J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Une stratégie européenne pour adapter les compétences au marché de l’emploi

Une stratégie européenne pour adapter les compétences au marché de (...)

La Commission européenne s’est dotée d’un plan en 10 actions pour permettre aux citoyens, dès leur plus jeune âge, d’acquérir les compétences nécessaires aux économies d’aujourd’hui. Adopté le 10 juin 2016, il a pour ambition de répondre à trois problématiques urgentes : l’adaptation des compétences aux besoins du marché du travail, le manque de transparence des qualifications et la difficulté d’anticiper les compétences nécessaires sur le marché.

La France est concernée par ce plan puisque :

  • 22 % des adultes en France disposent d’un faible niveau d’alphabétisation contre 20%, en moyenne, dans l’Union européenne,
  • 28 % des adultes en France éprouvent des difficultés en numératie (concepts et habiletés de base liés aux nombres) contre 24 % dans l’UE,
  • 43 % des individus âgés de 17 à 74 ans n’ont pas de compétences numériques de base, contre 41 % dans l’Union européenne,
  • 50,2 % des employeurs ont du mal à trouver des employés disposant des compétences adéquates, contre 40 % dans l’Union européenne.

Les 10 actions en détails

  • une garantie des compétences pour aider les adultes peu qualifiés à acquérir un niveau minimal en lecture et écriture, calcul et compétences numériques et à progresser vers une qualification de deuxième cycle de l’enseignement secondaire ;
  • une révision du cadre européen des certifications pour améliorer la compréhension des qualifications et conduire à une meilleure utilisation de toutes les compétences disponibles sur le marché du travail européen ;
  • une « coalition en faveur des compétences et des emplois numériques » rassemblant les États membres et les parties intéressées par les domaines de l’éducation, de l’emploi et de l’industrie, afin de constituer un large réservoir de compétences numériques et de garantir que les personnes et la main-d’œuvre en Europe disposent des compétences numériques adéquates ;
  • un « plan de coopération sectorielle en matière de compétences » pour améliorer la veille stratégique sur les besoins de compétences et remédier aux pénuries de compétences dans des secteurs économiques spécifiques ;
  • un « outil de profilage des compétences des ressortissants de pays tiers » permettant de déterminer rapidement les compétences et qualifications des demandeurs d’asile, réfugiés et autres migrants ;
  • une révision du cadre Europass offrant aux personnes des outils de meilleure qualité et plus faciles à utiliser pour présenter leurs compétences et obtenir en temps réel des informations pratiques sur les besoins et les tendances en matière de compétences, qui pourront leur être utiles pour faire un choix de formation et de carrière ;
  • l’ambition de faire de l’enseignement et de la formation professionnels (EFP) un premier choix en offrant aux apprenants de l’EFP davantage de possibilités d’acquérir une expérience d’apprentissage sur le lieu de travail, et en améliorant la visibilité des bons résultats de cette filière sur le marché du travail ;
  • une révision de la recommandation sur les compétences clés pour aider un plus grand nombre de personnes à acquérir le socle de compétences nécessaire pour vivre et travailler au 21e siècle, en mettant particulièrement l’accent sur la promotion des compétences et de l’esprit d’entreprise et d’innovation ;
  • une initiative sur le suivi des diplômés pour améliorer l’information sur la progression des diplômés sur le marché du travail ;
  • une proposition visant à approfondir l’analyse de la question de la fuite des cerveaux et à échanger des bonnes pratiques quant aux moyens efficaces pour lutter contre ce phénomène.

Cette stratégie est étayée par une communication de la commission européenne (COM 2016 38/2) et des fiches de données par pays et par domaine d’intervention (en anglais uniquement pour le moment).

En savoir plus

Retour en haut de page