J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience


BraSiloCim Batucada : l’insertion par les percussions

BraSiloCim Batucada : l'insertion par les percussions

Maillon du parcours d’insertion proposé par le CIAS, cette action s’appuie sur l’apprentissage d’une pratique instrumentale en collectif : la Batucada (percussions brésiliennes). S’adressant en priorité aux bénéficiaires du RSA, elle allie vie en collectif, implication des publics et développement personnel. La formation musicale, issue de cette action, se produit en concert et s’appelle le BraSiloCim Batucada.

Principaux objectifs

  • Permettre aux bénéficiaires du RSA de sortir de l’isolement et/ou de l’oisiveté
  • Valoriser et renforcer les compétences des personnes, proposer une action vecteur d’insertion
  • Favoriser la pratique artistique : pratiquer un instrument de musique au sein d’un conservatoire
  • Contribuer au bien-être et à l’estime de soi : mettre en œuvre un accompagnement social, proposer aux personnes d’être actrices de l’action en participant aux comités de pilotage et à différentes étapes de l’organisation logistique.
  • Renforcer la conscience du corps, la présentation/l’hygiène : par la nécessité de se tenir droit pour jouer, d’être réactif, de porter une tenue adaptée et d’apporter un soin particulier à son apparence pour les représentations
  • Changer le regard sur les pratiques de l’accompagnement social et sur les bénéficiaires du RSA

Public(s) Ciblé(s) par l'action

Habitants de la Communauté d’Agglomération Bar le Duc Sud Meuse bénéficiaires du RSA, de l’ASS ou de l’AAH (dont personnes marginalisées, en grande souffrance psychologique, artistes ne vivant pas de leur art, publics masculins) et tous publics accompagnés par le Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA).

Contexte

Le service SILO du CIAS Bar le Duc Sud Meuse est fortement impliqué au sein des instances multi partenariales de concertation présentes sur le territoire : Réseau Santé Insertion, Comité Local pour l’Insertion et l’Emploi (CLIE) et Programme Territorial d’Insertion (PTI) portés par le Département de la Meuse, Contrat de Ville et Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CISPD) porté par l’agglomération, coordination des associations caritatives du territoire portée par le CIAS.

La mise en place de l’atelier d’insertion par les percussions s’est appuyée à la fois sur des éléments de diagnostics partagés réalisés dans le cadre de ces instances et sur les besoins propres aux publics accompagnés par le CIAS.

Plusieurs constats collectifs :

  • Arrêt de certaines actions collectives d’insertion sur le territoire et manque exprimé par le public
  • Présence d’actions d’insertion en phase d’essoufflement sur le territoire en raison de leur manque d’originalité et de visibilité
  • Actions ne s’adaptant pas au temps nécessaire à la progression et à l’insertion des personnes en situation de grande précarité
  • Aucune action pérenne favorisant l’accès à la culture du public en recherche d’insertion sur le territoire
  • Des difficultés à travailler sur certains freins à l’emploi pourtant très fréquemment rencontrés : l’hygiène de vie, la présentation, l’accès aux soins, l’estime de soi, le respect des engagements
  • Des difficultés de mobilisation sur les actions collectives d’insertion de certains publics bénéficiaires du RSA...

Description / Fonctionnement de l'action

Après concertation collective entre partenaires, l’action de BraSiloCim Batucada a été mise en place.

Dans un premier temps, l’action débute par un repérage des publics cibles orientés par les partenaires du diagnostic : personnes isolées, marginalisées, artistes…

Caractéristiques de l’action :

  • Action à entrées et sorties permanentes
  • Concrétisation de l’action en partenariat avec le Conservatoire à Rayonnement Intercommunal : Percussions Brésiliennes Batucada avec mise en œuvre d’une pédagogie adaptée.
  • Élaboration des règles de vie par les participants  : hygiène de vie, engagement dans l’action, rangement et entretien des instruments
  • Contrat avec les participants : adhésion à un accompagnement social (5 entretiens par an ou plus à la demande des participants).
  • Pratique instrumentale  : cours une fois par semaine dispensé par le professeur de percussions du conservatoire en présence des intervenants sociaux, répétitions, concerts.
  • Participation des personnes aux comités de pilotage de l’action en tant que partenaires
  • Bénévoles et professionnels du social et de l’insertion demandent à s’engager au sein de la formation musicale afin d’établir, sur leur temps personnel, une relation de proximité avec les publics accompagnés
  • Émergence d’autres demandes des participants : création de 2 spectacles musicaux et théâtraux : La Cage (forme courte = 25 min) et [à] la Place (1h30, joué 4 fois dont 1 fois dans le cadre de la programmation 2016 du théâtre ACB scène nationale de Bar le Duc)
  • Une douzaine de concerts par an : vecteur de valorisation et d’implication dans la vie de la citée et du territoire
  • Ouverture culturelle avec un programme de plusieurs spectacles par an proposés par l’ACB Scène nationale, l’auditorium du conservatoire, les ateliers théâtre des établissements scolaires

Bilan

  • Une grande implication des participants
  • La possibilité d’auto-financer une partie de l’action grâce aux commandes de concerts.
  • Une forte progression des commandes et une implantation de plus en plus prégnante du BraSiloCim Batucada au sein des événements et festivités du territoire : inaugurations, festival Renaissances, Watts à Bar, Saint Nicolas…
  • La pertinence d’un levier d’insertion complémentaire qui s’adapte à la personne dans les étapes de son parcours d’insertion. Parcours qui peut également mobiliser les autres dispositifs portés par le service : Accompagnement social, domiciliation, jardin d’insertion, épicerie solidaire, relais emploi, chantier d’insertion…
  • Un changement de regard sur l’accompagnement social et une action dynamique, percutante et motivante pour l’équipe du service SILO et ses partenaires.
  • Un renforcement de la relation d’aide et du lien entre le bénéficiaire et le professionnel.

En 2019, 14 personnes participent à l’action. Le CIAS de Bar Le Duc observe un impact positif pour tous.

Moyens

Moyens humains

  • Assistante sociale : 0,20 ETP
  • Chef de service : 0,20 ETP
  • Secrétaire : 0,10 ETP

Moyens materiels

  • Instrumentarium (surdos, répiniques, caisse claire, baguettes, mailloches…)
  • Salle du conservatoire
  • Véhicule (mini bus et voiture du CIAS)

Coût total du projet

20 000 euros par an

Les partenaires

Partenaires opérationnels

  • Le Conservatoire à Rayonnement Intercommunal de Bar le Duc : cours en pédagogie adaptée et la direction artistique de la formation musicale BraSiloCim Batucada
  • Le département de la Meuse : financement de l’action, comité de pilotage, commandes concerts
  • La Maison de la Solidarité de Bar le Duc : réunions d’échange, synthèses relatives aux situations individuelles des participants, comité de pilotage, synthèses relatives aux situations individuelles des participants, orientation du public
  • Le Centre de Ressource illettrisme : orientation du public, comité de pilotage
  • L’Association Meusienne de Prévention : orientation du public, comité de pilotage
  • Le CADA : orientation du public et comité de pilotage
  • Le Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) : orientation du public et comité de pilotage
  • Les participants : investissement personnel, comité de pilotage, réunions d’échange…

Ils financent l'action

  • Département de la Meuse : 1100 euros dans le cadre du Programme Territorial d’Insertion
  • Conservatoire à Rayonnement Intercommunal : mise à disposition de personnel (Professeur de percussion) et de la salle
  • Participants à l’action : les concerts du BraSiloCim sont tarifés. Par leur engagement, ils permettent d’autofinancer une partie de l’action

Les outils de communication sur l'action

Page Facebook : Solidarité Insertion empLOi

Télécharger le flyer de présentation

Les outils pour évaluer l'action

  • Entretiens individuels
  • Temps de régulation collectif
  • Bilans écrits réalisés par les participants dans le cadre d’ateliers spécifiques
  • Tableaux de bord permettant le suivi du dispositif et l’impact de l’action sur les parcours individuels
  • Nombre de concerts commandés et réalisés.

Les observations du CCAS/CIAS

En raison de son impact positif et de par sa nature rythmée, énergique et dynamique, l’action devrait être essaimée sur d’autres territoires communaux ou intercommunaux.

Elle contribue vraiment à changer les regards : grand public, bénéficiaires du RSA et autre public accompagné, élèves du conservatoire, professionnel du social, du théâtre…

Le département des Vosges, l’ACTAS Grand Est et le CCAS de Commercy se sont déjà montrés intéressés par la mise en œuvre de l’action et ont invité le CCAS à présenter l’action lors de temps d’échanges.

Les principaux points de vigilance :

  • un partenariat solide avec le professionnel du conservatoire motivé par l’accueil de ce public et capable de mettre en œuvre une pédagogie adaptée à chaque apprenant
  • des temps de concertation avec le professionnel pour réguler les tensions et les dysfonctionnements et faire évoluer la formation
  • un budget permettant une montée en charge de l’action avec l’achat d’instruments adaptés, les déplacements, les spectacles...

Photo : Wikimedia Commons / Havang(nl)

Retour en haut de page