J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Maltraitance des personnes âgées

Les chiffres de 2016

Maltraitance des personnes âgées

L’association du 3977 a publié son rapport annuel sur la maltraitance des personnes âgées. Fondé sur les appels émis par les victimes ou témoins et intitulé « Le courage de voir, le choix d’en parler », il mesure l’ampleur du phénomène en distinguant plusieurs types de maltraitance (psychologique, financière, physique ou négligence passive).

En 2016, ce sont 29 610 appels qui ont été reçus par le 3977. Dans près de la moitié des cas, la personne mise en cause appartient à l’entourage familial et 75% des maltraitances ont lieu au domicile de la personne.

L’association offre un service d’écoute, une veille et un suivi, et formule une série de préconisations :

  • Chiffrer, quantifier, qualifier le phénomène des maltraitances financières
  • Communiquer largement et auprès de tous
  • Améliorer l’information et faciliter l’alerte
  • Harmoniser les pratiques de facturation et le contenu des contrats de séjour en établissement
  • Améliorer le mandat de protection future
  • Sensibiliser les acteurs de la démocratie sanitaire et sociale
  • Lutter contre les pratiques commerciales abusives
  • Améliorer l’accès au droit à l’information bancaire et financière
  • Réaménager les régimes juridiques de l’autorisation
  • Financer des formations
  • Organiser la vigilance des acteurs du domicile
  • Renforcer la publicité sur les recours des consommateurs face aux nouvelles technologies
  • Identifier les besoins spécifiques en matière de protection des victimes
  • Renverser la charge de la preuve en cas de privation de ressources financières
  • Développer le recours aux mesures d’accompagnement
  • Renforcer le rôle de la Délégation d’Aide aux Victimes (DAV)
  • Vérifier les comptes de gestion
  • Développer la justice restaurative

Suite à ce document faisant la lumière sur un sujet trop souvent tu, plusieurs reportages marquants ont été publiés dans la presse. Le site de LCI a par exemple publié le témoignage d’une aide médico-psychologique en EHPAD qui indique que sa charge de travail la conduit à ne pas accorder suffisamment de temps aux résidents, générant contre son gré des situations de négligence. « Pour ne pas perdre de temps, j’en fais manger deux à la fois », y affirme-t-elle notamment.

Position de l’UNCCAS

L’UNCCAS partage de nombreux axes de travail de l’association et la nécessité d’agir sur les terrains de la prévention, de la formation, de l’information des différents publics et acteurs concernés. A ce titre, Alain Koskas, président du 3977, avait pu échanger avec notre réseau lors du Congrès 2016 de l’UNCCAS, en insistant sur le rôle de 1er recours des CCAS face aux situations de fragilité, d’isolement, de maltraitance, etc.

Le Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Âge (HCFEA), fondé en décembre 2016 et auquel participe l’UNCCAS, s’est saisi de la thématique de la privation de ressources des personnes âgées et communiquera prochainement ses préconisations.

Sur la question spécifique de la négligence par manque de moyens humains, l’UNCCAS rappelle enfin son inquiétude face à la pression financière grandissante à laquelle sont confrontés les établissements d’accueil de personnes âgées, qui ne facilite pas la lutte contre le phénomène.

Retour en haut de page