J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Expérimentation d’un programme d’engagement étudiant intergénérationnel

Expérimentation d'un programme d'engagement étudiant (...)

Il s’agit d’un programme de bénévolat étudiant avec une reconnaissance universitaire via des modules de sensibilisation et des actions auprès des aînés.

Contexte

Dans le cadre de la démarche « ville amie des aînés », la Ville d’Angers encourage les actions en faveur de l’engagement bénévole et du lien social et confirme sa volonté de soutenir l’avancée en âge et le bien-vivre ensemble. Le CCAS est mobilisé, avec les services de la Ville, pour mettre en œuvre ce programme et contribuer à développer un environnement favorable au vieillissement de la population et au lien social entre les générations.L’APIL (association pour l’innovation et la longévité) est une association loi 1901, réunissant des experts du vieillissement aux profils multidisciplinaires, qui partagent l’objectif commun d’impulser, d’accompagner et de diffuser l’innovation dans une perspective éthique, sociale et économique pour mieux répondre aux défis du vieillissement démographique et de la cohésion entre les générations. Elle a pour objectif de favoriser l’engagement intergénérationnel, notamment par la mise en place en milieu universitaire, de programmes d’engagement bénévole intergénérationnel bénéficiant d’une valorisation universitaire, dans une approche partenariale de proximité avec les acteurs locaux (collectivités locales, universités, associations, etc.) et les institutions (ministères, administrations). L’APIL souhaite expérimenter ce programme sur un territoire pour en démontrer la pertinence et la viabilité du modèle, puis établir une méthodologie de déploiement sur d’autres territoires, et valoriser l’expérience à l’échelle nationale. L’APIL propose d’initier ce programme avec la Ville d’Angers, autour d’une conception partagée de l’engagement intergénérationnel.
Ce dispositif expérimental est inspiré du « community service » mis en place dans les universités de Washington (États-Unis), Seattle (État de Washington, États-Unis) et Tel Aviv (Israël). Il s’agit d’une expérience de bénévolat permettant de faire le lien entre enseignements universitaires et la réalité de terrain. La Ville d’Angers est riche de ses actions en termes d’accompagnement du bénévolat (réseau de 500 bénévoles angevins engagés auprès du service animation et vie sociale du CCAS) et des actions intergénérationnelles qu’elle soutient (particulièrement la démarche Mix’âges engagée depuis plus de 10 ans : donner une vision positive de l’âge, favoriser le « vivre ensemble » et la solidarité ; donner une place aux aînés dans la ville). C’est donc tout naturellement que la Ville d’Angers, à travers son CCAS, a été retenue comme pilote de l’expérimentation du dispositif d’engagement intergénérationnel étudiant, pour la première fois en France.
Le projet a pour objectifs de :- soutenir l’engagement citoyen des étudiants, les parcours professionnels et les engagements personnels auprès des seniors,- favoriser et accompagner la connaissance des services gérontologiques et du public aîné par les formations universitaires,- expérimenter une approche spécifique d’enseignement universitaire libre et d’engagement citoyen transposable sur un autre territoire,
- permettre à des étudiants qui s’engagent sur la thématique intergénérationnelle d’obtenir une reconnaissance universitaire dans leur cursus.

Description

Il s’agit de proposer aux étudiants, via des modules de sensibilisation et des actions auprès d’aînés, de s’engager en faveur de la création de liens intergénérationnels. Ce programme est une première en France. Il a d’ailleurs dû nécessiter la création d’une unité d’enseignement libre (UEL) spécifique afin de le porter.
Cette UEL se décompose en 2 temps :
- 16 heures d’enseignements théoriques qui présentent le secteur d’intervention, les enjeux, le contexte. Des agents du CCAS sont intervenus notamment autour de la présentation de l’organisation territoriale de l’action sociale et de la gestion du vieillissement en particulier. La présentation des établissements accueillant des personnes âgées, la présentation des actions proposées aux étudiants : contextes, attentes, enjeux, postures.
- 10 heures d’engagement sur le terrain où l’étudiant participe à des actions portées par le CCAS dans les EHPAA, EHPAD ou au service animation et vie sociale (SAVS). Les étudiants ont participé à diverses activités comme par exemple : accueils de jours (EHPAA / EHPAD), ateliers mémoire (EHPAA), atelier bricolage (SAVS), ateliers stage (SAVS), préparation à la retraite (SAVS), ateliers bien-être des aidants (SAVS), emplettes de Noël (SAVS), préparation de la fête de fin d’année (SAVS) ...
Modalités :Cette expérimentation est menée en collaboration avec les universités d’État et Catholique et les associations. Elle mobilise également des seniors, notamment par le biais du tutorat solidaire pour accompagner les étudiants dans la réalisation de projets.
Formalisation de l’unité d’enseignement libre avec l’université d’Angers :- 16h d’enseignement théorique (8 séances de 2h) + 10 h minimum d’accompagnement, les étudiants pouvant aller au-delà,- rédaction d’un rapport de 5 à 10 pages,- programme pédagogique (dispensé par des professeurs et des intervenants professionnels) avec évaluation et action sur le terrain.

Moyens

Moyens humains :- 1 pilote opérationnel chargé de planifier l’intervention des étudiants dans les structures ainsi que l’objet des interventions à l’université,- 1 interlocuteur privilégié avec les partenaires et les services internes, - mobilisation d’agents CCAS pour présenter les services et les actions gérontologiques dans les formations universitaires,- des tuteurs dans les structures d’accueil.
Moyens financiers : 5 000 euros (propriété intellectuelle du dispositif, soutien méthodologique et communication sur l’expérimentation par l’association APIL)

Bilan

Une première phase expérimentale a été menée avec l’université d’Etat d’octobre 2013 à janvier 2014. La faculté de lettres, langues et sciences humaines a instauré une unité d’enseignement libre intitulée « accompagnement du vieillissement ». Elle vise à acquérir la connaissance des publics, des problématiques, des acteurs et des politiques publiques autour de la question du vieillissement. Au 31 janvier 2014, une vingtaine d’étudiants a été au sein d’une structure du CCAS. Un seconde évaluation sera menée à la fin de l’année 2014.
L’évaluation de la première phase d’expérimentation, a mis en avant les éléments suivants :- les professionnels/agents sont fiers de partager leurs pratiques, faire découvrir leur secteur d’intervention aux étudiants,- la participation des étudiants aux activités a été appréciée par les usagers,- les agents du CCAS ont répondu favorablement au programme et se sont mobilisés : 7 cadres du CCAS (responsables des pôles, responsables des services) ont été impliqués ainsi que l’ensemble des agents des structures accueillantes,- une complémentarité a été créée entre les enseignements magistraux de la première partie du semestre et les activités découvertes par les étudiants,- au-delà des enseignements, ce programme est une occasion de travailler conjointement entre associations, collectivités territoriales et établissements d’enseignement universitaire autour d’un même projet et des mêmes objectifs.
Ce dispositif n’en reste pas moins naissant et à solidifier notamment concernant les points ci-dessous :- structurer le portage opérationnel du dispositif,- faire correspondre le temps universitaire de l’étudiant et les disponibilités d’un engagement bénévole simultanément ,- maîtriser les moyens humains nécessaires,- travailler sur la présentation/communication de l’unité d’enseignement libre avec l’université,- soutenir et favoriser les initiatives d’engagement bénévole des étudiants issues du projet.
Les perspectives qui s’ouvrent à ce projet sont de trois ordres :- le CCAS continuera à s’investir seulement si l’intérêt du programme est reconnu,- nécessité de s’adosser à un intérêt avéré chez les étudiants : sélection des étudiants par un entretien,- financement de l’université pour que le CCAS assure les enseignements.

Estimation CCAS

Cette action contribue à la lutte contre l’isolement, au vivre ensemble, à la mixité sociale et à la transmission des savoirs. De plus, pour la première fois, l’engagement bénévole de l’étudiant, l’engagement citoyen est valorisé dans le cursus universitaire.

Photo : Wikimedia Commons

Retour en haut de page
}