J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Yvré-l’Evêque : des produits frais solidaires

Yvré-l'Evêque : des produits frais solidaires

Depuis bientôt deux ans, deux boulangeries et une épicerie d’Yvré-l’Évêque (Sarthe, 4300 habitants) proposent, en partenariat avec le CCAS, aux habitants les plus en difficulté économique de bénéficier de produits frais.

Reposant sur la solidarité de proximité, la démarche est simple : le client de ces commerces achète par exemple deux baguettes, une pour lui et une autre, qui est conservée sous forme de coupon par le commerçant. Le CCAS récupère les coupons à la fin du mois puis les remet aux bénéficiaires qui peuvent retourner chercher leurs produits dans les commerces.

Le ticket devient ainsi un moyen de paiement : les commerçants ne font pas de distinction entre le client « classique » et le bénéficiaire. Celui-ci fait comme tout le monde : aller à la boulangerie du village.

Une première expérience de « baguette solidaire » avait été bien accueillie par les habitants qui avaient participé à cette démarche. Le CCAS s’est alors demandé à quel autre produit l’initiative pouvait être étendue, en impliquant cette fois l’épicerie. Ces produits devaient être des produits « simples » et « peu coûteux » pour inciter les habitants à s’inscrire dans la démarche et acheter ces produits destinés à l’aide alimentaire.

Le choix s’est porté sur les œufs. A cela s’est ajouté l’achat par le CCAS de fruits et légumes auprès de l’épicerie, qui applique un tarif préférentiel du fait de l‘achat « en gros ».

Un an après

Au cours de l’année 2015, 348 baguettes ont été achetés pour l’aide alimentaire, ainsi que 107 boîtes d’œufs. Ce sont une vingtaine de familles de la commune qui ont pu en bénéficier. Au bout d’une année, l’action ne s’est pas essoufflée et a même fidélisé des clients.

Le CCAS fait ainsi le lien entre développement social et développement économique, en soutenant les petits commerces de sa commune. C’est également une solidarité de proximité qui s’est créée sans stigmatisation puisque le donneur est anonyme ainsi que le receveur.

Photo : Le Mans / Wikimedia Commons

Retour en haut de page