J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

L’OFPRA publie son rapport annuel

L'OFPRA publie son rapport annuel

L’Office français de protection des réfugiés et apatrides publie son analyse annuelle des demandes d’asile enregistrées. Sans surprise, leur nombre a augmenté en 2015, avec une hausse de 23,6% en France. Comparé à nos voisins européens, l’Hexagone enregistre cependant moins de demandes. Des constats enrichis cette année de missions en région et en outre-mer.

Au niveau européen, en 2015, le plus grand nombre de primo-demandeurs a été enregistré dans les pays suivants :

  • Allemagne (441 800 demandes),
  • Hongrie (174 400),
  • Suède (156 100 demandes),
  • Autriche (85 0000),
  • Italie (83 200).

L’augmentation des demandes, en France, est liée à plusieurs phénomènes : le contexte de crise de l’asile en Europe depuis mi-2015, la forte demande venant de Calais (près de 2 500 demandes enregistrées), la mise à l’abri depuis les campements parisiens (plus de 5 000 personnes).

Sur le territoire national, les principales nationalités (sur les 132 pays de provenance) des primo-demandeurs en 2015 sont les suivantes :

  • soudanaise (5 091 demandes),
  • syrienne (3 403 demandes),
  • kosovare (3 139 demandes),
  • bangladaise ( 3 071 demandes),
  • haïtienne (3 049 demandes)...

Le taux d’accord de l’OFPRA est de 16,9 % pour l’ensemble des demandes, le taux global (OFPRA+CNDA) monte à 34%. Le taux d’accord le plus important concerne les Irakiens (97.9%) et les Syriens (96.9%).

L’octroi de la protection subsidiaire est en augmentation, passant de 1 940 en 2014 à 2 822 en 2015. Les principales nationalités admises à la protection subsidiaire en 2014 sont :

  • les Maliens,
  • les Afghans,
  • les Syriens,
  • les Sri-Lankais,
  • les Albanais,
  • les Kosovars.

La demande de réexamen (5 607 demandes), est en baisse par rapport à 2014 (5 498 demandes). les principales nationalités concernées sont

  • bangladaise (716 demandes),
  • russe (650 demandes).
  • La part des procédures prioritaires dans la demande globale observe une légère baisse : 28,4% contre 33,4% en 2014. Les premières nationalités concernées par la procédure prioritaire sont les suivantes :
  • éthiopienne,
  • érythréenne,
  • soudanaise,
  • albanaise,
  • arménienne,
  • kosovare,
  • géorgienne.

Peu d’évolution par rapport à la répartition des demandeurs d’asile sur le territoire en comparaison avec les années précédentes. La région Ile-de-France reste la principale région d’accueil (41% des premières demandes) suivi de l’ancienne région Rhône-Alpes (8%) et des départements d’Outre- Mer (7%).

Présence en région et outre-mer

Depuis 2013, l’OFPRA organise régulièrement des missions dans les différentes régions de métropole et d’outre-mer. Une mission s’est ainsi déroulée à Bordeaux début juin 2015 : 8 officiers de protection ont auditionné 156 personnes sahraouies. Des contacts privilégiés ont pu être noués avec la plateforme qui hébergeait ces demandeurs d’asile. Ce fut également l’occasion d’échanger un projet artistique avec un metteur en scène portant sur le parcours d’exil. Dans le numéro de février 2016 d’Actes, le magazine de l’UNCCAS, le cas des Sahraouis avait été abordé par Alexandra Siarri, vice présidente de l’UNCCAS, adjointe au maire de Bordeaux en charge de la cohésion sociale et territoriale et administratrice du CCAS.

En mai, une mission d’instruction s’est tenue à Grenoble. 8 officiers de protection y ont pris part et ont entendu 162 demandeurs d’asile en provenance d’Albanie et du Kosovo.

Puis c’est à Metz que la troisième mission en région s’est déroulée entre le 28 septembre et le 2 octobre : 7 officiers de protection y ont entendu 141 demandeurs d’asile en provenance de 11 pays différents.

L’année 2015 a été marquée par une forte augmentation des demandes d’asile dans les départements français d’Amérique (DFA) : 8 officiers de protection ont notamment participé à une mission d’instruction à Cayenne du 16 au 27 novembre 2015. Durant quinze jours, ils ont auditionné des Haïtiens, lesquels représentent la majeure partie des demandeurs d’asile en Guyane. Parallèlement, 4 officiers de protection ont rejoint aux mêmes dates l’antenne de Basse-Terre, en Guadeloupe, afin de renforcer ponctuellement les équipes en place dans les locaux de l’Office, spécialement réaménagés pour l’occasion. Ce sont environ 800 demandeurs d’asile haïtiens qui ont été entendus lors de ces deux missions conjointes.

Pour aller plus loin :

Consulter le rapport annuel

Retour en haut de page