J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Auto-réhabilitation accompagnée et adaptions de l’action aux personnes âgées et/ou en situation de handicap

Auto-réhabilitation accompagnée et adaptions de l'action aux personnes (...)

Le CCAS de Fontenay-sous-Bois accompagne l’association Compagnons Bâtisseurs Île-de-France à la mise en œuvre dans le quartier prioritaire de La Redoute d’un ensemble d’actions visant à améliorer le logement des habitants les plus vulnérables en les rendant acteurs de leur projet (auto-réhabilitation accompagnée, dépannages pédagogiques, ateliers bricolage, entraide de proximité, outilthèque…).

Cette démarche globale vise à la prise en charge, par les intéressés eux-mêmes, de leurs propres problèmes et poursuit par là-même une action d’éducation populaire auprès des personnes impliquées dans les activités qu’elle mène.

Cette action a été lauréate de la bourse aux initiatives lancée par l’UNCCAS et AG2R la Mondiale en 2017, pour favoriser le logement et l’hébergement des personnes âgées, des personnes handicapées vieillissantes et des personnes en difficulté d’insertion sociale et professionnelle (catégorie « Personnes en difficulté d’insertion sociale et professionnelle »).

Contexte

Le Service Habitat de la Ville de Fontenay-sous-Bois a sollicité les Compagnons Bâtisseurs d’Île-de-France pour accompagner les habitants du quartier de La Redoute, quartier prioritaire de la Politique de la Ville cumulant les difficultés socio-éco-urbaines, à améliorer par eux-mêmes et entretenir leur logement.

L’Auto-Réhabilitation Accompagnée a été identifiée comme un levier par le service Habitat, le Centre Communal d’Action Sociale et d’autres acteurs du territoire pour (re)mobiliser les habitants de ce quartier à la réalisation de petits travaux d’entretien de leur logement mais aussi à des activités en lien : emploi, scolarité, citoyenneté, etc.

L’intérêt porté par les partenaires à la démarche réside dans sa double articulation - entre l’amélioration de l’habitat et la dynamique de développement social local - qui permet de valoriser le quartier, ses habitants et la coordination entre acteurs locaux.

L’action a été lancée en avril 2016 pour expérimenter des premiers chantiers d’Auto-réhabilitation accompagnée sur le quartier. Suite à la réunion du comité de pilotage du projet fin 2016, ses membres ont réaffirmé la poursuite du projet (ETAT, Ville de Fontenay-Sous-Bois, CAF, le bailleur IDF habitat, Conseil Départemental). L’année 2017 est donc une étape importante de développement et de consolidation du projet (développement du nombre de chantiers ARA, lancement d’ateliers de bricolage sur le quartier…).

Description / Fonctionnement de l'action

Publics ciblés par l’action

Publics précaires du Quartier Prioritaire de la Ville (QPV) de La Redoute.

Familles monoparentales, personnes âgées, isolées, en marge des dispositifs spécifiques ou de droits communs, personnes en difficulté par rapport à l’emploi, des familles aux bas revenus, des personnes ou familles qui maîtrisent peu ou pas la langue française...

Principaux objectifs

  • Améliorer les conditions d’habitat et lutter contre l’habitat dégradé,
  • Développer sa confiance en soi, ses compétences en matière d’entretien du logement et sa capacité d’initiatives,
  • Encourager les liens de solidarité et d’entraide entre voisins, familles, amis et les liens intergénérationnels pour lutter contre l’isolement, le repli sur soi, la dévalorisation de l’habitat et ses occupants,
  • Favoriser une meilleure connaissance des dispositifs et acteurs locaux (travailleurs sociaux, associations locales, instances citoyennes, etc.),
  • Mener des actions de médiation et renforcer les liens entre le bailleur et les locataires ; aider à clarifier les droits et devoirs du bailleur et du locataire,
  • Développer des activités locales et les actions en espace public afin d’améliorer la dynamique de quartier.

Fonctionnement de l’action

Amélioration des logements du quartier de La Redoute de Fontenay-sous-Bois<<
Accompagnement individualisé au sein du logement Accompagnement collectif au sein du quartier Mise à disposition d’outils auprès des habitants
. Chantiers d’Autoréhabilitation
. Dépannages pédagogiques
. Ateliers bricolage
. Entraide familiale, amicale ou de voisinage
. Outilthèque
. Communication

1/ Un accompagnement individualisé au sein du logement conjuguant une approche sociale et technique – chantiers ARA, dépannages pédagogiques

 

 
Action 1.1. : Encadrement de 15 chantiers d’ARA en 2017 (année pleine)
Ces chantiers s’adressent aux ménages en difficulté dans la résolution de leurs problèmes de logement, dont la situation socio-économique tend vers la précarité.

Les chantiers d’ARA sont l’occasion d’aborder, dès la phase de co-conception et dans le quotidien de la co-réalisation, 8 thèmes principaux :

  1. restauration du logement,
  2. décoration,
  3. énergie,
  4. usage et maintenance,
  5. prévention des risques domestiques,
  6. liens sociaux et voisinage,
  7. liens familiaux, savoir-faire,
  8. relations au bailleur et à l’assurance.

Pour le ménage, l’accompagnement est gratuit, 90% du coût des matériaux est pris en charge par le projet, lui laissant 10% à sa charge.

Action 1.2. : Réalisation d’une vingtaine de dépannages pédagogiques

Il s’agit de petites réparations (fuite d’eau, repose d’une tringle à rideau, etc.) que l’habitant effectue avec l’aide des Compagnons Bâtisseurs.

Pour l’habitant, le dépannage pédagogique est gratuit, à l’exception des pièces de remplacement, qu’il est le plus souvent invité à acheter lui-même. L’animateur technique conseillera également l’habitant, dans la démarche de « pédagogie de l’achat ».

L’implication des familles dans ces actions est l’occasion d’identifier des difficultés ou les demandes nécessitant une réponse. L’animatrice habitat par sa connaissance du réseau des acteurs locaux orientera l’habitant vers la bonne ressource (CCAS, CAF, Services sociaux, mission locale, etc.). Ce volet de l’action concerne, à des degrés divers, les familles qui auront entrepris un chantier ARA, mais aussi celles avec lesquelles un contact aura abouti au constat d’une difficulté et à la création d’un lien de confiance autour des questions du « bien habiter », sans forcément que soit, à ce moment, possible ou nécessaire d’entreprendre un chantier d’ARA ou un dépannage pédagogique.

2/ Une dimension collective par la mobilisation et l’entraide familiale, amicale ou de voisinage et par la participation des familles aux animations collectives

 

 
Action 2.1. : Animation de 24 ateliers bricolage annuels à raison de 3 par mois

Il s’agit d’une action quasi-hebdomadaire et conviviale de formation des habitants qui se déroule dans le local aménagé à cet effet. Les ateliers se traduisent par des cours collectifs sur le thème du bricolage et de l’habitat.

Action 2.2. : Accompagnement de l’émergence de dynamiques d’entraide familiale, amicale ou de voisinage

Il s’agit d’encourager les habitants à solliciter leur famille, leurs voisins, leurs amis, pour réaliser solidairement les chantiers, mais également s’entraider et s’échanger des savoirs faire.
Cette entraide est souvent l’occasion pour les habitants de renouer des liens, de rencontrer de nouvelles personnes ou encore d’apaiser certaines tensions existantes (relations enfants parents conflictuelles, relations de voisinage difficile, etc.)

3/ Une mise à disposition d’outils

 

 
Action 3.1. : L’outilthéque, mise à disposition des habitants du quartier d’outils

Dans la continuité des actions menées, l’atelier de quartier met à disposition des habitants du quartier des outils qu’ils peuvent emprunter gratuitement afin de réaliser par eux-mêmes des travaux. Elle est ouverte sur rendez-vous, les lots d’outils sont prêtés gratuitement pour une durée limitée dans le temps. Le prêt d’outils fait souvent l’objet d’échanges et de conseils délivrés par l’animateur technique pour faciliter la réalisation de leur projet par les habitants.

Action 3.2. : Communication auprès des habitants et avec les partenaires

Il s’agit d’un volet important qui permet de rendre visible l’atelier et les différentes actions auprès des habitants : affichage, boitage, communication et échanges réguliers avec les partenaires par téléphone, mailing, participation aux événements du quartier, site internet de la ville, etc.

Toutes les 6 semaines, un Comité Technique de Suivi se réunit afin d’échanger des informations sur la vie de l’atelier et du quartier, de coopérer sur des projets ponctuels ou de s’entraider pour relayer les informations bénéfiques aux habitants.

Le rôle du CCAS et des Compagnons Bâtisseurs

 

 
Les Compagnons bâtisseurs apportent leur expertise sur le volet technique de l’action.

Le CCAS apporte quant à lui le volet social, notamment via :

  • le repérage des familles accompagnées par le CCAS pouvant s’inscrire dans l’action ;
  • la mobilisation des familles ciblées pour qu’elles adhérent au projet ;
  • l’accompagnement des familles concernées par le projet dans leur parcours d’insertion sociale et professionnelle ;
  • le travail en binôme avec les Compagnons Bâtisseurs pour assurer le suivi des familles
  • la participation active aux instances : CTS et COPIL ;
  • la coordination des acteurs sociaux locaux sur ce projet

Les travailleurs sociaux sont généralement sollicités par les Compagnons Bâtisseurs afin :

  • d’affiner le diagnostic social des familles et de définir le projet social associé au chantier, afin de mesurer si cette action peut correspondre aux besoins des familles ;
  • de faire une visite commune afin de fixer les objectifs, si nécessaire
  • d’apporter leur soutien dans l’évaluation d’une situation sociale complexe, afin de trouver des solutions appropriées aux difficultés rencontrées par les familles, d’entreprendre de nouvelles démarches, etc.
  • de veiller à la bonne articulation du suivi social et des dispositifs existants.

Les outils pour évaluer l’action

Le suivi de l’activité est assuré via plusieurs outils :

  • un fichier de suivi de la situation des personnes, des effets du chantier d’ARA et de l’entraide,
  • un fichier de suivi des travaux,
  • un tableau rempli à chaque atelier bricolage par les participants,
  • un tableau de suivi du prêt d’outils,
  • un tableau de suivi des dépannages pédagogiques,
  • les comptes rendus de CTS et de COPIL.

L’animatrice habitat réalise également un bilan approfondi à la fin de chaque chantier ARA.

Les indicateurs retenus* :

Les indicateurs de réalisation

  • nombre d’accompagnements réalisés,
  • nombre de chantiers réalisés,
  • nombre de participants aux ateliers bricolage (dont le nombre de personnes nouvelles),
  • nombre d’ateliers bricolage réalisés en lien avec les écogestes,
  • nombre de médiations locataires / bailleurs,
  • nombre de jeunes volontaires recrutés issus des quartiers,
  • nombre ou part de volontaires issus des quartiers ayant réalisé leur service civique en dehors de leur quartier d’habitation.

Les indicateurs de résultat

  • nombre de jours de travaux réalisés en autonomie,
  • types de travaux réalisés en autonomie,
  • nombre d’emprunts d’outils,
  • nombre de kits énergétiques installés,
  • nombre d’action d’entraide,
  • nombre de volontaires issus des quartiers ayant participé aux actions de réseau de l’ANCB en direction des volontaires.

Les indicateurs d’impact

  • nombre de personnes qui déclarent accueillir de nouveau chez elles depuis l’ARA,
  • nombre d’habitants qui animent, assurent une activité à l’atelier,
  • nombre d’habitants membres d’une instance locale (conseil citoyen, maison du projet, amicale de locataires…),
  • nombre ou part des volontaires issus des quartiers ayant une solution formation ou emploi positive suite à la fin de leur volontariat.

* cette année, les Compagnons Bâtisseurs se dotent progressivement de nouveaux indicateurs afin d’évaluer de manière plus juste l’action réalisée et ses impacts

Bilan

En 2016, les activités de l’atelier ont démarré à partir du mois de mars par l’aménagement et l’installation au sein d’un local en pied d’immeubles, mis à disposition par le bailleur social IDF Habitat.
Après 10 mois de fonctionnement, les instances de suivi et de pilotage (CTS et COPIL) ont constaté que les accompagnements socio-techniques, les médiations locataires-bailleur, l’activation des dynamiques inter-familiales et la suscitation de solidarités de voisinage et de solidarité-mobilité de jeunes ont été conformes aux objectifs fixés pour la première année de lancement :

  • Les chantiers d’ARA : 9 étaient fini à la fin de l’année, 3 étaient en cours, 7 familles souhaitaient réaliser un chantier d’ARA.
  • Les dépannages pédagogiques : réalisation de 14 dépannages pour 28 personnes touchées.
  • Les ateliers bricolage : 103 participations recensées, avec une moyenne de 5 participants.
  • L’entraide : 4 bénévoles ont participé aux chantiers, 1 jeune fontenaisien a souhaité s’impliquer dans l’association via un service civique à la suite d’un chantier réalisé chez lui, 1 volontaire en service civique européen à effectuer une partie de son volontaire au sein de l’atelier, l’entraide familiale a particulièrement fonctionné.
  • L’outilthéque : 12 familles ont emprunté régulièrement des outils pour réaliser des travaux dans leur appartement.
  • Coordination : 7 comités techniques de suivi ont réuni l’ensemble des partenaires opérationnels, 2 comités de pilotage ont réunis les partenaires financiers.

Pour l’année 2017, les résultats attendus sont les suivants :

  • Déployer l’action, afin de permettre à un plus grand nombre d’habitants d’acquérir des savoirs faire, de renforcer leur capacité à agir, et d’améliorer leur condition de vie,
  • Développer les partenaires avec les structures locales et associatives, afin de toucher un plus grand nombre de personnes isolées ou en précarité.

Moyens

Moyens humains

Personnels Compagnons Bâtisseurs

 

  • Le directeur de l’association : supervision, recherche de subvention, formation de l’animateur technique, suivi du projet.
  • La chargée de projet santé et matériaux : mise en place de partenariats pour la récupération et le don de matériaux, définition des procédures d’intervention
  • L’animatrice habitat : définition avec les habitants leur projet de chantier d’ARA, coordination de l’entraide sur les chantiers (1/3 ETP).
  • L’animateur technique : animation des chantiers, accompagnement des familles dans son chantier, transmission de ses savoirs-faire (1 ETP)...
  • Volontaire en service civique, bénévolat….

Personnels CCAS

 

  • Responsable service Défense des Familles : Coordination des acteurs sociaux locaux sur ce projet, suivi du projet et relais vers la Direction du CCAS…
  • Travailleur social référent de l’action : Participation aux comités techniques, attribution d’un référent social pour les ménages identifiés, centralise les informations sur les ménages, relais vers les autres travailleurs sociaux du CCAS et vers le comité technique…
  • Travailleurs sociaux du CCAS : repérage, accompagnement et suivi des ménages…

Moyens matériels

Le matériel et l’outillage nécessaire

 
Pour le bon déroulement des volets de l’atelier de quartier, du matériel et des outils sont nécessaires pour un budget autour de 2000 euros. En nombre suffisant, les outils permettent à la fois d’être utilisés sur les chantiers, en ateliers bricolage et dans le cadre de l’outilthèque.


 

Un local

 
Le local appartenant à IDF Habitat est mis à disposition gratuitement par la ville de Fontenay-sous-Bois, dans lequel on trouve un espace pour les ateliers bricolage, un espace de bureau, un espace de stockage et un espace cuisine.

Bureautique

 
L’atelier est équipé d’un ordinateur fixe pour les salariés et les volontaires afin d’établir les devis, préparer les ateliers bricolage et renseigner les grilles de suivi.

Budget prévisionnel

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Deux instances accompagnent le fonctionnement de l’action :

  • Le Comité Technique de Suivi est une instance qui se réunit toutes les 6 semaines. Cette instance réunit un groupe de professionnels et de bénévoles, représentant des institutions engagées dans les dynamiques sociales du quartier, qui échange et s’informe au sujet de l’activité de l’Atelier de Quartier tout au long de l’année. Il veille à articuler les initiatives de l’atelier de quartier avec les missions en cours ou prévues des institutions qui y sont représentées. Il s’assure du respect des orientations prises par le Comité de Pilotage. Il examine l’activité au regard du respect des personnes, de la création de lien social, de l’amélioration de l’habitat, de la santé et de l’insertion. Il s’efforce de mettre en relation les Compagnons Bâtisseurs avec les habitants les plus en difficulté dans l’entretien de leur logement, et avec les habitants les plus à même de développer de l’entraide.
  • Le Comité de Pilotage est une instance qui se réunit une à deux fois dans l’année. Elle définit les orientations de l’atelier, et s’assure que son financement soit pérenne. Elle prend connaissance du bilan en fin d’année, et peut proposer des modifications de périmètre ou d’activité.

Ils financent l'action

  • Le CGET, commissariat général à l’égalité des territoires : 18 000 €, soit 16% du projet au titre du Contrat de Ville.
  • Le Conseil départemental du Val-de-Marne, 10 000 € soit 9% du projet.
  • La Ville de Fontenay-sous-Bois : 20 000 €, soit 17% du projet.
  • IDF Habitat : 25 000€ soit 22% du projet.
  • La CAF du Val-de-Marne : 15 000 € soit 13% du projet.
  • Veolia Eau Solidaire : 7 000 € soit 6% du projet.
  • La Bourse aux initiatives Logement/hébergement UNCCAS/AG2R : 10 000 € pour déployer les actions auprès des publics les plus vulnérables en lien avec les travailleurs sociaux du CCAS.

Les remarques du CCAS/CIAS

Cette action a un potentiel d’essaimage, notamment sur les quartiers faisant l’objet d’un Programme de Rénovation Urbaine, en lien avec les bailleurs sociaux. En Île-de-France, la question de l’intervention auprès des propriétaires occupants vulnérables figure aussi comme une préoccupation forte au niveau local (ville, CCAS, Conseil Départemental).

Les principaux leviers permettent de mettre en place une action similaire :

  • un réseau de partenaires convaincus, souhaitant financer l’action,
  • une bonne coopération entre partenaires opérationnels (orientations des familles, montage de projets locaux pertinents pour les habitants),
  • des habitants souhaitant voir une action similaire se développer sur leur quartier.

La principale difficulté est de réunir des financements pérennes sur au moins 3 ans, afin de permettre à l’action d’être déployée entièrement.

Cet outil ARA peut être développé sur des publics spécifiques, nécessitant certaines adaptations, à l’exemple des personnes âgées à domicile. Les Compagnons Bâtisseurs expérimentent ce type de démarche dans certaines régions.

Photo : Wikimedia Commons / Bruno Barral

Retour en haut de page