J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Pauvreté : rapports du Secours Catholique et de l’INSEE

Pauvreté : rapports du Secours Catholique et de l'INSEE

Paru en novembre 2016, le rapport statistique annuel du Secours Catholique – Caritas France s’appuie sur les demandes formulées dans les centres d’accueil de l’association pour évaluer les différentes formes de pauvreté : alimentation, logement, isolement, accès aux droits... L’INSEE vient quant à elle de mettre à jour ses indicateurs concernant le taux de pauvreté et les inégalités. Les deux organisations font le constat d’une hausse tendancielle de la précarité.

Dénombrant près de neuf millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, dont trois millions d’enfants, le rapport statistique du Secours Catholique-Caritas France relève que 55 % des personnes accueillies dans ses centres souffrent de problèmes d’alimentation, et que 18% estiment que leurs demandes d’aides pour l’accès au logement ou le paiement de leurs charges ne sont pas suffisamment prises en compte.

57 % d’entre eux souffrent d’isolement, éprouvant des difficultés à trouver des interlocuteurs pour évoquer leur situation. Phénomène parallèle, 38 % ne perçoivent pas le RSA alors qu’ils seraient éligibles, un phénomène de non-recours que l’association explique par un manque d’information.

Enfin, ce rapport statistique insiste sur la dégradation de la situation des étrangers vivant en France, bien plus importante - selon l’association - que dans les autres pays d’Europe.

L’INSEE note pour sa part une augmentation du taux de pauvreté, qui passe de 14,1% en 2014 à 14,3% en 2015. Pour l’institut, c’est principalement le chômage qui explique cette situation, le nombre de chômeurs vivant sous le seuil de pauvreté ayant augmenté... en même temps que le nombre de chômeurs de longue durée et le nombre global de chômeurs.

Malgré les mesures de redistribution identifiées dans ce travail (baisses d’impôts pour les faibles revenus, modulation des allocations familiales, hausse de certaines prestations...), l’INSEE relève également une augmentation des inégalités. L’indice de Gini, signifiant une égalité totale lorsqu’il est égal à 0 et une inégalité totale lorsqu’il est égal à 1, est ainsi passé de 0,293 en 2014 à 0,296 en 2015.

Pour aller plus loin :

Retour en haut de page