J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Opération d’auto-réhabilitation accompagnée dans les quartiers prioritaires : bailleurs sociaux /compagnons bâtisseurs

Opération d'auto-réhabilitation accompagnée dans les quartiers (...)

L’auto réhabilitation accompagnée est une démarche destinée à aider des habitants en difficulté dans la résolution de leurs problèmes de logement, qu’ils soient locataires ou propriétaires.

Elle vise à améliorer l’habitat, le cadre de vie et l’appropriation du logement des habitants, à développer les liens sociaux et la notion d’entraide. L’action est portée par l’Association « Les Compagnons Bâtisseurs », partenaire de l’UNCCAS.

En savoir plus sur ce partenariat

Contexte

Une importante opération de réhabilitation a débuté au cours de l’année 2011 concernant des bâtiments dit du « Panoramic », situés rue des hauts de Chanturgue (Quartier prioritaire) à Clermont Ferrand.

Le projet d’auto réhabilitation accompagnée (ARA) s’inscrit dans la continuité de ces travaux.

Ce projet est né d’un diagnostic partagé entre collectivités locales, services de l’Etat et les acteurs de l’habitat.

L’action s’est ensuite déployée sur tous les quartiers prioritaires de la Ville de Clermont-Ferrand.
Le projet est d’étendre l’action à l’Agglomération

Description

Principaux objectifs

Les actions d’auto-réhabilitation accompagnées visent principalement à améliorer le cadre de vie des personnes, de leur permettre l’appropriation et le maintien dans le logement à partir de travaux d’amélioration et d’entraide des personnes disposant de faibles ressources économiques.
Elles permettent également de développer le lien social entre les habitants et de développer la solidarité.

Description / Fonctionnement

L’action d’auto-réhabilitation accompagnée (ARA) est menée par les Compagnons Bâtisseurs, association nationale qui intervient dans le cadre de l’insertion par le logement.

Cette association coordonne les différents partenaires susceptibles d’orienter les foyers et assure l’accompagnement des familles dans les démarches techniques.

L’association est soutenue par les services sociaux (département / CCAS) pour assurer le relais sur les aspects sociaux... La coordination se fait par l’intermédiaire de comités techniques.

Plusieurs rencontres sont nécessaires en préalable aux visites à domicile des locataires concernés.

Différents supports d’intervention sont rédigés (fiche de prescription, bilan des interventions...)

Le CCAS de Clermont-Ferrand s’est positionné sur le public habituellement suivi (personnes isolées, sans enfant, et non retraitées).

Depuis le début de l’action, le CCAS participe aux comités techniques qui ont lieu environ toutes les 6 semaines.

Ils ont pour objectifs de faire le point sur le déroulement de l’action, l’évolution et l’investissement des familles. Des liaisons sont effectuées entre les intervenants des compagnons bâtisseurs et les référents sociaux.

Un point est fait concernant l’adhésion des familles à la démarche proposée.

Le CCAS participe au positionnement de nouveaux foyers.

Moyens

2 travailleurs sociaux du CCAS qui participent aux comités techniques
Travailleurs sociaux du Conseil départemental
Représentants de chaque bailleur social
Travailleurs sociaux Caf
Association les Compagnons Bâtisseurs

  • Une animatrice habitat (coordination et de pilotage)
  • Un animateur technique (assure la réalisation des chantiers)

Bilan

Concernant le public du CCAS de Clermont-Ferrand (personnes isolées, sans enfant, et non retraitées).

  • 18 visites à domicile ont été réalisées, chacune d’une durée moyenne d’une heure.
  • L’âge moyen est de 50 ans.
  • Ces personnes rencontrent des problèmes de santé multiples en plus des difficultés financières.

Cette action permet de diversifier et élargir l’accompagnement des personnes au plus près de la problématique du logement.

Elle permet, dans une certaine mesure, de créer du lien entre voisins, d’améliorer les relations entre les bailleurs sociaux et leurs locataires en permettant à un tiers intervenant d’assurer une médiation.

Les foyers bénéficiaires font tous état d’une grande satisfaction d’avoir pu eux-mêmes contribuer (selon leurs compétences) à améliorer leur logement.

Aussi, cette action a permis d’améliorer l’accès aux droits de ses bénéficiaires. En effet, lors de la toute première phase de mise en œuvre, les rencontres avec les habitants ont permis, au fil des entretiens, de les informer sur leurs droits (droits au logement, prime pour l’emploi, santé, aide à domicile….) missions en adéquation avec celles de l’assistance sociale.

Des situations relativement dégradées ont également pu être mises en exergue, sur lesquelles des interventions ont pu être mises en place rapidement.

Aujourd’hui, au fil des chantiers finalisés, le retour est très positif. Les personnes font état d’une grande satisfaction d’avoir d’une part participé à l’embellissement de leur logement et d’autre de part d’améliorer leurs conditions de vie.

Les perspectives/suites de l’action

Refaire le même type d’action serait fortement positif sur différentes catégories socio professionnelles et sur d’autres quartiers.

Le projet est d’étendre l’action à l’Agglomération.

Estimation CCAS

Un des éléments clés à retenir est l’importance du profil et des compétences de l’animateur technique de l’association. En effet, il doit être apte à transmettre des gestes techniques tout en s’adaptant à une population fragile avec laquelle le lien est à établir au sein même de leur logement.

Cette expérience a fait l’objet d’une modélisation de la part de l’UNCCAS. Les modélisations correspondent à des fiches d’expériences plus détaillées et complètes issues de rencontres des acteurs sur le terrain et d’entretiens approfondis. Elles permettent aux CCAS et CIAS intéressés par l’action de la connaître en détail afin de mieux identifier ses conditions de réussite, difficultés et leviers, pour pouvoir l’essaimer.

Wikimedia Commons / Fabien1309

Retour en haut de page