J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Action sociale dans les écoles publiques maternelles et élémentaires

Action sociale dans les écoles publiques maternelles et élémentaires

Les travailleurs sociaux du CCAS d’Aurillac intervenaient jusqu’au 31 décembre 2002 en polyvalence de secteur sur la ville, compétence du conseil général. Suite à la rupture de la convention avec cette institution, une réflexion a été menée autour de projets innovants. Ainsi, l’axe en faveur des élèves a été retenu par la municipalité car il coïncidait avec le volet social du projet éducatif local.

Description / Fonctionnement de l'action

Chaque établissement scolaire public a un travailleur social référent qui effectue dans l’école une permanence hebdomadaire à destination des familles. Cette présence permet également un contact régulier avec les personnels de l’établissement. Le travailleur social effectue des visites à domicile et reçoit aussi les familles au CCAS.

Dans le cadre de la scolarisation des enfants handicapés, il est intégré aux équipes de suivi de la scolarisation, il participe aux réunions et établit le volet social du projet personnalisé de l’enfant, qui est ensuite transmis à la MDPH.
Les écoles sont rattachées à un des trois centres sociaux de la ville pour les activités périscolaires. Les travailleurs sociaux sont en relation étroite avec ces centres sociaux dans le cadre de l’accompagnement à la scolarité, pour lequel ils ont un rôle de soutien aux parents et de lien parents/centre social/école.

Depuis 2007, le CCAS a conclu une convention de partenariat avec le conseil général sur la protection de l’enfance en danger. Dans ce cadre, les travailleurs sociaux du CCAS participent à l’évaluation des situations d’enfants ayant fait l’objet d’un recueil d’informations préoccupantes, lorsque ces enfants sont scolarisés dans une école publique de la Ville. Le CCAS est également intégré à la commission d’aide à la décision hebdomadaire qu’organise la collectivité départementale sur ces situations.

Bilan

Points positifs :

Ce dispositif contribue à la prévention précoce de l’échec et de l’exclusion scolaire. Le travailleur social est en contact avec les enfants, accessible pour les enseignants et l’ensemble des personnels formant la communauté éducative (personnel municipal dans l’école, animateurs et bénévoles des centres sociaux). Il peut donc être alerté et contacter rapidement les parents pour proposer une aide.
Le service dans les écoles est à présent bien identifié par les partenaires, qui sollicitent spontanément la contribution des travailleurs sociaux.

Difficultés rencontrées :

Chaque établissement a son fonctionnement propre, les travailleurs sociaux ont plus ou moins de facilité à trouver leur place, et doivent s’adapter aux changements.

Moyens

Moyens humains

  • 1 conseillères ESF
  • 4 assistants sociaux

Les partenaires

Partenaires opérationnels

  • Éducation Nationale (convention du 12/11/2003)
  • deux centres sociaux associatifs et un centre social municipal
  • toutes les structures employant des travailleurs sociaux
  • le conseil général

Les observations du CCAS/CIAS

Grâce à ce dispositif, la proximité avec l’enfant permet des interventions rapides et la coordination des différents intervenants dès qu’un besoin est ressenti. Les familles en grande difficulté sociale se sentent soutenues dans leur relation, souvent difficile, avec le milieu scolaire.

Un travail important de médiation s’est mis en place. Le lien entre les différents lieux de vie de l’enfant (école, famille, loisirs, lieux de soin, etc.) favorise une meilleure cohérence. Le travailleur social référent de l’école est repéré comme « adulte référent » pour l’enfant et sa famille.

Photo : Wikimedia Commons / B.navez

Retour en haut de page