J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Centre de distribution de la banque alimentaire

Centre de distribution de la banque alimentaire
Cette action n’est plus portée par le CCAS/CIAS.

N’hésitez pas cependant à vous inspirer de cette fiche pour imaginer un projet similaire.

Contexte

Langoiran est une commune rurale de Gironde de 2 072 habitants, à mi-chemin entre Bordeaux et Langon. Créé en 1991, le dispositif d’aide alimentaire s’adressait alors uniquement aux personnes résidant à Langoiran. Très tôt, un partenariat fut instauré avec le CCAS de la commune voisine de Le Tourne, Langoiran restant le pivot de l’action.

Au fil des années, le CCAS de Langoiran a mis en place des conventions de partenariats entre CCAS, dont Langoiran est le gestionnaire du centre de distribution :
-  CCAS de Lestiac sur Garonne en octobre 2004,
-  CCAS de Tabanac en mai 2005,
-  CCAS de Paillet en juin 2008,
-  CCAS de Rions en novembre 2008.

Aujourd’hui, sur les 9 communes que compte la communauté de communes du Vallon de l’Artolie, l’action menée par le CCAS répond à la demande et aux besoins de 6 communes.

Le local du centre de distribution de la Banque Alimentaire est situé au rez-de-chaussée du bâtiment abritant la Mairie et le CCAS.

Les Restaurants du Cœur ont aussi leur local sur Langoiran, ce qui permet aux populations d’être soutenues toute l’année, l’aide alimentaire du CCAS prenant le relais de celle des Restos.

Description / Fonctionnement de l'action

Les demandes d’aide alimentaire sont faites à l’initiative de l’assistante sociale du secteur, des élus en charge de l’action sociale sur leur commune et du travailleur social du CCAS de Langoiran. Celui-ci effectue un entretien d’évaluation avec l’usager, instruit le dossier de demande pour le compte de tous les CCAS et délivre au bénéficiaire une carte d’accès.

Afin d’éviter les effets de seuil engendrés par le système des minima sociaux, le CCAS a opté pour une procédure d’attribution basée sur le « reste à vivre » dont le barème tient compte des ressources, des charges, du nombre de personnes au foyer et du nombre de jours par mois. Le montant obtenu devant être supérieur ou égal à 5 euros par jour et par personne.

Etant resté centre de distribution de la banque alimentaire, aucune contrepartie financière n’est demandée aux bénéficiaires mais le dispositif d’aide alimentaire a évolué, tendant à répondre au mieux aux besoins des personnes soutenues et à intégrer une action éducative (distribution de fiches de recettes à réaliser à partir des denrées remises, dépliants d’information en matière de nutrition, de santé, d’hygiène…). C’est dans cet esprit, mais aussi dans un but ludique que le CCAS prévoit de faire venir sur Langoiran et les communes partenaires, le bus-cuisine itinérant de la banque alimentaire de Bordeaux qui propose des ateliers culinaires très conviviaux.

Chaque semaine, le centre de distribution propose des produits frais (fruits, légumes, viandes, charcuterie, produits laitiers), des surgelés, des conserves, des gâteaux, de la viennoiserie, des produits spécifiques pour bébés, en plus des denrées de base, afin de permettre une alimentation saine et équilibrée qui tient compte des goûts et de l’appartenance religieuse ou culturelle de chacun.

Bilan

Points positifs :
L’entretien d’évaluation permet d’approfondir la situation des familles et de travailler sur la maîtrise du budget. L’aide alimentaire en nature apportée aux familles trouve en temps de crise toute sa légitimité. Associée à une action éducative : santé, nutrition, prévention en matière d’hygiène alimentaire elle permet de travailler sur les comportements alimentaires des bénéficiaires en favorisant leur autonomie de consommateurs au quotidien.

 

Points négatifs :
Les bénéficiaires sont accueillis dans un espace devenu trop exigu. La gestion de l’attente des bénéficiaires pose aussi problème.

Le CCAS est en cours de négociation avec < ?XML:NAMESPACE PREFIX = ST1 />la Mairie concernant la mise à disposition d’un local plus vaste, pourvu d’un espace indépendant qui sera transformé en un lieu convivial d’écoute et d’échanges.

Moyens

1 agent du CCAS de Langoiran qui instruit les dossiers et assure un accompagnement social des bénéficiaires, veille au respect des normes sanitaires, assure la gestion du stock,
2 bénévoles accueillent une fois par semaine, les bénéficiaires et confectionnent avec eux les paniers en fonction de leurs besoins et de leurs goûts,
1 agent techique de la mairie assure une matinée par semaine, le transport des denrées de < ?XML:NAMESPACE PREFIX = ST1 />la banque alimentaire de Bordeaux à Langoiran.
Les denrées sont distribuées le jour même en début d’après-midi.
Le local est mis à disposition à titre gratuit par la Mairie de Langoiran.

Investissement de départ de 3 000 euros (achat d’un caisson isotherme pour le véhicule, d’un réfrigérateur, d’un congélateur, de containers isothermes aux normes de la banque alimentaire), équipement du local (rayonnages), cotisation annuelle de la banque alimentaire, frais de personnel, participation du ccas aux frais de la banque alimentaire (fonctionnement et marchandises).
Par la suite, budget annuel d’environ 1 300 euros.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Mairie de Langoiran, CCAS de Tabanac, Le Tourne, Lestiac sur Garonne, Paillet, Rions

Ils financent l'action

Le montant de la cotisation annuelle versée à < ?XML:NAMESPACE PREFIX = ST1 />la Banque Alimentaire, les frais de personnel, la participation du CCAS aux frais de fonctionnement et de marchandises de la Banque Alimentaire sont partagés en fin d’année entre les CCAS partenaires, au prorata du nombre de leurs bénéficiaires.

Les observations du CCAS/CIAS

La réussite de cette action consiste dans le fait d’avoir pu fédérer et dynamiser plusieurs CCAS en tissant un réseau solidaire, amorce d’un partenariat et de projets plus ambitieux au sein de < ?XML:NAMESPACE PREFIX = ST1 />la communauté de communes.

Le système retenu du « reste à vivre » permet de soutenir le plus grand nombre de familles. La campagne de distribution prend le relais de celle des Restos du Cœur et permet ainsi d’assurer aux populations une aide alimentaire toute l’année. Au CCAS, l’aide alimentaire est associée à des actions éducatives et préventives en matière de maîtrise du budget, de santé, de nutrition, et d’hygiène alimentaire. Cette aide permet de soutenir les plus démunis en leur permettant de développer leur autonomie de consommateurs tout en leur redonnant le goût de se nourrir sainement à moindre coût. Les bénéficiaires deviennent acteurs de l’action notamment en participant auprès des élus, membres et personnel des CCAS partenaires et des bénévoles à la collecte nationale.

Photo : Wikimedia Commons / Henry Salomé

Retour en haut de page