J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Abbassia Hakem, vice-présidente de l’UNCCAS a participé aux ateliers des solidarités et réussites

Abbassia Hakem, vice-présidente de l'UNCCAS a participé aux ateliers des (...)

La Ville de Laval et son CCAS ont organisé des ateliers « solidarités et réussites » le jeudi 17 mars. Destinés aux professionnels du secteur social et médico-social, ce temps était réalisé à l’appui des résultats de l’analyse des besoins sociaux. Marie-Aleth Grard, présidente d’ATD Quart-Monde et Abbassia Hakem, vice-présidente de l’UNCCAS, ont apporté leur expertise.

Ces ateliers qui se sont appuyés sur l’analyse des besoins sociaux de décembre 2021, ont permis de revenir sur trois sujets : l’emploi des jeunes sans formation, l’isolement des seniors précaires et la parentalité. Les participants aux ateliers, professionnels des collectivités et institutions publiques, bénévoles associatifs, élus, ont ainsi formulé des pistes d’actions à mettre en œuvre de façon partenariale. Ce rendez-vous a vocation à devenir annuel et à s’ouvrir au grand public.

Comme l’a rappelé dans un texte relayé sur Twitter le maire de Laval et président du CCAS, Florian Bercault, la lutte contre les inégalités et la pauvreté demeure une priorité pour la Ville de Laval.

« Il faut regarder la réalité en face et accepter d’écouter et de voir les invisibles, les insécurisés, les violentés, les discriminés. C’est pour eux que nous devons agir en priorité. Écoutons-les ! Commençons d’abord par reconnaitre ceux qui font déjà beaucoup : les travailleurs sociaux, les agents du service public, les acteurs associatifs. Ils sont les acteurs quotidiens de l’égalité républicaine. Redonnons ensuite du sens à notre action. Partons de la question »Pourquoi être solidaire ? Pourquoi aider les plus pauvres, les plus fragiles, les sans-papiers, les réfugiés  Justement parce que nous faisons partie d’une communauté humaine, et que nous nous devons à tous respect, dignité, émancipation. Nous ne vivions pas dans un état de nature, avec une loi de la jungle qui écrase les plus forts. Non, nous vivions dans un état de droits, avec des droits fondamentaux, inaliénables et universels. Cet universalisme est important à rappeler au moment même où l’on nous attaque en Europe. À Laval, nous avons un cap : faire plus pour ceux qui ont moins, et assurer les sécurités de vie essentielles à tous les Lavallois. Nous croyons à une solidarité en action, une solidarité qui permet l’émancipation et la réussite. »

Vous pouvez retrouver ci-dessous la synthèse de l’analyse des besoins sociaux de 2021 du territoire

Retour en haut de page