J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Le CCAS coordinateur d’actions collectives et individuelles de lutte contre la précarité énergétique

Le CCAS coordinateur d'actions collectives et individuelles de lutte (...)

Après repérage des publics suite à une étude avec les fournisseurs d’énergie, les foyers saumurois aux plus faibles revenus et/ou ceux dont plus de 10% de leur budget est consacré aux fluides, ont été contactés par des médiateurs. Il est proposé en partenariat avec divers acteurs publics et associatifs :

  • un atelier forum sur les bonnes conduites pour faire des économies d’énergie et informer sur les droits,
  • un diagnostic thermique du logement,
  • des menus travaux,
  • un suivi à moyen et long terme des bénéficiaires de l’accompagnement.

Une information plus large à tous les Saumurois sur les économies d’énergies et leurs droits est par ailleurs diffusée régulièrement via divers supports et acteurs.

Contexte

Les ménages modestes sont surtout exposés à la baisse des températures car ils cumulent souvent contraintes financières et habitat peu performant. Par conséquent, certains ne se chauffent pas ou peu.

Une expérimentation dès 2013

La précarité énergétique est particulièrement prégnante à Saumur, comme le soulignait déjà l’Analyse des Besoins Sociaux en 2013. Ce phénomène doit être croisé avec l’augmentation constante, ces dernières années, en nombre et en valeur, des aides versées aux familles pour couvrir les impayés liés aux dépenses d’énergie dans le cadre des aides facultatives du CCAS.

Une étude de la précarité énergétique par GDF Suez en 2013 sur le territoire de la ville de Saumur, avait démontré que 4537 ménages avaient un taux d’effort énergétique supérieur à 10 %, la plupart concentrés dans quelques quartiers de la ville ciblés comme prioritaires. L’objectif de la démarche est aussi d’aller vers le public concerné au travers de cette étude.

En outre, la grande vétusté du parc locatif privé, en particulier dans le centre-ville, accentue ces difficultés et engendre parfois des montants de charges d’énergie considérables, pouvant aller jusqu’à doubler le montant du loyer. Certes, l’OPAH pilotée par Saumur Agglo entre 2011 et 2014 a permis la réhabilitation de 250 logements et l’ANAH intervient dans certains logements conventionnés très dégradés. Cependant, les aides sont limitées en nombre et parfois longues et difficiles à mobiliser. Par ailleurs, le CCAS rencontre également des situations individuelles qui mobilisent l’aide facultative pour des dépenses d’énergie alors même que les logements dans lesquels vivent ces populations ont parfois été rénovés. Le défaut d’un usage adapté explique pour partie ce phénomène.

De plus, l’étude de 2013 démontrait qu’une population en situation de précarité énergétique est souvent dépourvue d’accompagnement social, faute d’une sollicitation des services adaptés. Cette population se concentre, selon ladite étude, au sein de trois quartiers dont deux classés en ex-Zone Urbaine Sensible ainsi que dans le centre-ville.

Dans ce contexte, le Président du CCAS de la Ville de Saumur a soutenu la mise en œuvre d’une action ponctuelle d’accompagnement des ménages en situation de précarité énergétique, identifiés comme les plus vulnérables, en les sensibilisant aux méthodes et aux usages visant à réduire leur consommation d’énergie. Fixant l’objectif de réduire la facture de 20%, Monsieur le Président souhaite redonner indirectement du pouvoir d’achat aux familles confrontées à la précarité énergétique et améliorer tant que faire se peut leur condition de vie. Considérant notamment que le budget énergie annuel moyen d’un ménage français en 2015 est de 1600 €, les économies financières à réaliser consécutivement aux économies d’énergie doivent être substantielles (350 € par an par ménage).

Puis une nouvelle étude statistique et géographique a été réalisée en 2016. Ainsi Les données INSEE -logements insalubres, et les consommations des fournisseurs ont été croisées par ENGIE pour localiser territorialement les quartiers cibles.

Description

Publics ciblés

Le public cible est constitué des ménages en situation de précarité énergétique, identifiés en amont de l’accompagnement proposé à travers cette action.

Le public visé peut être composé de locataires du parc public comme du parc privé ou de propriétaires occupants, orientés vers le dispositif par les travailleurs sociaux, les associations caritatives locales et des droits des consommateurs ainsi que par un diagnostic de territoire.

L’éligibilité au dispositif est fondée sur un reste à vivre (ressources – charges) fonction de la composition familiale et d’une grille de critères (plafond de RAV de 450€ pour une personne seule et 650€ pour un couple sans enfant, 200€ pour un enfant de – de 20 ans et 300€ pour un adulte de + de 20 ans), qui n’exclut nullement toute étude au cas par cas en fonction des spécificités des situations individuelles.

Principaux objectifs

  • Améliorer la performance thermique des logements,
  • Baisser les coûts des fluides,
  • Redonner du pouvoir d’achat,
  • Accompagner socialement les plus pauvres.

Fonctionnement de l’action

Information/communication

 
Les éco médiateurs du CCAS de la ville ont distribué dans les quartiers ciblés des lettres d’explication de la démarche saumuroise. Le repérage des bénéficiaires potentiels a été effectué par notre éco médiateur, la commission de secours, le réseau des assistants sociaux de la MDS, de la CAF, des partenaires sociaux, du secours populaire et du secours catholique.

Plus largement, des éléments de communication ont été adressés à toute la population (flyers, presse, information auprès des associations intervenant sur le champ de l’action sociale, travailleurs sociaux, témoignages d’usagers, site de la Ville de Saumur...)

Signature de la convention / contrat entre le CCAS et l’usager

 
Lorsque les Saumurois se déclarent, ils signent une convention avec le CCAS de la ville et le foyer, portant engagement réciproque sur :

  • l’inscription et la participation de l’usager à un atelier forum sur les bons usages et les économies d’énergie. Cet atelier forum est fait en partenariat financier avec le Département, EDF, la SAUR et animé par l’association Alizée, prestataire des forums ;
  • un diagnostic thermique du logement par l’association Soliha 49, prestataire du CCAS, avec restitution du document à l’usager ;
  • des préconisations de petits travaux que le signataire fait ou que le CCAS prend en charge le cas échéant jusqu’à concurrence de 350€ ;
  • des rendez-vous semestriels : un travailleur social refait le point à 6 mois et un an.

Les outils pour évaluer l’action

  • Questionnaire de satisfaction
  • Suivi des bénéficiaires à six mois et un an par une assistante sociale soit par une CESF.
  • Sortie des demandes de secours « énergie » au CCAS.

Moyens

Moyens humains

  • Responsable du pôle action sociale : O,1 ETP
  • Eco-médiateur : O,5 ETP

Moyens matériels

  • Un véhicule
  • Kits de matériel achetés par le CCAS (ampoules basse consommation, mousseurs pour les robinets, multiprises avec interrupteur, douchette à économie d’énergie, thermomètre)

Budget / coût de l’opération

  • Budget alloué pour l’action 50 000 € par an hors rémunération des agents.
  • Le coût moyen par logement est estimé à 500 €. Soit un objectif de 100 foyers par an
  • En 2016, 6 ateliers-forum ont coûté 8 000 €, financés par EDF.

Bilan

L’objectif fixé à 100 foyers par an est atteint. L’action commence à être bénéfique pour des propriétaires occupants qui se déclarent auprès du CCAS.

Depuis le début de l’action, 20% des demandeurs sont sortis des secours annuels alloués par le CCAS ;

Quelques remarques exprimées par les bénéficiaires sur les fiches d’enquêtes

  • « J’ai beaucoup apprécié l’information collective »
  • « Démarche intéressante et encourageante sur l’économie d’énergie. »
  • « Dans l’ensemble satisfait de cet accompagnement et information »
  • « Je souhaiterais encore plus de détails »
  • « Travaux effectués par la Régie de quartier rapidement »
  • « Informations très intéressantes »
  • « Tout est parfait, bon contact avec le CCAS »
  • « Rien à dire »
  • « Kit très efficace »
  • « Très satisfait de l’action, et de l’intervention »
  • « Satisfait lorsque l’on pose une question »
  • « À ce jour le propriétaire n’est pas venu faire de travaux, suite au diagnostic »
  • « Gestes pour les économies d’énergie facile à réaliser »

Retour qualitatif et quantitatif. Bilan 2ème visite

Environ 95% des foyers visités lors de ce deuxième bilan, après une période de 6 à 7 mois, sont très satisfaits de l’action, et de leur expérience de sensibilisation aux économies d’énergie lors de l’atelier forum ainsi que des diagnostics qui ont été réalisés dans leur appartement ou maison.

Beaucoup d’entre eux estiment avoir obtenu des informations très utiles, et de nombreuses astuces afin de faire des économies d’énergie.

Nous avons très souvent lors de nos échanges des retours de satisfaction sur les gestes à effectuer pour faire des économies d’énergie.

Ils les ont bien assimilés grâce aux forums, mais aussi aux diagnostics qu’ils ont suivis avec attention.

Conclusions

D’une façon générale la majorité des bénéficiaires de l’action à réellement constaté une diminution de leurs consommations d’eau et d’électricité.

Il reste à attendre le bilan des économies qui seront réalisées grâce à ces actions.

Les bénéficiaires sont également très satisfaits de la pédagogie du diagnosticien, ainsi que des informations dispensées lors des forums de sensibilisation.

Les perspectives/suites de l’action

Maintien des moyens humains et financiers tant que le CCAS aura des demandes des secours.

Réflexion autour d’un nouveau dispositif pour permettre l’accès au microcrédit personnel pour ces personnes afin de faciliter la réalisation de travaux plus importants sur le bâti. La convention va être signée en 2017.

Estimation CCAS

Nous avons dû faire face à l’arrivée de colporteurs chez les habitants. Ceux-ci se faisaient passer pour des éco-médiateurs pour pénétrer dans les logements des personnes.

Nous avons alors équipé notre éco-médiateur d’une tenue spécifique aux couleurs de la ville et d’une carte professionnelle qu’il doit présenter systématiquement. Par ailleurs, la population a été informée via le magazine de la ville et sur le site internet. Des photos du médiateur avec son équipement ont été diffusées.

Téléchargements

Photo : Wikimedia Commons / Martin Falbisoner

Retour en haut de page