J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Petite enfance, jeunesse : parier sur l’avenir

Congrès 2017 de l’UNCCAS : Forum 4, 18 octobre

Petite enfance, jeunesse : parier sur l'avenir

Taux élevé de fécondité, ubérisation, horaires décalés, conciliation vie familiale/vie professionnelle, familles monoparentales… l’offre de la petite enfance répond-elle encore à la société actuelle ? Entre le besoin de financer des modes de garde diversifiés et adaptés, la volonté de préserver le tissu économique de leur bassin d’emplois, la nécessité de répondre aux familles et lutter contre la pénurie de professionnels qualifiés, quelles marges de manœuvre ont véritablement les élus locaux ? Quelles innovations ?

Le point sur le Forum 4 du Congrès 2017 de l’UNCCAS, organisé le mercredi 18 octobre, à 9h30, à Reims.

A mesure que la société évolue, les problématiques liées à l’enfance, à la jeunesse et à la famille font intervenir voire interagir des acteurs de plus en plus nombreux : État, collectivités territoriales, caisses d’allocations familiales, CCAS/CIAS, associations, entreprises, etc. Dans ce domaine plus que dans tout autre, il semble exister un consensus sur l’intérêt d’investir durablement pour les générations futures. Au moins trois dimensions soulignent le rôle clé que peuvent jouer les CCAS et les CIAS.

Un levier de développement social et territorial

La politique petite enfance, enfance/jeunesse peut très vite apparaître comme un levier important du projet social du territoire. La mise en œuvre de cette compétence pourtant facultative des communes et des intercommunalités contribue au « vivre ensemble », dès lors qu’elle est fondée sur :

  • une analyse des besoins du territoire : quel environnement socio-économique ? Quelle démographie ? Quels profils des familles ? Quels types de besoins ?
  • un objectif de mixité sociale : il s’agit ici d’accompagner les familles les plus fragiles ou en difficulté – familles monoparentales, parents aux horaires de travail décalés, etc. - grâce à un service public garant de l’égalité des chances donnée à tous.
  • une forte implication des élus et de l’ensemble des acteurs du territoire : acteurs institutionnels, associatifs, voire de l’Education nationale, etc.

Une source de richesse économique

La mise en place d’une politique petite enfance est aussi une potentielle source de richesse économique, qui structure un territoire et le dynamise. Répondre au besoin des familles en recherche de solutions d’accueil (crèches, ALSH, périscolaire…) peut en effet :

  • permettre de concilier vie privée et vie professionnelle et ainsi maintenir un bon taux d’activité, notamment des femmes, sur le territoire (égalité homme/femme au travail) ;
  • être un levier d’augmentation de la population (et ainsi de recettes fiscales) ;
  • encourager l’apparition et/ou le renforcement d’activités commerciales ;
  • être créateur d’emplois directs de personnel qualifié et non « délocalisable ».

Soutenir la parentalité

L’aide à la parentalité est un moyen d’aborder l’accompagnement des familles de manière transversale et universelle. Inscrite dans la convention internationale des droits de l’enfant (Cide), la parentalité se distingue en effet de la parenté (filiation) et de l’autorité parentale (ensemble des droits et des devoirs juridiquement détenus par les parents).

En réponse aux évolutions actuelles du rapport à l’enfant, à celles du modèle familial, voire au burn out et à l’isolement de certains parents, les dispositifs de soutien à la parentalité présentent un caractère multi-dimensionnel : juridique, matériel, économique, culturel, psychologique. Une occasion pour les CCAS/CIAS d’innover, de jouer pleinement leur rôle de coordination, et de miser sur la prévention plutôt que la réparation, quels que soient les milieux sociaux.

Intervenants

  • Michel Villac : Président du Conseil de la Famille, Vice-président du Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Âge (HCFEA)
  • Elisabeth Laithier : Adjointe au Maire de Nancy
  • Rodolphe Dumoulin : Directeur de cabinet du directeur général de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF)
  • Patricia Mani Eslava : Directrice générale adjointe / Interventions Sociales, Carcassonne agglo
  • Animateur : Philippe Pottiée-Sperry
Retour en haut de page