J'ai compris, mais plus tard...

L’accès aux soins et la prévention à la santé restent déterminés par le niveau de revenus et la situation sociale. Ces difficultés sont accentuées par une migration importante et par une coordination qui demeure insuffisante dans les secteurs sanitaire et social (rapport du haut Comité de la santé publique « La santé en France en 2002 »).

Cette action n’est plus portée par le CCAS/CIAS.

N’hésitez pas cependant à vous inspirer de cette fiche pour imaginer un projet similaire.

Contexte

Les personnes en précarité ou en difficultés économiques ou sociales ont un accès à la santé caractérisé par un recours tardif aux soins (qui favorise l’apparition des complications des pathologies développées), une fréquentation accrue des urgences, une information limitée sur les dispositifs de prévention pour la santé.

Compte tenu du travail qu’il avait amorcé :
- interactions visant à développer les complémentarités entre les domaines sanitaires et sociaux,
- partenariats de qualité développés avec le secteur médical et en particulier avec le CHU de Nice (plans canicule et grand froid, veille médico-sociale, rétinographies, coordination avec les EHPA gérés par le CCAS, etc.),
- actions menées en faveur du public fragile ou précaire (gestion d’un centre d’accueil d’urgence sociale, d’un centre d’accueil de jour, d’un CHRS, d’un CLIC qui assure la gestion du registre des personnes fragiles et isolées, d’une antenne médicale, d’un centre de santé…),
- opportunité de posséder des locaux situés en centre ville, proches de l’hôpital et dans une zone prioritaire du contrat de ville, etc.

Le CCAS de Nice a souhaité poursuivre et développer l’action engagée en 2006, axée sur la prise en charge globale et coordonnée des publics précaires et en difficultés médico-sociales afin de favoriser l’accès aux soins et aux droits sociaux des personnes en situation de précarité et de fragilité.

Description / Fonctionnement de l'action

Le carrefour santé pour tous, ouvert depuis janvier 2006, est une structure médicale, sociale et de soutien psychologique. Afin de mutualiser les moyens mis en œuvre et de favoriser le partenariat, il propose différentes actions adaptées à la diversité des besoins recensés et met en place des consultations sur les sites du CCAS destinés à accueillir des populations en situation de grande précarité :
- une antenne de premier accueil médicalisé : dédiée à un public sans couverture sociale qui peut avoir accès à des consultations de médecine générale, des soins infirmiers, la délivrance de médicaments gratuits, une orientation vers les dispositifs de droits communs (CMU, aide médicale d’État…) et vers les services spécialisés à la prise en charge de la précarité,

- un centre de santé destiné à tout assuré social qui peut bénéficier de consultations de médecine générale, de soins infirmiers et de dépistage de rétinopathies diabétiques avec la pratique du tiers payant et de la télétransmission des actes,

- un espace objectif santé pour les allocataires du RSA, conçu et financé par le conseil général qui propose des consultations de médecine psychiatrique, soutien psychologique et bilans de compétences pour un accompagnement vers la réinsertion sociale ou une prise en charge médicale renforcée,

- un partenariat avec le CHU de Nice pour le public précaire et/ou âgé, visant à assurer une continuité de la prise en charge médicale et paramédicale, tant au niveau de l’hospitalisation qu’à sa sortie,

- des actions d’éducation pour la santé et de prévention par des conférences destinées à tout public (usagers et professionnels) abordant des thématiques médico-sociales variées et répondant aux attentes des participants,

- des permanences de partenaires associatifs, jouissant de conventionnements avec le CCAS visant à offrir, aux personnes en difficultés, aide, soutien et accompagnements (traducteurs, alphabétisation, écrivain public, suivi et prise en charge de la pathologie diabétique, etc.).

Bilan

Points positifs :
- bonne implication et participation des associations à s’y rendre pour animer des conférences et des réunions d’informations sur les thèmes variés,
- accès aux droits sociaux facilités (aide aux démarches d’accompagnement),
- prise en compte globale des aspects sociaux et médico-sociaux,
- lieu ressource en matière de prévention et d’information et de prévention santé.

Points négatifs :
- ce public en difficulté sociale nécessite un accompagnement spécifique,
- important travail de communication pour mieux faire connaître et repérer la structure, inciter le public à s’y rendre,
- financement de la structure par subvention donc non pérenne.

Moyens

Moyens humains :
- salariés du CCAS : agent d’accueil, médiateur médico-social, agent administratif, médecins vacataires, infirmière, pharmaciennes, agent technique.
- salariés du conseil général : médecin psychiatre, psychologues.
- salariés et bénévoles des associations partenaires conventionnées pour les permanences et activités.

Budget :
- investissement inhérent à la création de la structure : environ 420 000 euros (cofinancement de l’opération dans le cadre du contrat Ville intercommunal)
- fonctionnement : budget prévisionnel 2010 de 431 340 euros (recettes du centre de santé par le remboursement des actes et cofinancement de l’antenne par l’ARS dans le cadre du plan régional de santé publique : participation de l’État à hauteur de 4,7 %, conseil général : 6,3 %, CPAM : 32,6 %, CCAS : 56,4 %.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Ville de Nice, CHU de Nice, conseil général des A.M., conseil régional PACA, ARS, CPAM, associations des secteurs médico-sociaux.

Ils financent l'action

Ville, Etat (ARS + fonds d’expérimentation jeunes), conseil général, conseil régional PACA, CPAM.

Les observations du CCAS/CIAS

Le carrefour santé pour tous représente l’intérêt d’un partenariat efficace et accru entre le secteur sanitaire, compte tenu des conséquences et des liens sociaux pour le public en situation de précarité ou de fragilité, entre les aspects médicaux et sociaux.

La notion de prise en charge globale des bénéficiaires, allant de la prévention, aux actes médicaux et paramédicaux, jusqu’à l’orientation et au suivi est importante et se révèle efficace.

Le carrefour permet également la mise à disposition d’un équipement de proximité en centre ville, répondant ainsi à la diversité des besoins récensés sur le secteur.

Photo : Wikimedia Commons / Tobi 87

Retour en haut de page