J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Baromètre numérique 2021 : enjeux d’une société “numérisée” en période de crise sanitaire

Baromètre numérique 2021 : enjeux d'une société “numérisée” en période de (...)

Menée depuis plusieurs années, cette enquête pilotée en 2020 par le Conseil Général de l’Economie (CGE), l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep) et l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires (ANCT), porte à la fois sur les équipements, les usages et le numérique dans la vie quotidienne, largement impactée en 2020 par la crise sanitaire.

La multiplication des équipements dans les foyers

L’apparition de la crise sanitaire et des confinements ont profondément transformé les pratiques digitales. L’équipement en smartphones continue à progresser (84%, +7 points en an) en 2020. Contraints de rester chez eux pour limiter les interactions sociales, les ménages ont cherché d’autres moyens pour maintenir du lien social avec l’extérieur. Le double équipement téléphonique (mobile + fixe) repart à la hausse (79% des Français contre 76% en 2019), de même que les tablettes (50%). Le taux d’équipement a ainsi bondi de 14 points par rapport à l’an passé. Les périodes de confinement et de restrictions de sorties ont favorisé cet équipement, si bien que le multi-équipement de terminaux d’accès à internet (parmi ordinateur, tablette et smartphone) concerne aujourd’hui 73% des Français. Encore minoritaires, les objets connectés connaissent une forte diffusion cette année. 23% disposent d’un objet connecté en lien avec la santé (11% en 2019), 20% d’une enceinte connectée, 17% de l’électroménager connecté et 17% possèdent un livre numérique.

A domicile, toutes les formes de connexion progressent (ordinateur ou un équipement mobile, par la connexion fixe ou mobile). Au sein des ménages équipés d’internet (ce qui équivaut à 85% de la population française), les connexions à très haut débit, par le biais du câble ou la fibre progressent aussi.

L’usage accru des supports technologiques

Les restrictions de déplacement, en limitant les temps de transport, ont fait baisser l’usage des téléphones mobiles, laissant place à un usage quotidien de l’ordinateur à un rythme plus soutenu par rapport à 2019 (66%, + 19 points). La tablette (26%) et le téléphone fixe (24%) gagnent 5 points d’usage quotidien, l’utilisation régulière de l’enceinte connectée est multipliée par deux. Le sentiment de compétence pour utiliser ces supports progresse, notamment le sentiment de maîtrise de l’ordinateur qui se trouve être en forte hausse (82%, soit + 15 points). L’usage des smartphones reste tout de même important et a permis de rapporter la part des utilisateurs d’applications de visio à 45%. Ce qui témoigne d’un réel rebond des téléchargements d’applications, notamment chez les personnes retraitées et les plus de 60 ans.

L’usage de l’ordinateur va de pair avec la progression des achats en ligne et de l’usage des réseaux sociaux : 71% des personnes interrogées ont déclaré avoir réalisé une démarche administrative en ligne. L’usage des réseaux sociaux est passé de 60% à 67%. Le télétravail a donc freiné les occasions d’achat près du lieu de travail, ce qui a incité de nouveaux acheteurs à passer au e-commerce.

De même que les applications et réseaux sociaux, l’ensemble des loisirs digitaux sont en progression, dont les livres numériques, désormais adoptés par 17% des répondants, soit deux fois plus qu’en 2015.

La télévision, qui avait plutôt tendance à perdre du terrain ces dernières années, a regagné des téléspectateurs : 30% de la population a passé plus de trois heures par jour devant un poste de télévision, notamment dû au visionnage des allocutions gouvernementales liées au Covid-19. Le réseau mobile est également fortement sollicité pour les usages audiovisuels avec une personne sur deux s’étant déclarée regarder des émissions télévisées grâce au réseau mobile.

La perception du numérique dans la vie quotidienne

De manière générale, les salariés ont apprécié le télétravail, a tel point que plus de la moitié (58%) souhaiterait que cette pratique perdure ou soit intégrée dans les nouvelles organisations de travail. Malgré un essor flagrant des taux d’équipement et d’usage des supports numériques, la part de personnes ne disposant à domicile d’aucun point d’entrée vers internet demeure, pour stagner à 9%. Également, 9% se sont déclarés ne pas avoir d’adresse électronique. Outre l’absence d’équipement, la maîtrise des outils semble être l’un des plus grands freins. L’enquête révèle une envie d’émancipation numérique car 24% souhaitent qu’on leur explique plutôt que la démarche soit réalisée par un tiers (14%). L’illettrisme est aussi un facteur d’illectronisme, car près d’un adulte sur cinq reconnaît rencontrer des difficultés avec l’écriture (9%), la lecture (11%) et/ou le calcul (11%).

L’utilisation propre des supports n’est pas le seul frein. La question des données personnelles subsiste même si la crainte exprimée vis-à-vis du RGPD diminue grâce à la diffusion de pratiques de précautions. 29% des usagers auraient ainsi éteint leur téléphone mobile pour éviter d’être tracés (en progression de 12 points par rapport à 2014) et 66% auraient renoncé à un achat par manque de confiance au moment de payer. Les Français restent encore sceptiques face à la question des champs magnétiques générés par l’ensemble des appareils électriques (antennes-relais, téléphones mobiles).

Sur l’aspect environnemental du numérique, l’achat d’un smartphone éco-responsable est important, mais majoritairement conditionné : 60% des répondants sont intéressés par la démarche mais 30% des répondants déclarent ne pas du tout l’être.

Autant de données de contexte utiles aux CCAS/CIAS, notamment pour ceux engagés dans des démarches d’inclusion numérique sur leur territoire.

Voir le rapport d’enquête intégral : Baromètre du numérique - édition 2021 - Enquête sur la diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française (1er juillet 2021) (arcep.fr)

Retour en haut de page