J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

« La Ruche », un projet au cœur de l’humain

« La Ruche », un projet au cœur de l'humain

Proposer des actions collectives en lien avec les choix de la commune, en tenant compte des compétences et des aspirations de chacun.

Cette action avait été présélectionnée par l’UNCCAS dans le cadre des Prix de l’Innovation Sociale Locale 2016.

Contexte

Dans la commune de Rosporden, les aides facultatives sont diverses : les secours d’urgence, les bons en carburant, les domiciliations, etc. D’autres dispositifs concernent plus particulièrement les personnes âgées et handicapées, les dossiers de demandes de logement ou encore de demandes de CMU.

Le CCAS accueille également les personnes et les aide à compléter un dossier, les orienter vers un organisme approprié (CDAS ou CLIC)…

Plusieurs éléments nous ont confortés dans la pertinence de notre projet : notre expérience de terrain, notre analyse des besoins sociaux ainsi que le diagnostic du centre social associé à l’ensemble des éléments émanant des travailleurs sociaux du secteur.

Notre action doit répondre aux attentes des personnes : être à l’écoute et être entendu dans sa différence pour permettre l’implication et l’épanouissement de chacun.

« La Ruche » propose avec enthousiasme ce « faire ensemble » en respectant et valorisant l’individu dans son intégrité.

Description

Finalité de l’action

  • Offrir un service qui tend à faciliter l’inclusion dans notre société ;
  • permettre aux personnes de rompre avec l’isolement ;
  • contribuer au bien-être des participants, à l’estime de soi.

Principaux objectifs

  • Une alternative aux problématiques repérées sur le territoire ;
  • la participation des personnes aux ateliers proposés ;
  • l’autonomie à travers les actions collectives ;
  • les initiatives portées par les usagers.

Fonctionnement

  1. Ecoute des personnes lors des permanences et de temps non officiels ;
  2. questionnaire destiné aux usagers ;
  3. visites d’ateliers existants sur le territoire (Quimper, Concarneau…) ;
  4. réunions avec les partenaires locaux ;
  5. implication des travailleurs sociaux du CDAS à la banque alimentaire et à l’atelier cuisine ;
  6. témoignages de temps partagés.

Moyens

Moyens humains

Sophie Maguet, agent social est référente des activités suivantes :

  • Atelier cuisine : 5 heures par mois ;
  • Atelier couture : 26 heures par mois ;
  • Vestiaire : 4 heures par mois.

Pascale Guillou, élue, est présente au vestiaire à raison de 15 heures par mois.

Christine Massuyeau, élue, participe à l’activité 5 heures par mois.

Huguette Guichen, bénévole apporte son soutien 10 heures par mois.

Les usagers de l’association « Chemins de Faire », autour des jardins partagés, a une participation fluctuante, en fonction de la disponibilité des participants et de la saison.

L’évolution des ateliers s’organise en fonction de l’intérêt des personnes rencontrées. « La Ruche », demande donc, de fait, à évoluer dans le temps.

Moyens matériels

Notre action se situe dans une maison de maître appartenant à la commune. C’est là que se tiennent les permanences hebdomadaires de la banque alimentaire et du vestiaire mais aussi les ateliers : la cuisine, la couture, le prêt des livres et l’informatique….

Force est de constater que nous sommes aujourd’hui à l’étroit dans ce lieu. Compte-tenu du développement de « La Euche », nous sommes à la recherche d’un local plus approprié et accessible à tous, afin de maintenir la dynamique et de nous permettre d’évoluer en toute quiétude.

Les jardins partagés

 
A l’initiative des élus, les jardins partagés doivent permettre aux usagers de cultiver des légumes et d’en bénéficier. Ils louent à l’année une parcelle du terrain mis à leur disposition. La parcelle collective réservée sur ce même terrain permet la récolte des légumes au bénéfice de la banque alimentaire et de l’atelier cuisine.

Le fonctionnement des jardins partagés s’orchestre grâce à l’association « Chemins de Faire », portée par le centre social de Rosporden.

La commune a mis à disposition le terrain.

Le CCAS a financé la cabane servant d’entrepôt de matériel inhérent à l’activité de jardinage, les barrières qui délimitent le terrain ainsi que les tables et les bancs.

Le vestiaire

 
La permanence se tient tous les vendredis matins, aux mêmes heures que la distribution du colis alimentaire. L’équipe fait le tri des vêtements donnés, le nettoyage, le rangement sur les étagères et l’accueil du public. Actuellement, une élue et une bénévole assurent la permanence, soit 3 heures chaque semaine.

De plus, un samedi par mois, le vestiaire est ouvert à tous, soit 5 heures ce jour-là. Néanmoins, nous manquons de moyens humains pour maintenir le service qui est en expansion.

L’atelier couture

 
Nous avons récupéré des machines à coudre du chantier d’insertion, fermé depuis 2011.Celles-ci ont été remises en état par des bénévoles.

Jusqu’à présent, nous avons bénéficié de dons : bobines, aiguilles, canettes, boutons, fermetures... Aujourd’hui, nous sommes à la recherche de moyens financiers pour conforter le bon déroulement de cette activité.

L’agent social est la référente et anime l’atelier avec une bénévole.

L’atelier cuisine

 
Cet atelier est proposé une fois par mois. Les produits de la banque alimentaire sont utilisés en priorité, mais cela n’exclut pas l’achat d’autres produits.

La cuisine est déjà aménagée dans cette maison de maître.

Nous souhaitons d’ores et déjà développer l’activité en proposant des repas partagés.

L’agent social est référente de l’activité qu’elle anime. En parallèle, un travailleur social participe aux séances.

Les livres

 
Les livres qui sont à disposition proviennent de dons. Un système de prêt est mis à la disposition à la demande des usagers : à travers cette activité, notre objectif est l’accès à la culture pour tous. Ce service demande à être développé.

L’atelier informatique

 
L’association LIBRES nous a fait don de matériel informatique, soit 2 ordinateurs mis à disposition des usagers du CCAS.

La dématérialisation de l’ensemble des administrations a fait émerger une demande du public.L’atelier propose de familiariser les personnes avec l’outil informatique et d’en permettre à terme l’acquisition, sous la forme de prêt.

Budget

Chapitre ImputationLibelléBP 2016
011 Charges à caractère général 22 170
ACHAT ET VARIATION DES STOCKS 3 120
AUTRES CHARGES EXTERNES – SERVICES EXTÉRIEURS 12 400
AUTRES SERVICES EXTERIEURS 5 800
IMPÔTS TAXES ET VERSEMENTS ASSIMILES 850
Charges exceptionnelles 100
CHARGES DE PERSONNEL 53 830
TOTAL 76 100

Bilan

Les témoignages de temps partagés

Les travailleurs sociaux sont satisfaits et constatent :

  • des bénéfices dans leur travail ; un plus dans les rapports humains. (moins conventionnels et davantage dans le relationnel).
  • plus de proximité, de souplesse, d’apaisement, d’estime de soi, de respect, un rapport plus équilibré…

Ils souhaitent donc poursuivre l’action.

Les usagers sont enthousiastes :

  • ils retrouvent le goût de vivre, se sentent écoutés, entendus ;
  • trouvent davantage de partage, d’échanges et de convivialité ;
  • plus d’apaisement dans les rapports ;
  • plus d’équilibre et d’aisance dans les échanges ;
  • ils ont retrouvé l’estime d’eux-mêmes.

Ils souhaitent s’investir davantage dans le développement de "La Ruche".

L’élue en dresse le bilan suivant :

« J’ai pu constater l’évolution positive de ce lieu de rencontres au fil du temps, dans la qualité des relations humaines ;
Plus de barrière sociale, l’estime de soi retrouvée, un autre regard autour de tous les partenaires qui gravitent autour de cette ruche.
Un regard franc direct et sincère échangé à l’intérieur et en dehors de la structure, un équilibre dans les rapports humains. »

L’agent référent témoigne pour sa part :

« La mise en œuvre des différents ateliers nous a permis de concrétiser les attentes de chacun. C’est au travers du temps consacré auprès des usagers, le climat de confiance aidant, que le lien se créé. Autour des actions collectives, s’affichent des volontés communes : participer, permettre de réaliser des activités qui favorisent le lien et donnent des possibles. »

Bilan global

Les résultats obtenus correspondent aux objectifs fixés initialement. Le climat de confiance est suffisamment prégnant pour s’inscrire de fait, comme vecteur d’adhésion.

L’équipe de référents est présente en qualité de « facilitateur ».

Les personnes en s’inscrivant aux ateliers sont confortés dans leurs choix.

Par exemple, à l’atelier couture, une ancienne couturière de métier a pris l’initiative de réaliser le costume du Père Noël. Avec enthousiasme, deux autres personnes s’y sont associées.

Lors des fêtes de fin d’année, tous les participants, y compris le CDAS, ont pris l’initiative d’organiser la journée dédiée aux enfants des bénéficiaires. Certains sont venus à l’atelier décoration pendant que d’autres s’activaient à la cuisine à la préparation des gâteaux et des petits fours.

En parallèle, la responsable du CCAS a fait appel à l’association« Enfance et Partage » et permis la distribution de jouets : un beau travail collectif qui a permis la réussite de cette journée mémorable, de joie, de rires, de bonnes humeurs partagées.

Les usagers sont libres dans leur choix, l’atelier leur permet de prendre des initiatives. Ils sont acteurs de l’action, « La Ruche » les soutient afin que les idées aboutissent, qu’ils s’affirment.

« La Ruche » se développe et se conçoit en mutation permanente : elle est évolutive et s’adapte en fonction des personnes. C’est au travers de ses évolutions que "La Ruche" se nourrit, « fait son miel ». Notre volonté est de remettre l’humain au centre de nos préoccupations. De l’humain émergent les volontés grâce à une qualité d’écoute et une implication réelle de l’ensemble des acteurs de terrain.

Estimation CCAS

L’action peut être portée par tous les territoires qui vouent un intérêt similaire à l’être humain, au centre de toute initiative, et au développement de l’estime de soi.

Les principales difficultés concernent le financement de l’action : les moyens humains et matériels.

Au démarrage, notre attention s’est portée sur la mobilisation : les supports choisis à l’initiative des participants ont facilité celle-ci.

Les points de vigilance concernent :

  • le travail de partenariat, nécessaire au bon déroulement du projet ;
  • l’évaluation de l’action : nous faisons des bilans réguliers et mesurons ainsi la pertinence du projet en perpétuelle évolution ;
  • le travail d’écoute : le fait que chacun puisse s’exprimer librement est primordial. Les personnes ont la possibilité de participer à tous les ateliers.

Photo : Wikimedia Commons / Mouh2jijel

Retour en haut de page