J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

A la maison, on fait attention !

A la maison, on fait attention !

Contexte

En France, 4,5 millions de personnes sont victimes, chaque année, d’un accident de la vie courante. Ces accidents concernent chaque jour 2 000 enfants âgés de 0 à 6 ans. Dans 80 % des cas, ils ont lieu à l’intérieur de la maison.

Le réseau Villes-Santé de l’Organisation Mondiale de la Santé a été créé dans l’optique de développer et de promouvoir la santé dans les villes de France et partout dans le monde. Chalon, sensible à la santé des habitants de la ville s’est engagée dans ce programme et a lancé une campagne « préventions des accidents domestiques » axée sur un travail de proximité avec des acteurs locaux pour sensibiliser les parents.

Description / Fonctionnement de l'action

Vers un outil pédagogique...

En 2006, le service Santé-Prévention du CCAS de Chalon sur Saone a débuté son action par des réunions d’information pour les parents d’un quartier prioritaire. Rapidement, il a été constaté qu’un outil pédagogique renforcerait l’action de ces réunions. Le service Santé-Prévention s’est donc rapproché du service de communication de la Ville ainsi que de différents acteurs locaux pour mettre en place une mallette pédagogique. L’objectif était de réunir des professionnels, des parents, des jeunes, des hommes et des femmes pour créer ensemble un support non "moralisateur", "non provocateur", non "violent" à l’attention des jeunes parents, afin de les accompagner sur le chemin de l’apprentissage de l’enfance en évitant un certain nombre d’accidents domestiques. Plusieurs axes de travail ont été définis :

o sensibiliser la population et notamment les jeunes parents aux gestes qui sauvent et sur la réalité des accidents domestiques et les accompagner vers une démarche de précaution,
o créer un support éducatif, préventif non moralisateur, ni accusateur, destiné aux parents de jeunes enfants, aux professionnels,
o sensibiliser la population à passer l’Attestation de Formation aux Gestes de Premiers Secours (AFPS). Mobiliser autour des gestes qui peuvent sauver,
o s’inscrire à long terme dans une démarche de prévention et suivre la politique nationale dans le domaine, être un référent,
o travailler en partenariat avec le centre hospitalier, les services de secours, les professionnels de la petite enfance.

D’avril 2006 à avril 2007, plusieurs groupes de travail, composés de professionnels de la santé, de parents et d’élus ont travaillé à l’élaboration de la mallette. Les réunions mensuelles de ces groupes étaient coordonnées par le service Santé-Prévention. Les contenus de la mallette ont tous fait l’objet d’une validation des différents groupes de travail.

 

Le contenu de la mallette

  • Un DVD « A la maison, on fait attention ! » réalisé par la Ville avec 4 vidéos pédagogiques présentant les dangers que la maison représente et montrant comment, grâce à des gestes simples, nous pouvons réduire ces dangers. Il est à destination de tous les membres de la famille, aussi bien les parents que les enfants qui pourront également prendre conscience des risques et tenter de les éviter s’ils se présentent à eux.
    Vidéo 1 : « A la maison, on fait attention ! »
    Cette fiction met en avant une famille dont les enfants de 3 et 5 ans sont les héros. L’apprentissage des dangers à la maison est un long chemin pour l’enfant, il requiert une attention de tous les instants.

Vidéo 2 : « L’avis qui peut changer la vie ! »
Cette vidéo présente des témoignages de médecins et de personnes référentes démontrant les risques encourus dans une maison mal sécurisée pour des enfants. Nous y voyons également des personnes témoignant de l’utilité d’obtenir son AFPS puisque celle-ci peut sauver des vies.

Vidéos 3 et 4 : « Les petits nous expliquent... »
Suivez les enfants de la Maison de quartier Paix-Charreaux lors d’un atelier de sensibilisation sur le thème de la découverte des significations des dangers mené par le service Santé-Prévention et suivez la fiction écrite, réalisée et jouée par les jeunes eux-mêmes « Je vis ma sécurité ».

  • Un livret sur les gestes de premiers secours
    Ce livret, réalisé par le service Santé Prévention en partenariat avec le SAMU 71 récapitule les gestes simples qui permettent de sauver des vies.
  • Un livret INPES « avec l’enfant, vivons la sécurité »
    Ce livret réalisé par l’INPES, le ministère de la Santé et l’Assurance Maladie, sur le thème de la prévention des accidents de la vie courante.
  •  Un livret "Mon ami Célestin pour les enfants"
    Une production Julianne films, à l’initiative du ministère de l’Economie, des finances et l’industrie. Ce livret est destiné à l’enfant pour lui apprendre de façon pédagogique les dangers de la maison.
  • Un cédérom de l’INPES pour les enfants un peu plus âgés.
  • Un kit d’objets de sécurité : cache-prise et anti-pince doigts.

    Une diffusion dans le cadre d’ateliers d’information}} }Cette mallette a été éditée à 1 500 exemplaires. L’objectif premier de cet outil étant d’appuyer la démarche d’information, il a été choisi de la diffuser lors d’ateliers. Le lancement de la mallette a donc eu lieu lors d’une journée de sensibilisation, le 14 avril 2007. Cette journée s’est déroulée en trois temps :
    - une conférence de présentation de la mallette, dédiée aux parents dont les enfants sont inscrits dans les services "petite enfance" de la ville,
    - une présentation des défibrillateurs automatiques, dédiée aux élus, chefs de services de la commune, responsables de grandes surfaces et aux parents. L’objectif de cette présentation était de faire comprendre l’importance de mettre ces défibrillateurs à disposition dans les lieux publics.
    - une animation dédiée au secourisme pour les écoliers (le matin) puis, pour l’ensemble des chalonnais (l’après-midi). Cette action a été menée avec la Croix-Rouge française, le SAMU, des pompiers... L’objectif était d’inciter les participants à effectuer l’Attestation de Formation aux Gestes de Premiers Secours.

Depuis, la mallette a été distribuée au cours de plusieurs autres actions d’information menées dans des lieux divers :
- rendez-vous périodiques dans les haltes-garderies,
- ateliers dans les maisons de quartier,
- animations dans les hôpitaux et dans les maternités...

Bilan

A travers une démarche participative, le service Santé-Prévention du CCAS de Chalon est parvenu à réunir des acteurs de divers horizons (parents, professionnels de la santé, de la sécurité et de la prévention, élus locaux...) autour d’un projet pédagogique réussi. Un an après le lancement de cette initiative, près de vingt ateliers et animations ont été menés. Tous les retours des participants sont positifs et engagent à poursuivre cette action. La mallette est de plus en plus connue, plusieurs médias (radios, presse écrite, télévision locale) se sont fait l’écho de cette initiative. Différents organismes institutionnels (Education nationale, mutuelles) demandent la mallette pour l’intégrer dans leurs actions d’information ou dans des programmes pédagogiques.

Moyens

Budget pour la réalisation de la mallette : 15 785 euros
Les ateliers sont organisés et animés par le personnel du service Santé-Prévention avec le soutien ponctuel de partenaires. Ces actions sont intégrées dans le volume horaire du personnel.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Les partenaires des différents services de la Ville : le service Information et Relations Publiques, la Maison de quartier Paix-Charreaux, la Maison de quartier Prés Saint Jean, la Maison de quartier Aubépins, la petite enfance.Les partenaires institutionnels : le SAMU (le docteur Decrouy), la Croix-Rouge, le docteur Cau (pédiatre à l’hôpital de Chalon).

Ils financent l'action

La Ville de Chalon, les contrats urbains de cohésion sociale (CUCS) dans le cadre des animations menées dans les quartiers prioritaires, la caisse primaire d’assurance maladie, le groupement de coopération santé.

Les observations du CCAS/CIAS

Le travail mené en étroit lien avec le service Information et Relations Publiques de la ville, dès le montage du projet, a permis la réalisation d’un outil communiquant parfaitement adapté aux besoins du CCAS. L’intégration d’acteurs de proximité a entraîné un impact du projet sur le public beaucoup plus fort qu’avec une campagne nationale. Les retours positifs du public et l’augmentation croissante des demandes de mallettes sont les signes les plus évidents de la réussite de cette initiative.

Photo : Wikimedia Commons / pjacquet

Retour en haut de page