J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Cellule d’aide d’urgence

Cellule d'aide d'urgence

Contexte

La cellule d’aide d’urgence est un dispositif d’aides financières extra légales mis en œuvre par le CCAS de la ville de Chambéry pour soutenir le public chambérien en difficultés. L’octroi de chèques de service permet de répondre en urgence et de manière ciblée aux besoins alimentaires ou d’hygiène. Ces chèques permettent aux bénéficiaires de faire des achats dans l’un des neuf commerces affiliés répartis sur l’ensemble des quartiers de la ville. Le chèque de service est un moyen de paiement commun et de ce fait non stigmatisant.Ce dispositif fait régulièrement l’objet de réactualisations sur la base des observations des techniciens mais aussi au regard des évaluations régulièrement menées. Un groupe de travail composé de techniciens et d’élus a mis en place une méthodologie pour réaliser cette analyse et se réunit ainsi régulièrement pour affiner les critères. Ceci a aboutit dernièrement au remaniement du règlement intérieur afin d’orienter le dispositif vers la prise charge du public isolé (public défini comme prioritaire au niveau de l’intervention du CCAS et de son positionnement dans le partenariat local), des travailleurs pauvres, des personnes en situation de grande précarité chronique et enfin des personnes ne pouvant prétendre à aucun droit.Ainsi, la prise en compte de la situation particulière des travailleurs pauvres a été réalisée par l’augmentation du plafond financier ainsi que par l’élargissement de la notion d’évènement imprévu. De ce fait, toute personne n’ayant pas fait appel au service Accueil et Aide à la personne depuis plus de deux ans, dont la situation financière entre dans le barème retenu, et ayant connu dans les six derniers mois un évènement financièrement déstabilisant peut prétendre à une aide.

Description / Fonctionnement de l'action

La Cellule d’aide d’urgence est composée d’un membre de l’équipe de direction, du responsable du service en charge de la gestion du dispositif et d’un travailleur social. Elle se réunit deux fois par semaine et permet de recevoir des demandes jusqu’à une heure avant la commission.Chaque situation fait l’objet d’une étude détaillée. La décision s’appuie sur l’analyse de la situation financière et du niveau de précarité à travers le quotient journalier. Elle dépend aussi de la survenance d’un évènement imprévu. Le quotient journalier se calcule comme suit : Total des revenus – Total des charges / 30 jours

 Nombre de part

Pour les familles et les jeunes de moins de 26 ans, le CCAS intervient uniquement après saisine des dispositifs de droit commun. Le montant de l’aide est déterminé en fonction de la durée évaluée de la difficulté, et il peut s’élever de 50 euros pour une semaine à 150 euros pour un mois.

Les aides peuvent être renouvelables une fois pour le même motif. Au delà, toute demande de renouvellement fait l’objet d’une présentation aux administrateurs du CCAS dans le cadre de la deuxième instance d’aides financières du CCAS.L’usager peut se présenter deux heures après la commission pour recevoir son aide après un entretien personnalisé avec un assistant d’accueil. Cet entretien permet d’expliquer à l’usager soit le motif du rejet de sa demande soit le montant de l’aide accordée ainsi que l’utilisation des chèques de services. Une plaquette explicative leur est notamment transmise afin de compléter cette information.

Bilan

Ce dispositif se montre souple et réactif de par ses critères de recevabilité des demandes en urgence et la fréquence de commissions. La cellule prend en compte chaque situation individuelle et peut, de ce fait, renouveler une aide pour le même motif.Les critères d’intervention du dispositif font l’objet de révisions régulières au regard de l’évolution des besoins constatés (exemples : augmentation du quotient journalier de référence pour permettre la prise en compte des situations de travailleurs pauvres ; prise en compte d’évènements déstabilisants la situation budgétaire dans les six mois précédents la demande afin de pouvoir répondre aux besoins d’usagers qui ne sollicitent pas ou peu les dispositifs sociaux …)
L’utilisation de chèques de services permet de cibler la réponse aux besoins alimentaires et d’hygiène.Du fait de son importante opérationnalité, le dispositif est souvent sollicité sans qu’il ait été fait appel préalablement aux dispositifs de droit commun.

Moyens

Moyen humain :
- Gestion du dispositif : 1 responsable de service, 1 assistant administratif, 2 assistants d’accueil
- Membres de la commission : 1 membre de l’équipe de direction, 1 responsable de service, 1 travailleur socialBudget : 50 000 euros

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Société chèques de services
Travailleurs sociaux : 
- du Conseil Général (Centres Polyvalent d’Action Sociale)
- de la CAF (Conseillères en Economie Sociale et Familiale)
- des services sociaux spécialisés
- des organismes tutélaires

Ils financent l'action

Aucun

Les observations du CCAS/CIAS

Cette aide extra légale répond aux besoins urgents de nombreux chambériens en situation de précarité momentanée ou chronique. La souplesse et l’efficience du dispositif permettent une grande réactivité.Ce dispositif fait l’objet d’une importante communication auprès des partenaires instructeurs afin de favoriser la lisibilité des critères d’intervention, de mesurer l’impact de la réponse fournie et d’appréhender les nouveaux besoins émergeants.Enfin, cet outil permet aux administrateurs du CCAS un repérage du profil du public en situation de grande précarité et leur permet de faire le constat de difficultés administratives parfois à l’origine de problèmes et de ce fait de questionner les institutions au sujet de leur fonctionnement ou de leur faire remonter des problématiques récurrentes.

Photo : Wikimedia Commons / Florian Pépellin

Retour en haut de page