconise l’évolution vers un système plus « progressif et équitable », reposant davantage sur la taxation du capital, de la propriété et des successions que sur l’imposition des revenus.
Retour en haut de page