J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Activités et visites en Ehpad : les recommandations du second rapport de Jérôme Guedj

Activités et visites en Ehpad : les recommandations du second rapport de (...)

Parmi les 42 recommandations du premier rapport d’activité remis à Olivier Véran le 6 avril dernier, la proposition 20 portait sur la nécessité d’alléger les conditions de confinement en EHPAD tout en respectant les règles de protection sanitaire.

A la demande du Ministre des Solidarités et de la Santé, le second rapport d’étape remis le 18 avril par la mission de Jérôme Guedj, formule des recommandations organisationnelles et opérationnelles pour les EHPAD et les résidences autonomie, compatibles pour les établissements pour personnes en situation de handicap. Elles concernent principalement le maintien des activités au sein des établissements et l’organisation à mettre en place pour préparer la nouvelle autorisation des visites, annoncée par le Premier Ministre le 19 avril.

Le maintien des activités de lien social au sein de l’établissement

Rappelant la nécessité du confinement dans les EHPAD face au risque de mortalité pour les plus fragiles, la mission rappelle que le confinement en chambre n’a jamais interdit le maintien d’activités de lien social.

A l’intérieur de l’établissement

  • Animations couloir : organisation de cours de gym ou des jeux (bingo, loto, karaoké, mots croisés, etc.), chaque résident participant sur le palier de sa porte ;
  • Activités en petit groupe dans un local polyvalent de l’unité ;
  • Diffusion de musique à chaque étage.

A l’extérieur, lorsque l’établissement est doté d’un jardin ou d’une cour

  • Promenades individuelles, seul ou avec un professionnel de l’établissement ;
  • Activités de jardinage avec distanciation renforcée ;
  • Intervention de coachs sportifs, musiciens, artistes ou animateurs, créant des dynamiques de partage auxquelles les résidents participent depuis leur balcon ou leur fenêtre ;
  • Activités collectives avec distanciation sociale en petit groupe en extérieur ;
  • Rendez-vous « chanté » : des personnels se réunissent pour chanter ou danser dans un lieu central (atrium, cour, allée), les résidents pouvant les écouter de leur fenêtre ou des balcons.

Maintien de temps d’échange lors des repas

  • Déjeuner « de couloir » : chaque résident est installé à l’entrée de sa porte le temps du déjeuner, et peut ainsi au moins voir, sinon parler avec son voisin ;
  • En microgroupe, dans un local polyvalent ou une salle à manger d’unité, dans le respect des distances de sécurité : organisation des déjeuners avec quelques résidents, en « tournant ».

Lien avec l’extérieur

  • Téléphone ;
  • Tablettes et dispositifs de visioconférence permettant des retrouvailles virtuelles ;
  • Déploiement d’outils numériques multiples ;
  • Relations épistolaires ou attentions venues de l’extérieur de l’établissement envoi de lettres, de dessins, de cadeaux et attentions pour les résidents, etc.).

Le retour des familles et des bénévoles dans les EHPAD

Compte-tenu des conséquences délétères du confinement du point de vue psychologique et physique pour de nombreux résidents (dépression, perte de mobilité, dénutrition…), le retour des familles, voire des bénévoles, est indispensable afin de permettre aux résidents de retrouver plus de lien social.

Tout en sachant que les EHPAD contacteront les familles, ce retour doit être préparé au sein de chaque établissement, à partir d’une impulsion nationale, selon les modalités suivantes :

  • Recueillir et entendre les besoins et les attentes des résidents
  • Recueillir la demande de la famille, des proches, des tuteurs : visite sur rendez-vous uniquement, après accord de l’établissement
  • Signature d’une charte par les visiteurs
  • Associer à cette démarche l’ensemble de la communauté de l’EHPAD : instances représentatives du personnel et conseil de vie social
  • Âge requis : personnes majeures, sauf en cas de fin de vie où un mineur peut être présent
  • Nombre de personnes par visite : 2 personnes maximum pour les visites dans les espaces de convivialité et en extérieur ; 1 personne maximum pour des visites en chambre
  • Prioriser dans un premier temps les résidents pour qui le confinement a un fort impact sur la santé physique et mentale
  • Ouvrir progressivement ces possibilités à l’ensemble des résidents
  • La durée de la rencontre : de 30 minutes minimum à 1h
  • Périodicité des visites : au moins tous les 15 jours, pour tendre vers toutes les semaines
  • Enregistrer l’ensemble des visites dans un registre dédié
  • Mettre en place les moyens humains bénévoles permettant l’organisation et l’encadrement des visites (pompiers volontaires, Protection Civile, Croix-Rouge, associations intervenant au préalable dans l’EHPAD)
  • Réfléchir et penser à l’accompagnement psycho-social des résidents avant et après les visites
  • Respect des gestes barrières et mesures de distanciation sociale
  • Garantir une double circulation : à aucun moment visiteur et résidents ne doivent se croiser dans l’établissement. Les visiteurs ne doivent également pas être amenés à croiser d’autres résidents.
    • Passage obligatoire dans un sas d’accueil et d’habillage/déshabillage ;
    • Lavage des mains et solutions hydroalcooliques ;
    • Prise de température ;
    • Auto-questionnaire à remplir par les visiteurs pour confirmer l’absence de symptômes ;
    • Présentation de la copie d’un éventuel test de dépistage PCR ;
    • Port de masques chirurgicaux ;
    • Respect d’un circuit sécurisé de visite avec pour objectif d’éviter tout contact entre le visiteur et les résidents et les personnels de l’établissement ;
    • Distance physique d’au moins 1,50m, avec matérialisation (grande table, décoration végétale, éventuellement séparation mobile vitrée ou plexiglass) ;
    • Nettoyage des surfaces susceptibles d’avoir été touchées (et aération, le cas échéant, de la pièce) avant et après chaque visite, avec un produit de désinfection de surface.
  • Privilégier la rencontre en extérieur pour que les visiteurs ne rentrent pas dans l’établissement : terrasse, jardin, cour, parking, selon les spécificités architecturales de l’établissement.
  • En deuxième intention, dans un espace dédié au rez-de-chaussée de l’établissement, avec entrée indépendante pour les visiteurs (salle de restaurant, accueil de jour, etc.).
  • En dernier recours, en chambre en raison de l’état de santé du résident, avec des conditions particulières :
    • Une seule personne à la fois ;
    • Une durée plus réduite, à apprécier ;
    • En cas de fin de vie, présence autorisée d’un mineur ;
    • Equipements de protection individuelle requis systématiquement pour toute visite en chambre (pour résident Covid ou non Covid) : masque, blouse, charlotte.
  • Moyens humains à mobiliser pour les établissements : 2 personnes par visite avec possibilité de recourir à des bénévoles formés et encadrés.
  • Concilier respect de l’intimité et mise en œuvre des gestes barrière et de distanciation : entretien sans présence continue d’un professionnel de l’EHPAD.

Nos questions à Jérôme Guedj

Pourquoi est-il nécessaire de permettre aux proches de revenir dans les Ehpad ?
 
Les professionnels des Ehpad comme les familles alertaient sur le risques pour les résidents : la dépression, la perte de mobilité, la dénutrition... Concilier concrètement sécurité maintenue et liens retrouvés, c’est le sens des propositions.
 
Les adhérents de l’UNCCAS peuvent être inquiets de l’information déclarant que les familles peuvent venir dès aujourd’hui dans les EHPAD. Pouvez-vous les rassurer ?
 
Je les comprends, il s’agit de dire qu’à partir d’aujourd’hui les Ehpad peuvent se rapprocher des familles pour recueillir leurs souhaits. Les visites étant sur rendez-vous et nécessitant de l’organisation en amont et une décision collégiale, elles ne pourront probablement pas avoir lieu tout de suite . Pas de précipitation pour garantir la sécurité et un déploiement progressif.
 
Photo : Wikimedia Commons / Audrey AK

Retour en haut de page