J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Accueil de personnes âgées atteintes de la pathologie Alzheimer en établissement d’hébergement et accueil à la journée : Le MOULIN

Accueil de personnes âgées atteintes de la pathologie Alzheimer en (...)

Contexte

Etant donnée la forte demande d’accueil de personnes atteintes de pathologies de type Alzheimer, le CCAS a ouvert Le Moulin, une structure de 30 places adaptée en termes d’architecture et de prise en charge, sur le même site qu’un autre EHPAD, permettant ainsi une certaine mutualisation des équipements, notamment en ce qui concerne la restauration (la résidence Le Moulin ne bénéficiant que d’une cuisine relais). Afin de compléter cette offre le CCAS a ouvert un accueil à la journée de 5 places en juin 2006 intégré à l’EHPAD (capacité portée actuellement à 6 places conformément à l’obligation réglementaire en cours).

Description / Fonctionnement de l'action

La résidence Le Moulin est un EHPAD de 30 places organisé en 2 unités de vie de 15 studios chacune avec des espaces de vie collective à chaque niveau et une salle de vie au rez-de-chaussée, ouverte sur un jardin thérapeutique en libre d’accès. L’accueil de jour bénéficie de locaux spécifiques en rez-de-chaussée (salle d’activités et salle de repos).
L’ensemble de l’établissement est sécurisé (entrées et sorties contrôlées par le personnel), ce qui permet aux résidents de déambuler lirement et en toute sécurité.Un programme d’animations et d’activités thérapeutiques (ateliers mémoire, lecture du journal, atelier sensoriel, musicothérapie, atelier peinture et modelage, sorties extérieures…) est proposé quotidiennement aux personnes accueillies selon leurs possibilités du moment.
Des activités communes peuvent réunir des résidents du Moulin et des personnes de l’accueil de jour selon les niveaux de dépendance.

Des groupes de parole sont organisés régulièrement avec le médecin coordonnateur afin de permettre aux familles d’exprimer leurs difficultés éventuelles et d’échanger sur des thèmes liés à la pathologie Alzheimer. Les aidants des personnes accueillies à la journée peuvent également bénéficier de cette offre.

L’accueil de jour permet aux malades et à leurs aidants d’envisager plus sereinement l’entrée en établissement lorsque celle-ci s’avère nécessaire. Il permet un accompagnement des aidants, leur offrant des temps de répit ainsi qu’un lieu d’information sur la maladie d’Alzheimer, sa prise en charge, ses évolutions.

Bilan

La petite capacité de cette structure est favorable pour la prise en charge des résidents, elle rend toutefois difficile l’équilibre de gestion (nombre d’agents minimum nécessaire pour assurer la continuité de service).En terme de fonctionnement, la difficulté tient surtout à l’évolution de la pathologie des résidents, en particulier lorsque plusieurs personnes sont en même temps à un stade avancé de la maladie (surtout état grabataire). Cette situation peut induire une surcharge de travail et une certaine usure des équipes. La présence du psychologue peut aider l’équipe à traverser ces moments là. De même, la formation continue est un élément important permettant de redynamiser les agents.

Moyens

Moyens humains pour l’EHPAD + l’accueil de jour, en ETP :
- 0,55 administratif,
- 0,25 agent technique,
- 4 infirmières,
- 9,5 auxiliaires de soins, 
- 11,5 agents sociaux,
- 0,56 médecin,
- 0,65 rééducateur,
- 0,30 psychologue, 
- 1 animatrice.

Tarif 2010 (hébergement + dépendance) : 34, 22 euros / jours (participation de l’établissement aux frais de transport + intervention possible du conseil général via l’APA et de la CARSAT)

Les partenaires

Partenaires opérationnels

France Alzheimer 63

Ils financent l'action

Cet établissement est agréé au titre de l’aide sociale départementale et, à ce titre, les prix de journée sont arrêtés par le président du conseil général. La gestion de l’établissement est équilibrée dans le cadre du prix de journée.

Les observations du CCAS/CIAS

Etant donnée la prévalence de la pathologie Alzheimer à partir de 85 ans, ce type d’accueil correspond bien aux besoins actuels d’un nombre important de personnes âgées.Compte tenu du profil des personnes accueillies, une structure spécifique semble plus favorable sans toutefois créer un ghetto dans la mesure où l’on s’efforce d’ouvrir la structure sur l’extérieur et de favoriser les échanges.

Malgré la réticence des familles à placer leur parent en structure d’hébergement, on a pu constater qu’à partir d’un certain stade de la maladie ce placement dans un cadre de vie adapté induisait un certain sentiment de sécurité pour ces personnes qui, de ce fait, après une phase d’adaptation, avaient un comportement plus calme et plus serein.

Photo : Wikimedia Commons / Fabien1309

Retour en haut de page