J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

80 entreprises partenaires, la force de Bâti-Insert

80 entreprises partenaires, la force de Bâti-Insert

En mars 2006, l’action conjointe d’un chef d’entreprise, Patrick Padiou, et d’un maire président du CCAS de Treize-Septiers, Michel Leboeuf, a permis la création d’un chantier d’insertion par l’activité économique expérimental porté par la collectivité. Quatorze ans plus tard, 80 entreprises sont devenues partenaires.

A l’origine, le chantier d’insertion de Treize-Septiers développait une activité de transformation du bois, hébergée par l’entreprise de Patrick Padiou, avant de se diversifier et de se positionner sur une activité de maraîchage biologique. Bâti-Insert compte aujourd’hui 14 salariés en insertion, emploie un encadrant et un agent administratif du CCAS et deux responsables de secteur.

En 2020, pas moins de quatre-vingt entreprises sont partenaires des deux chantiers pour les périodes de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP). Pour Michaël Orieu, directeur du CCAS, « ce réseau partenarial très riche permet de diversifier les orientations et de mener un travail très concret afin de répondre aux besoins de main d’œuvre des entreprises. Nous sommes là pour accompagner les salariés en insertion dans leur futur poste de travail. C’est du gagnant-gagnant. »

Chaque mois, les chefs ou les cadres de ces entreprises sont présents bénévolement pour le travail d’entretien et de tutorat avec les salariés en insertion et les professionnels du CCAS. Ces échanges réguliers, qui s’inscrivent dans un dispositif nommé TutInsert, permettent de procéder aux réajustements nécessaires en termes de savoir-être des salariés - en cas de non-respect des horaires par exemple - ou de besoins de formations spécifiques. « Les entreprises ne sont pas formées à l’insertion. Nous sommes là pour les accompagner et leur rappeler que l’efficience des salariés en insertion n’est pas automatique », poursuit le directeur du CCAS.

Et les résultats sont au rendez-vous : après un passage par Bâti-Insert, la chance de retrouver un emploi durable frôle les 70%. « Sur notre territoire, le taux de chômage est relativement peu élevé, de l’ordre de 4,5%. Nos entreprises ont besoin de main d’œuvre d’où l’importance de les sensibiliser à l’intérêt d’accueillir des publics qui ont décroché et que nous armons en termes de formation. »

Malgré la richesse du réseau partenarial, la recherche de nouvelles entreprises se poursuit inlassablement. Dans une double optique : « Ce sont des donneurs d’ordre pour nos activités. Lorsque nous vendons du bois aux entreprises en qualité de sous-traitant, nous encourageons notre productivité et favorisons notre modèle économique, témoigne Michaël Orieu. Ensuite, la diversité de ces structures nous permet d’identifier la meilleure adéquation avec les qualités et les
compétences des usagers accompagnés. »

A Treize-Septiers, les entreprises présentent aussi la particularité d’être des partenaires financiers. Certaines ont ainsi accompagné différents investissements, comme l’installation de serres pour l’activité de maraîchage ou encore l’achat de véhicules. « Elles croient au projet. Et de notre côté, nous réalisons chaque jour combien la réussite de l’insertion passe par le travail en entreprise. Des personnes qui ont été confrontées à de graves accidents de parcours retrouvent du sens à leur vie dès qu’elles retrouvent une activité professionnelle et un accompagnement personnalisé », conclut le directeur du CCAS.

Retrouver cette expérience et d’autres témoignages dans le numéro d’octobre 2020 de Territoires du Social : Economie et social : PACS, mariage ou divorce ?

Retour en haut de page