J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience


Autonomie et pouvoir d’agir par le théâtre

Autonomie et pouvoir d'agir par le théâtre

Le projet Autonomie et pouvoir d’agir par le théâtre, piloté par le CCAS du Lamentin en collaboration avec l’association Konbit est une action destinée à un public en situation de fragilité sociale, financière et/ou psychologique. Ce projet s’appuie sur le théâtre forum, technique de théâtre participative qui vise à la conscientisation et à l’information des populations.

Principaux objectifs

  • Permettre à des personnes vulnérables de participer à un projet créant des conditions favorables pour qu’elles adoptent des comportements positifs dans leur vie quotidienne
  • Rompre leur isolement social et se remettre dans une démarche, une dynamique personnelle, favorable à leur réinsertion sociale et professionnelle mais aussi valoriser l’estime de soi et la confiance en soi
  • Développer chez les participants leurs capacités à cerner leurs pensées leurs émotions, entendre et prendre en compte leur ressenti et le point de vue des autres, évaluer une situation dans l’espace privilégié et sécurisé, qu’offre la forme d’expression théâtrale

Objectifs spécifiques

  • Favoriser l’implication des personnes en situation de précarité dans un projet collectif en vue d’une re-mobilisation personnelle
  • Permettre aux participants d’identifier les freins et les leviers liés à la réinsertion sociale et/ou professionnelle et de travailler sur ces freins
  • Réinstaurer une image de soi positive et une confiance en soi et dans les autres
  • Renforcer les compétences psychosociales des publics

Objectifs opérationnels

  • Concevoir un spectacle de théâtre-forum réalisé sur la base de leur propre vécu, de leurs propres histoires. Le dispositif prévoyait également la participation active des travailleuses sociales des institutions partenaires à l’atelier
  • Favoriser une culture commune autour de la notion de compétences psychosociales
  • Favoriser l’accès au bien-être et au plaisir dans l’inscription d’un projet collectif

Public(s) Ciblé(s) par l'action

  • 20 hommes et femmes âgés de 20 à 65 ans.
  • Familles ayant déjà bénéficiées de l’Epicerie Solidaire de Saint-Vincent de Paul et public identifié par les travailleurs sociaux de la CAF et du CCAS
  • Il s’agit de personnes en situation de fragilité sociale, financière et/ou psychologique

Contexte

A partir d’ateliers classiques menés, dans le cadre de l’épicerie solidaire de la Société Saint Vincent de Paul (SSVP), les encadrants (travailleurs sociaux CAF, CCAS et SSVP) ont observé chez les familles suivies, des souffrances psychiques diverses. Les familles ont également exprimé le besoin d’un accompagnement durable. Le CCAS a alors intégré un atelier théâtre de 2h qui a été très apprécié par les participants.

C’est ainsi que nous avons pu constater que cet espace a permis aux familles d’extérioriser des émotions (joie, rires, pleurs...) des souffrances passées et présentes, des angoisses et des espoirs pour l’avenir.
Par conséquent, il a semblé opportun de poursuivre l’expérience de l’atelier théâtre, en lui consacrant une session dédiée, mise en œuvre pendant 14 semaines, avec la participation active des travailleurs sociaux, de manière à permettre à ce public de rompre son isolement social et de se remettre dans une démarche, une dynamique personnelle, favorable à sa réinsertion sociale.

Ensuite, le CCAS a ensuite fait appel à 6 des participants en tant qu’acteurs pour animer des débats théâtralisés dans le cadre de la campagne du lutte pour l’élimination des violences faites aux femmes et de la campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein.

Forte de l’expérience vécue par les familles, qui ont témoigné des effets bénéfiques de l’action, au niveau de leur estime de soi, de leur état d’esprit et sur leur capacité à agir sur les décisions qui influent sur leur vie, l’équipe encadrante souhaite reconduire ce projet, en étoffant la phase de réinvestissement citoyen.

Description / Fonctionnement de l'action

Le CCAS du Lamentin et l’association Konbit se sont inscrits dans la poursuite d’une coopération autour d’un projet d’initiation à la pratique théâtrale, en faveur des personnes en situation de fragilité sociale, financière et/ou psychologique.

L’action s’articulera autour de l’organisation de séances de théâtre de l’opprimé en direction d’un groupe de 20 personnes du Lamentin avec la participation active des travailleurs sociaux du CCAS du Lamentin.

Le dispositif original consiste à organiser un atelier long de théâtre de l’opprimé, dont l’une des séances type est décrite ci-après.

Photo atelier théêtre.jpg

Le théâtre de l’opprimé se fonde sur deux convictions essentielles :

  • Le théâtre est un outil de transformation personnelle et sociale, il révèle nos représentations et les stéréotypes qui en découlent, il veut changer le monde
  • Chaque être humain est capable de s’approprier le langage théâtral : être acteur sur scène pour être acteur de sa propre vie.

Pas à pas, le théâtre de l’opprimé (r)éveille des êtres humains libres, responsables et solidaires.

Sur 42 heures réparties en 14 séances de 3 heures, le but est d’explorer, expérimenter et apprendre à utiliser les principales techniques du théâtre de l’opprimé :

  • Les jeux et exercices sont des moyens de découverte et d’apprentissage ludiques ; ils développent les perceptions sensorielles, le mouvement, la communication, la créativité...
  • Le théâtre image permet avec les corps comme des images ou des statues de visualiser des thèmes, des idées, des situations puis de les transformer et de les dynamiser, de manière non verbale.
  • Le théâtre forum met en scène une situation problématique (conflit, dilemme) où un personnage ne parvient pas à obtenir un droit légitime. Les spectateurs sont ensuite sollicités pour proposer et essayer des alternatives : la scène devient alors un laboratoire du changement.

Phase préparatoire : janvier à mars 2019

Le comité technique est chargé du suivi de l’action et se réunit une fois par mois ou plus si nécessaire. Il est composé des travailleurs sociaux du CCAS, du coordonnateur ASV/ CLS et de 3 membres de l’association Konbit.

Phase d’accompagnement : de mars à juin 2019

Le CCAS du Lamentin en collaboration avec les partenaires en charge du social sur le territoire, recrutera le public cible, par le biais de sa file active et par des actions de sensibilisation et d’information.

Programmation

Séances 1 à 3 :

L’objectif des 3 premières séances est de travailler à la prise de conscience de soi et à la prise de conscience de l’autre. Il s’agit d’amener le groupe à prendre conscience de ses ressources (individuelles et collectives), tout en favorisant l’acceptation des différences.

  • Jeux de déplacement dans l’espace
  • Jeux sensoriels
  • Exercices de cohésion du groupe

Séances suivantes :

L’objectif des séances suivantes est à la fois de faire émerger des préoccupations propres aux personnes constituant le groupe et d’amener les participants à affirmer plus de confiance en soi, en prenant conscience de leurs ressources et en acquérant de nouvelles.

Chacune des séances s’articule autour d’une thématique-clé :

  • Séance 3 : le regard de l’autre – surmonter la crainte du jugement
  • Séance 4 : égalité femme-homme et déconstruction des stéréotypes sexistes
  • Séance 5 : les relations avec l’administration
  • Séance 6 : estime de soi et soins personnels (accès aux soins médicaux, mécanismes de déni des symptômes, crainte du jugement…)
  • Séance 7 : langue et identité – le rapport à l’usage du créole et du français
  • Séance 8 : s’exprimer en situation professionnelle (entretien de demande d’emploi etc…)
  • Séance 9 à 12 : initiation au théâtre forum et pratique de l’outil à partir des situations et problématiques rencontrées lors des séances précédentes
  • Séance 13 : débriefing avec les participants
  • Séance 14 : clôture de la première phase, restitution des travaux autour d’un moment convivial sous forme théâtrale. Invitation des partenaires institutionnels et familles des participants.

Phase de réinvestissement citoyen : d’ octobre à décembre 2019

Les participants aux ateliers théâtre seront acteurs de saynètes et vont à leur tour utiliser la pratique du forum théâtre comme support de prévention pour aborder diverses thématiques sensibles, telles que la lutte contre les violences faites aux femmes, la sensibilisation au dépistage du cancer du sein, soutien à la parentalité...

Octobre à décembre :

Mise en place d’ateliers co-animés par le CCAS, l’association Konbit et les familles avec l’intervention de partenaires, experts dans leurs différents domaines de compétence (Point Service aux Particuliers, nutritionniste, psychologue, orthophoniste…) :

  • Soutien à la parentalité
  • Accompagnement sur la gestion du budget
  • Accompagnement sur la maîtrise des énergies
  • Prévention santé (maladies chroniques, santé mentale)
  • Accès aux droits

Lieux : au sein des structures de proximité (maisons pour tous, foyers ruraux etc…), des espaces parents dans les établissements scolaires

Octobre :

Campagne de sensibilisation sur le cancer du sein (octobre rose) :
Débat théâtralisé à partir de la technique du théâtre forum avec le concours de l’association Konbit, l’AMREC et les familles.
Lieu : A définir

Novembre :

Territoires en santé (définie en fonction de la thématique choisie par l’ARS)
Lieux : Espaces publics

Novembre/ décembre :

Campagne de lutte pour l’élimination des violences faites aux femmes : Causerie-débat autour du sujet avec l’intervention de différents professionnels (juristes, psychologues, assistantes sociales, associations thématiques)

Clôture
Lieux : Hôtel de ville, espaces publics

Bilan

  • Depuis le début de l’année, 6 réunions préparatoires ont été organisées entre le personnel du CCAS et les partenaires. Un réseau de partenaires s’est donc formalisé, à l’issue de ces rencontres.
  • 15 familles ont déjà été sélectionnées, avec une majorité de femmes.
  • De plus, l’agent référent du CCAS a eu une montée de compétences pour la conduite de projets et en technique d’animation avec le théâtre comme support d’animation sociale.

Moyens

Moyens humains

  • Le CCAS : 10
  • Association Konbit : 4
  • Intervenants : 5

Moyens materiels

Salles, tables, chaises, feuilles, outils scripteurs, outils informatiques, matériel audiovisuel et de sonorisation, chapiteaux et véhicules

Coût total du projet

24 744 euros

Les partenaires

Partenaires opérationnels

  • Association KONBIT
  • Association Saint-Vincent de Paul, CAF, CTM
  • Point service aux particuliers

Ils financent l'action

  • Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité (DRDFE)
  • FIPDR - Contrat de ville (Etat/Ville/CACEM/ARS)
  • CTG
  • CCAS

Les outils de communication sur l'action

Appels téléphonique, réunions d’information et flyer

Les outils pour évaluer l'action

Indicateurs quantitatifs :

  • Indicateur 1 : nombre de participants
  • Indicateur 2 : assiduité des participants
  • Indicateur 3 : nombre de personnes touchées par les actions de prévention

Indicateurs qualitatifs :

  • Indicateur 1 : impact de l’action sur les participants
  • Indicateur 2 : atteinte des objectifs du groupe
  • Indicateur 3 : atteinte des objectifs individuels

Les observations du CCAS/CIAS

Le théâtre forum est un outil très intéressant en matière de communication mais aussi en matière de transformation individuelle. Il est important de respecter les différentes étapes, les premières séances permettent au groupe de se constituer en tant qu’entité solidaire et empathique.
Cette constitution du groupe s’opère grâce aux jeux et exercices qui permettent la désinhibition progressive des différentes personnalités et une mise en confiance mutuelle, facilitée par l’implication des travailleurs sociaux dans les ateliers.

Pour le CCAS du Lamentin, cette action devrait être essaimée dès lors qu’un groupe d’habitants semble être mobilisable notamment dans les quartiers politique de la ville, qui constitue un cadre idéal pour l’expérimentation et pouvant ainsi bénéficier des financements propres du Contrat de ville.

Il n’est pas toujours simple de mobiliser les familles surtout lorsqu’elles doivent lâcher prise.

Photo : Wikimedia Commons / maxime

Retour en haut de page