J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Un espace d’accueil intergénérationnel

Un espace d'accueil intergénérationnel

Création d’un espace d’accueil intergénérationnel ouvert à tous de 0 à 90 ans et plus.Fondé sur un mode participatif du démarrage du projet à sa réalisation, il part du postulat que chacun, quel que soit son âge, son parcours et ses fragilités est porteur de compétences et savoirs susceptibles d’être transmis aux autres et de les aider à mieux vivre.

Cette action avait été présélectionnée par l’UNCCAS dans le cadre des Prix de l’Innovation Sociale Locale 2016.

Contexte

En Janvier 2015, le CCAS de Saint-Vérand a réalisé une étude de besoins des habitants. Il a adressé un questionnaire à tous les habitants intitulé « Vous avez la parole », abordant différents domaines par des questions fermées, ouvertes, expression libre : vie sociale, cadre de vie, habitat, déplacements/mobilité, enfance, difficultés spécifiques. Ce questionnaire a été complété par des données sociales et économiques spécifiques à la commune.

Cette étude a mis à jour :

  • des besoins en matière de liens sociaux, solidarité, animation.... Les habitants ont exprimé leurs souhaits d’un lieu intergénérationnel pour partager des expériences, se connaitre, créer. Il n’existe pas, à l’échelon du canton, de tel cadre susceptible de favoriser la mixité et les liens (aucun centre social, aucune MJC)
  • des difficultés de mobilité liées à l’âge des habitants. Il n’existe pas sur la commune de transports en commun, et les difficultés exprimées portent essentiellement sur une impossibilité temporaire ou permanente d’accéder aux services de proximité.
  • une problématique d’isolement, de solitude : pour la tranche d’âge supérieure à 70 ans et /ou atteinte d’handicaps mais également pour les familles monoparentales à charge d’enfants en bas-âge.
  • un désir important des habitants de vouloir construire ensemble des projets, et de participer à la vie citoyenne et à l’animation sociale.

Suite à cette étude, une mise en mouvements s’est opérée à plusieurs niveaux :

  • le Conseil d’administration du CCAS a souhaité répondre dans un 1er temps aux demandes individuelles, en instaurant un système de chéquier taxi pour permettre aux plus de 70 ans d’accéder aux courses et aux soins. Dans un 2ème temps, il a souhaité réfléchir à l’élaboration d’ un projet collectif avec, par et pour les habitants, en fonction de leurs besoins.
  • des groupes de réflexions se sont mis en place de juin à Octobre 2015 avec les élus, habitants, associations, institutions, aboutissant au projet de création d’un espace d’accueil intergénérationnel.

Description

Finalité de l’action

Permettre à chacun de trouver sa place au sein de la cité, développer le « vivre ensemble » actif, le plaisir et la richesse d’appartenir à un collectif.

Principaux objectifs

  • Favoriser les liens sociaux, familiaux, intergénérationnels
  • Placer l’habitant au centre des projets : être un lieu d’expériences, de créativité, de démocratie participative où toutes propositions d’actions/d’activités est possible
  • Favoriser les temps d’échanges et de partages
  • Contribuer à la valorisation du savoir, savoir-être, savoir-faire de chacun.
  • Lutter contre l’isolement et favoriser l’autonomie
  • Favoriser l’épanouissement de chacun

Fonctionnement de l’action

Création d’un espace d’accueil intergénérationnel, de 0 à 90 ans et +, ouvert à tous et gratuit dans une maison autonome, avec jardin, au centre du village. Pendant les temps d’ouverture, chacun peut venir pour passer juste un moment, toute la matinée ou l’après-midi.

Le lieu est géré par une accueillante et 2 animateurs. L’habitant est libre de participer aux animations proposées : ateliers de travaux manuels, artistiques, troc’objets, jeux collectifs auxquels participent petits et grands ou de pouvoir juste profiter de l’espace convivial pour discuter, prendre une boisson ou utiliser l’espace de jeux en accès libre.

Les animations sont proposées par les habitants eux-mêmes, désireux de faire partager leurs savoirs, savoir-faire. Fondé sur un modèle participatif, cet espace est en mouvement constant, selon les initiatives, souhaits, projets des participants. Il n’est pas un lieu de consommation mais de co-construction, où chaque compétence, savoir-faire est valorisé. Les salariés en poste sont chargés de favoriser la place de chacun et sa valorisation.

Toutes les suggestions et nouveaux projets exprimés sont pris en compte, quels que soient leurs niveaux et l’âge des intéressés. Ils sont alors invités à participer au conseil de maison mensuel qui intégrera ces propositions dans le programme du mois suivant.

Les outils pour évaluer l’action

  • Outil statistiques quantitatifs : nombre de personnes accueillies
  • Conseil de maison mensuel permettant d’évaluer le mois écoulé et de réajuster au besoin pour les mois à venir.
  • Outil qualitatif : la position des participants, nombre d’habitants « actifs », souhaitant proposer une activité ou une action.

Moyens

Moyens humains

Une accueillante, 2 animateurs (1,5 ETP)

Moyens matériels

  • Une maison autonome, mise à disposition par la commune à titre gratuit. Les charges courantes (eau, électricité, chauffage sont prises en charge par la commune),
  • du mobilier pour aménager l’espace,
  • des fournitures pour animer des ateliers manuels, artistiques, éducatifs,
  • un minibus pour organiser un service de navette, destiné à faciliter l’accès à la structure pour les personnes qui ne sont plus mobiles.

Budget / coût de l’opération

DépensesRecettes
Achats3700 €Ressources propres8500 €
Fournitures travaux manuels 2300 €
Jeux 1400 €
Subventions Attendues Acquises
Etat 6000 €
Frais de structure 6000 € CARSAT minibus 6000 €
Carburant 3000 € CARSAT achat/ 3000 €
Sorties 3000 € AG2R + RSI 5000 €
CAF 6000 €
MSA 3000 €
Département 6000 €
Fondation 5000 €
Charges de personnel 158000 €
Salaires 12200 €
Charges 3600 € Participation usagers Dons
Equipement exceptionnel 23000 €
Equipements nécessaires Prestations en nature Mise à disposition des locaux communaux à titre gracieux
Mobilier 11000 €
Minibus 12000 €
Total des dépenses du projet 48500 € Total des recettes du projet 48500 €

Bilan

Cet espace a été mis en place avec très peu de moyens et l’embauche de 2 jeunes en service civique pour 6 mois, qui souhaitent se destiner à une profession sociale. Nous avons été surpris par le nombre important de participants, dès l’ouverture (moyenne de 25 participants, avec des pics élevés pendant les vacances scolaires : 50 personnes par après-midis).

Très vite, nous nous sommes rendu compte, que malgré la bonne volonté des 2 jeunes en service civique et d’un nombre d’habitants actifs conséquent, il serait souhaitable pour son développement et sa pérennité qu’un professionnel puisse coordonner le projet et être garant de ses objectifs et qu’un animateur professionnel puisse accompagner les projets des habitants et soutenir des animations adaptées à chacun.

Nous avons donc depuis fin 2016 engagé une coordinatrice et une animatrice, toutes les deux en contrat aidé. Un animateur spécialisé dans l’informatique a également été embauché. Une partie de son temps de travail est dédié à l’espace intergénérationnel du CCAS alors que le reste de son temps est alloué à la commune.

Notre village s’étend sur 17 km2 avec des hameaux très excentrés où logent principalement des habitants très âgés. Nous avons peu touché certains habitants très âgés et/ou handicapés rencontrant des difficultés d’accès spécifiques. C’est pourquoi, nous avons en projet d’acquérir un minibus d’occasion pour favoriser l’accès de ce public.

Estimation CCAS

Cette action peut être facilement essaimée sur d’autres territoires principalement en secteur rural. Son organisation est simple, facile à mettre en place.

Nous n’avons pas eu de difficulté lors du montage du projet, car les habitants se sont beaucoup impliqués, se montrant désireux d’agir et d’être intégrés dès le démarrage aux projets qui les concernent. La mobilisation s’est faite naturellement.

Les principaux points de vigilance pour nous, tiennent dans la mise en œuvre. Nous sommes partis du postulat que dans la mesure où les habitants étaient co-animateurs et co-constructeurs, il était possible d’imaginer une sorte d’auto-gestion libre accompagnée par des jeunes en service civique. La réalité de la mise en œuvre s’est trouvée bien plus compliquée et très vite, nous nous sommes rendu compte qu’il était nécessaire d’avoir des salariés qualifiés et permanents, garants des valeurs du projet et capables d’en recentrer sa finalité.

Photo : DoucF / Wikimedia Commons

Retour en haut de page