J'ai compris, mais plus tard...

Afin de répondre aux besoins des personnes sans résidence stable mais aussi des personnes précaires, le CCAS a mis en place un foyer d’hébergement d’urgence.

Contexte

La commune d’Issoire est située à 35 km au Sud de Clermont-Ferrand et en direction de Montpellier. Beaucoup de jeunes en difficulté étaient de passage. En décembre 1995, le CCAS a mis en place un foyer d’hébergement d’urgence dans le cadre de la loi du 21 juillet 1994 afin répondre aux besoins des sans domicile fixe et des personnes en situation précaire.

Description / Fonctionnement de l'action

Le fonctionnement

Il est possible d’héberger chaque nuit, sept à huit personnes dans un confort et une intimité préservée. L’hébergement est réalisé dans une chambre individuelle, le repas est offert le premier soir et les résidents ont la possibilité de réchauffer dans la cuisine collective des repas les autres soirs.

L’animateur accueille les personnes pendant deux heures, les informe et les oriente vers les différentes structures de la ville sociales et culturelles. Un veilleur de nuit veille à ce que chacun puisse se reposer au mieux dans le respect du règlement intérieur. Les hébergés peuvent bénéficier également de nombreux autres services (douches, lavage de linge, petits déjeuners) ainsi que des loisirs comme la lecture d’ouvrages ou la télévision. Cet hébergement est possible 7 nuits consécutives et les personnes peuvent revenir après 14 jours d’intervalle.

La rénovation de cette structure s’inscrit dans la volonté de la ville d’Issoire de proposer une politique de promotion de la santé pour tous comme l’indique son adhésion au réseau ville santé. En effet, accueillir les personnes en errance dans des chambres individualisées et les orienter au mieux auprès des différentes associations de la ville d’Issoire symbolise le signe d’une volonté de les accueillir avec le plus de dignité possible.

Le pavillon a été entièrement restauré en 2010.

Bilan

En 2011, 247 personnes différentes ont fréquenté cette structure. Pour être hébergées dans la structure, les personnes doivent contacter le service intégré d’accueil et d’orientation (SIAO) par l’intermédiaire du 115.

Beaucoup de personnes viennent de l’agglomération clermontoise (45 % des personnes accueillies) car celle-ci est saturée, ce qui nécessite un effort de coordination particulier notamment pour le suivi social. Le CCAS s’efforce d’améliorer la qualité de l’accueil : depuis les travaux de rénovation les personnes sont accueillies en chambres individuelles. Cela leur permet de mieux se reposer mais également de faciliter la gestion de la vie collective. Récemment, le CCAS a également soutenu la motivation d’un de ses animateurs qui a effectué une formation qualifiante dont l’objectif était de mettre en place un projet d’animation globale en direction du public en errance sur la ville d’Issoire.

Moyens

Moyens humains

  • 1 veilleur de nuit
  • 1 animateur

Coût total du projet

Financement par la Ville : 60 000 euros par an
Financement par l’État : 45 000 euros + ALT de 20 000 euros

Les partenaires

Partenaires opérationnels

  • Une assistante sociale du conseil général effectue l’accompagnement social
  • Le Service intégré d’accueil et d’orientation
  • Le 115

Les observations du CCAS/CIAS

L’accueil d’urgence n’est qu’un des outils du CCAS d’Issoire en direction de ce public sans hébergement. En effet, un accueil en matinée en lien avec les associations caritatives est proposé en hiver, et une action d’insertion sociale animée par un éducateur est mise en place d’avril à octobre avec la réalisation d’un jardin collectif.

Photo : Wikimedia Commons / Vinckie

Retour en haut de page