J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Soutien individuel à la parentalité

Soutien individuel à la parentalité

Les permanences de l’École des Parents (EPE), effectuées par une psychologue, sont destinées aux parents d’enfants de tous âges se questionnant ou rencontrant des difficultés dans l’éducation de leurs enfants. Elles se déroulent dans un bureau mis à disposition par la ville, sur rendez-vous. Une participation financière est demandée aux parents selon une grille établie par l’EPE à partir des quotients familiaux de la CAF (entre 5 € et 30 €).

Contexte

Les professionnels de la petite enfance de Vertou sont régulièrement sollicités et interpellés par les familles sur les problématiques inhérentes à la parentalité. Autour de ce constat partagé par les acteurs institutionnels, un partenariat technique s’est construit avec la Protection Maternelle et Infantile (PMI) du Conseil Départemental, les assistants sociaux de secteur et les conseillers en économie sociale et familiale de la Caisse d’Allocations Familiale pour définir les modalités d’action dans le cadre du soutien à la fonction parentale.

Le lien avec l’« École des parents » s’est fait grâce à la responsable du Relais Assistants Maternels (RAM) qui a eu connaissance, par son réseau, de l’existence d’une action de soutien à la parentalité. Une rencontre a été organisée à Nantes en présence du directeur famille solidarité de la ville, de la responsable du RAM et de la directrice de l’EPE pour définir les modalités d’intervention.

Au commencement de l’action, il y avait des groupes de parole, mais la demande des parents s’est portée davantage sur les entretiens individuels, demande à laquelle les élus ont choisi de répondre.

Description

Fiche d’identité

L’action est destinée aux parents.

Tranche d’âge : de 0 à 18 ans.

Format : consultations psychologiques en individuel.

Fréquence : rendez-vous unique par famille.

Quand : : sur rendez-vous le jeudi toutes les 3 semaines de 9h à 12h (42 créneaux de septembre à juin).

Lieu : un bureau dans les locaux du centre médico-social de la commune.

La structure pilote

Nombre d’agents à la commune (le service est rattaché à la commune) : 200 agents

Pôle petite Enfance : 1 agent chargé de la gestion administrative (rédaction, impression et envoi des flyers et affiches d’information / prise des rendezvous / participation à la réunion de bilan). Le temps consacré à l’action est d’environ une semaine par an, le tout cumulé.

Principaux objectifs

  • Faciliter l’accès à la consultation d’un psychologue en proposant un premier rendez-vous à Vertou et aider les parents à bien s’orienter en fonction des problématiques rencontrées.
  • Éviter l’enlisement de situation pour défaut d’information ou difficultés d’accès à une première consultation.
  • Les entretiens sont destinés à faire le point sur une situation précise. Ils ne peuvent pas faire l’objet d’un suivi à long terme. La psychologue évalue la nécessité d’un deuxième ou d’un troisième entretien, effectué au sein de la permanence de Vertou (par exemple, intérêt de renouveler le rendez-vous avec le ou les enfants ou un des parents si ceux-ci étaient absents lors du premier rendez-vous). Néanmoins le rendez-vous unique reste la règle.
  • Orienter les parents souhaitant s’engager dans un accompagnement durable dès le 1er entretien vers la structure adaptée (consultation en libéral, centre médico-psychologique, « École des Parents » à Nantes).

Fonctionnement de l’action

Les thèmes abordés peuvent être : difficultés relationnelles (parents/enfants, parents/ado), difficultés en lien avec le scolaire (difficultés d’apprentissage, problème de comportement, relations avec les pairs, etc.), opposition, colères, difficultés avec l’autorité, acquisition de la propreté, séparation parentale, angoisses de l’enfant.

Les rendez-vous durent environ 1 heure et coûtent entre 5 et 30 € selon le quotient Familial CAF. Leur déroulement reste confidentiel et fait partie du travail de la psychologue de l’« Ecole des parents ».

Remarque : jusqu’à 2016, le CCAS puis la ville finançait intégralement les séances. Le conseil d’administration de l’EPE a acté en 2015 une nouvelle tarification des consultations des psychologues : la même grille tarifaire pour tous les consultants, quel que soit le territoire. Ainsi ont été mis en place des tarifs progressifs sur la base du quotient familial CAF, de 5 € à 30 € par consultation. En cas de difficulté à s’acquitter du forfait, l’EPE accueille quand même la famille en consultation.

Les outils de communication sur l’action

Flyers et affiches distribués dans les écoles, dans les cabinets médicaux et paramédicaux et dans les établissements d’accueil du jeune enfant, au RAM, dans les ALSh de la ville, articles dans le journal municipal, ou encore le site internet de la ville.

La ville adresse des flyers et des affiches dans les écoles et collèges de son territoire début septembre. Les directeurs de ces établissements scolaires sont invités à insérer les flyers dans les cartables des élèves. Les établissements d’accueil des jeunes enfants (multi-accueils, crèche inter-entreprise, micro-crèches) ainsi que le Relais Assistants Maternels et les cabinets médicaux et paramédicaux de la commune sont également destinataires d’affichages sur l’action (dates des séances, participation financière, numéro de téléphone pour prendre rendez-vous).

Moyens

Moyens humains

Agent ville pour l’organisation administrative (communication, prise des rendez-vous, relations avec l’EPE : environ une semaine par an tout cumulé).

Moyens matériels

Un bureau dans les locaux du CMS.

Coût

2932 € pour l’année 2016/2017 .

Bilan

Au cours de l’année 2015-2016, 24 familles ont été reçues (7 lors d’un seul entretien, 12 lors de 2 entretiens, 4 lors de 3 entretiens). L’une d’entre elles a pu bénéficier d’un suivi sur 4 séances compte tenu de la situation particulièrement fragile et de la nécessité de ne pas rompre le lien de confiance établi avec la psychologue de l’EPE).

« Bien que l’impact de l’action soit difficilement mesurable, on peut considérer que certaines familles en réelle difficulté ont pu améliorer leur situation relationnelle avec leurs enfants ».
Natacha Grenon-Rigny, Cheffe du service Petite Enfance

Plusieurs problématiques se recoupent souvent pour une même famille. Les parents viennent évoquer les difficultés de leur enfant (par exemple problème de comportement en classe, encoprésie) et le travail avec la psychologue permet de mettre ses difficultés en lien avec une problématique sous-jacente (par exemple, conflits entre les parents, tensions familiales).

Les problématiques avec l’École ont été particulièrement nombreuses durant l’année 2015-2016. Cela se retrouve à l’échelle du Département. Parmi les interrogations des professionnels, ressort la place des écrans. Les collèges de la commune notent une augmentation du refus de l’autorité, de la contrainte. Ils constatent que les parents sont débordés.

Le bilan de fin d’année (fin juin-début juillet) quantitatif et qualitatif a été réalisé par l’École des parents et a été présenté lors d’une réunion avec l’EPE, le médecin PMI, les responsables des multi-accueils et du Relais Assistants Maternels, les assistants sociaux de secteur et des collèges de la ville.

2015-2016
Entretiens 46 38 48 30 19 19 10 20
Nombre de familles concernées 24 29 24 21 13 11 14 12
Groupes d’échanges
Parents de jeunes enfants 6 mères (enfants de 1 à 12 ans) 6 mères et 1 père (enfants de 3 mois à 10 ans) 4 mères et 1 père (enfants de 18 mois à 8 ans) 5 mères et 1 père (enfants de 13 mois à 5 ans) 6 mères (enfants de 13 mois à 5 ans)
Parents d’adolescents les 2 groupes ont fusionné pas assez de participants 2 seulement ont participé aux 6 séances 8 mères (enfants de 11 à 18 ans) 5 mères (enfants de 10 à 18 ans) 5 mères (enfants de 5 à 19 ans) 4 mères et 1 père (enfants de 4 ans à 10 ans)

Les perspectives

La ville a mené une concertation enfance-jeunesse qui vient de s’achever. De nouvelles actions autour de la parentalité vont probablement être mises en œuvre dans les années à venir. Aujourd’hui, l’« École des Parents » a fait part d’une demande sur des groupes de parole à laquelle elle réfléchit pour une mise en place dans les mois à venir.

Estimation CCAS

« Nous n’avons pas connu de frein particulier depuis 2003. Il me paraît important de développer le réseau partenarial pour assurer l’efficacité de l’action : les partenaires font le relais vers nous puis lorsque les parents souhaitent un accompagnement prolongé, nous orientons vers des structures adaptées ».
Natacha Grenon-Rigny

Photo : Wikimedia Commons / Pj44300

Retour en haut de page