J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Repenser la qualité de vie au travail

Retour sur la matinale de l’UNCCAS du 27 janvier 2017

Repenser la qualité de vie au travail

Cette première édition des Matinales de l’UNCCAS, a réuni le 27 janvier dernier les acteurs RH de la fonction publique territoriale, en partenariat avec la MNT. Elle a été source d’enseignements fructueux portant sur la prévention des risques psycho-sociaux. Ce rendez-vous gratuit, convivial et propice à l’échange sera reconduit deux ou trois fois par an.

Les points à retenir

Nous sommes entrés, depuis le milieu des années 1990, dans un monde où le stress s’est accru du fait des transformations du monde et des organisations du travail. Nouvelles exigences, nouveaux comportements avec l’accroissement des « incivilités », des exigences du public et des « clients ».

Les nouvelles formes d’organisations du travail arrivées avec les outils numériques, avec le poids de la finance dans tous les secteurs d’activité (public et privé), entre autres, ont entraîné des nouvelles contraintes pour les décideurs et les encadrants.

Cela a déclenché une intensification de la charge de travail avec un accroissement des contraintes de temps - notamment dans les métiers de service -, qui s’est croisée avec une réduction de l’autonomie des travailleurs mais aussi des collectifs de travail. Cela provoquant des effets notables sur les modalités de régulations informelles de la charge de travail, voire l’individualisation du travail et de l’évaluation des travailleurs.

Qualité de vie au travail : Prévention des risques psycho-sociaux (RPS)

On ne peut pas engager une démarche de qualité de vie au travail si en amont on ne sait pas sur quoi on travaille. On doit partir de l’existant donc forcément cela implique d’avoir une démarche de prévention des risques professionnels et notamment psycho-sociaux. Une fois que ces bases sont posées, il est possible d’avoir une réflexion qui est ajustée, adaptée sur ce qu’est la qualité de vie au travail.

La responsabilité de l’employeur

Le code du Travail précise que l’employeur doit engager des démarches de prévention des risques professionnels et notamment psycho-sociaux avec une obligation de moyens certes mais aussi de résultat comme le démontre l’arrêt de la cour de cassation du 28 février 2002.

Les risques psycho-sociaux : quels enseignements à retenir...

Interaction de plusieurs facteurs

 
Les RPS c’est une interaction des plusieurs facteurs : organisationnels, de conditions de travail et de la santé physique, mentale et sociale.

Incidence sur la performance au travail

 
Quand on est dans une situation de travail marquée par la démotivation, le conflit... Quand on arrive sur du clivage d’équipes, l’incompréhension, la rupture du dialogue, l’isolement voire l’absentéisme, sans parler de toutes les formes de somatisation qui peuvent arriver, tout ceci a une incident bien évidemment sur la performance au travail.

Le rapport entre la qualité de vie au travail et RPS

 
Il s’agit de développer une vision systémique, chacun des facteurs peut être soit de risque, soit de protection, il n’y a pas en soi un élément sur une situation de travail qui est négative ou complément positive, le contenu de travail peut être bien évidemment une source de protection s’il y a une maîtrise des savoirs, des savoirs être, des savoirs faire, s’il y a de l’expérience, s’il y a un corpus de métiers avec des références métiers qui sont assez solides.

Il peut être également un facteur de risque s’il n’y a pas d’éléments de maîtrise, pas éléments de références, pas d’espace de dialogue et d’échange sur les pratiques ni sur les métiers. Un sentiment d’anxiété apparaît donc sur son propre contenu de travail,

Précisions sur les métiers de la fonction publique territoriale et notamment au CCAS, le facteur de l’exigence émotionnelle prend une place important puisqu’il s’agit pour la plupart des métiers de ce secteur, de métiers de relations, agissant directement auprès et avec des usagers. Or, on a tendance à sous-estimer ce facteur car champ émotionnel, champ irrationnel mais les émotions sont quand même le siège de la pensée donc un facteur important à prendre en compte.

Quand tous les facteurs s’équilibrent (contrainte/ressource), interagissent ensemble, il y a toujours un jeu possible entre ces systèmes de contraintes et de ressources. Et, sur un système de balance à peu près équilibré, nous ne sommes pas face à une situation à risque.

En revanche, quand il y a une situation déséquilibrée, c’est-à-dire quand il y a beaucoup trop de contraintes ou de facteurs de risques face aux ressources disponibles, on rentre non pas dans une situation à risque mais dans un mécanisme de RPS et, s’il n’y a de prise en compte pour les réduire, la plupart du temps cela évalue en troubles psycho-sociaux.

Le management, une fonction clé

 
Le management est une fonction clé, le manager n’est pas là seulement pour organiser le travail. Il a aussi un rôle à jouer en matière de prévention auprès de son équipe.

La position managériale est aujourd’hui très complexe notamment en termes d’attendu par les équipes.
Il est important que le manager se recentre sur la communication auprès de son équipe, un retour uniquement négatif n’aura que des effets négatifs sur la/les personne(s). Il convient donc de contrebalancer par des points positifs. En effet, il y a un besoin fondamental de reconnaissance du travail pour la personne et, s’il y a un besoin de recadrage, il est important de dire ce qui va bien également. La plupart des personnes souhaitent bien faire leur travail. Et, si tout est négatif, c’est que le recadrage arrive trop tard.

La reconnaissance, la confiance, le sens du travail sans pour autant être déconnecté des exigences des objectifs fixés doivent être au cœur de la communication du manager auprès de ses équipes. Le manager doit faire preuve d’humilité en se questionnant sur le u travail des uns et des autres, des métiers qu’il ne maîtrise pas.

La qualité de vie au travail est enjeu de performance. Le fait de mettre en place des actions de qualité de vie au travail peut remobiliser les équipes.

La mise en place d’une démarche dans un service ou dans l’ensemble de la collectivité

 
Les conditions de réussite dans la mise en place d’une telle démarche dans un service ou dans l’ensemble de la collectivité territoriale, d’un CCAS repose sur trois points essentiels : impliquer les décideurs, associer les agents dans la démarche, valoriser les métiers.

Les interventions

Carine Durand-Broussole, Administratrice à la MNT

Azili Rouillon, cabinet Cateis

 
Télécharger sa présentation

Elie Maroglou, président de l’association ReSPECT

 
Télécharger sa présentation

Patrice Henri, préventeur au CCAS de Poitiers

 
Télécharger sa présentation

Prochain rendez-vous

La prochaine Matinale de l’UNCCAS sera organisée en novembre 2017 à Paris et portera sur le reclassement pour inaptitude physique.

Retour en haut de page