J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Education pour la santé des aides à domicile (EPSADOM)

Education pour la santé des aides à domicile (EPSADOM)

L’action propose des ateliers d’éducation à la santé (stress, activité physique) associés à des soins thermaux pour les aides à domicile du CIAS du Grand Dax constituant un changement de paradigme par son approche innovante de l’usure au travail.

Contexte

Depuis 2009, le service d’aide et d’accompagnement à domicile du CIAS du Grand Dax, fait face à un absentéisme croissant des aides à domicile. Cet absentéisme est le reflet d’un souci de bien-être au travail. Par ailleurs, il est source de difficultés de gestion qui nuisent au bon fonctionnement du service : 

  • Impacts sur l’organisation et le fonctionnement du service : 
  • Instabilité de gestion des ressources humaines : recrutements multiples, dans l’urgence ;
  • Difficulté de planification des prestations : modifications permanentes des plannings sans délai, situation de stress pour les responsables de secteur ;
    • Contrainte supplémentaire pour les aides à domicile dans l’organisation de leur travail : remplacement « au pied levé », amplitude de travail importante, report de la charge de travail, fatigue ;
    • Mécontentement des bénéficiaires : turn-over d’agents, décalage de plages horaires par manque de disponibilité, baisse dans la qualité du service.
  • Impact financier : L’obligation de continuité des prestations impose le remplacement systématique des aides à domicile absentes.
    Cet absentéisme questionne quant à la santé des agents. Une étude interne sur l’absentéisme menée de 2009 à 2012 a permis d’identifier :
  • La nature des arrêts : dus principalement à des troubles musculo-squelettiques et des états dépressifs. (usure physique et psychologique) ;
  • Le profil des agents arrêtés (toutes les tranches d’âge sont touchées), 
    Les actions de prévention déjà mises en œuvre (formations spécifiques, sécurisation des contrats, soutien à l’exercice du métier, etc.) n’ont pas permis d’enrayer durablement ces phénomènes. L’amélioration de l’état de santé des agents au travail doit être une priorité pour favoriser durablement leur maintien dans l’emploi. 
    Dans le cadre du Fonds de Restructuration des services d’aide à domicile, signé en 2014 avec l’ARS et le conseil général des Landes, le CIAS s’est engagé dans la mise en œuvre d’un plan d’actions pluriannuel (3 ans) visant une amélioration durable de sa situation organisationnelle et budgétaire. Le financement total alloué par l’ARS atteint 130 000 euros. Ce plan s’articule autour de 3 axes stratégiques et comprend 8 mesures. 
  • Axe 1 : maintien durable dans l’emploi des aides à domicile (4 mesures) dont la création des ateliers d’éducation à la santé
  • Axe 2 : modernisation et optimisation du service (3 mesures)
  • Axe 3 : renforcement des partenariats avec les autres acteurs (1 mesure)
    Un des axes prioritaires vise l’amélioration de l’état de santé au travail des agents et leur maintien durable dans l’emploi et comprend 3 mesures que l’on pourrait qualifier de classique sans pour autant dénigrer leur importance :
    • Constitution d’un « groupe ressource » en interne formé à l’analyse globale des risques professionnels et l’accompagnement des agents ;
    • Hausse de niveau de formation de toutes les aides à domicile aux risques professionnels ;
    • Fourniture de « petits matériels » d’aide aux prestations (ex : raclettes à vitre télescopique, couvertures de glissement, tablettes de transfert, etc.).
      La dernière, plus novatrice est peut être une première approche de gestion des risques professionnels : il s’agit de la réalisation d’une étude de faisabilité visant la création d’ateliers d’éducation à la santé associés à des soins thermaux pour les aides à domicile. Outre des ateliers d’éducation à la santé, le projet vise à mettre en œuvre des soins thermaux préventifs. Les bénéfices de ces derniers sont nombreux : diminution de la douleur, amélioration de la mobilité, diminution de l’anxiété. Une solution présente localement qui peut apaiser potentiellement les difficultés du métier de l’aide à domicile qui exige des efforts physiques (manutentions manuelles, contraintes posturales et articulaires, etc.) et une pression psychologique (situations souvent compliquées).
      La présence du savoir-faire thermal sur notre territoire au service d’une profession constitue une chance et un atout indéniable pour mener à bien ce projet. Ainsi, le CIAS s’est associé à AQUI O Thermes, cluster thermal aquitain, fort de son expérience dans la mise en place d’ateliers d’éducation thérapeutique du patient. Une expérience et un savoir-faire que les membres du cluster mettent aujourd’hui au service des aides à domicile. Pour le CIAS, AQUI O Thermes est donc un partenaire privilégié permettant de s’appuyer sur son expertise grâce aux synergies existantes : connaissances des soins thermaux et de leurs bienfaits, la collaboration fréquente avec les établissements thermaux, son travail en réseau.
      La réponse apportée à la problématique d’usure professionnelle ne doit donc pas reposer uniquement sur des mesures préventives mais sur une association de mesures préventives ET de promotion de la santé. Il ne s’agit pas de se focaliser uniquement sur le risque mais plutôt de tendre vers la recherche du bien-être des agents.

Description

Comment, en tant qu’employeur, le CIAS peut agir pour participer à la prévention et au ralentissement de l’usure professionnelle qui touche les aides à domicile afin de leur garantir un maintien durable dans l’emploi et indirectement maintenir le niveau de qualité de service ?Cette action de prévention est une réponse apportée. Elle vise à accompagner l’autonomie des aides à domicile dans leur démarche de prévention santé et de bien-être autant dans leur vie personnelle que professionnelle.La finalité d’une telle démarche est de promouvoir des comportements favorables, dans une dynamique d’ « empowerment ». Il s’agit de faire prendre conscience aux aides à domicile de leur santé et de développer des ressources pour leur permettre de faire des choix éclairés permettant d’ envisager à long terme un possible remaniement des attitudes et des comportements face à leur santé et leur bien-être, de les rendre actrice de leur mieux-être.

Objectifs généraux :

  •  Prévenir l’usure professionnelle prématurée des aides à domicile du CIAS du Grand Dax (troubles musculo squelettiques, santé mentale, etc.) en assurant le maintien durable dans l’emploi de ces dernières ;
  • Accompagner les aides à domicile à réfléchir sur leur santé et à développer des comportements favorables pour promouvoir leur santé et leur bien-être autant dans leur vie professionnelle que personnelle.

Objectifs opérationnels : Assurer la mise en œuvre d’ateliers d’éducation à la santé auprès d’aides à domicile visant à : 

  • Informer sur l’importance de l’activité physique sur la santé ;
  • Développer l’attention portée à son corps et son esprit en apprenant des techniques de relaxation et en s’accordant du temps pour se détendre ;
  • Renforcer les liens entre les aides à domicile grâce à des temps collectifs ;- Etayer le sentiment de compétences des aides à domicile ;
  • Accompagner à l’autonomie des aides à domicile dans leur démarche de prévention santé.

Une première étape résulte en une étude de faisabilité réalisée au cours de l’année 2015, pour une cinquantaine d’agents permettant d’expérimenter des ateliers d’éducation à la santé en lien avec l’usure professionnelle physique et psychologique du métier sur différentes thématiques (réhabilitation à l’effort, gestion du stress, soins thermaux,…), inclus dans le temps de travail. 
Une démarche classique d’expérimentation a été choisie. Un échantillon a donc été tiré au sort parmi les aides à domicile volontaires inscrites au projet. Un groupe intervention participe aux ateliers tandis qu’un groupe témoin n’y participe pas. 
La conduite opérationnelle via l’expérimentation sur une cinquantaine d’agents se déroule en trois étapes : 

  • Etape n° 1 - diagnostic : enquête (questionnaires et entretiens) auprès des aides à domicile afin de réaliser un état des lieux sur leur état de santé, de bien-être, leurs attentes et leurs besoins.
  • Etape n° 2 : mise en place des ateliers d’éducation à la santé et des soins thermaux, à compter de Juillet 2015 sur les thématiques qui ont préalablement émergées lors du diagnostic. Les agents bénéficieront pour 2015, année de l’étude de faisabilité, d’un total de 6h (3x2h) d’ateliers durant l’année, prévus sur le temps de travail (financement ARS) sur : 
    • Ateliers activité physique : Activités physiques adaptés aux capacités physiques des personnes permettant de pratiquer ou de redécouvrir une activité physique douce à modérée (marche nordique, aqua bike, gym d’entretien, etc.), encadrés par un animateur sportif. Il s’agit également d’impulser une dynamique de groupe afin de favoriser la mise en place d’activités physiques en dehors du temps de travail. 
    • Atelier gestion du stress : travail sur le lâcher prise, apprentissage de techniques de relaxation, de respiration. 
    • Soins thermaux : Il s’agit d’apporter un réconfort à la fois physique et moral. Les soins thermaux seront individuels (massages, baignoires) et seront réalisés par des professionnels des établissements thermaux de Dax. 

Les ateliers permettent de travailler sur les représentations de la santé des aides à domicile et s’appuient :
Sur des concepts de santé globale et positive mettant en valeur les ressources sociales et individuelles chez les aides à domicile. Une démarche participative est donc privilégiée.- Sur des supports et des méthodes permettant l’interactivité du groupe (outils pédagogiques, techniques d’animations, etc.). 
De manière transversale, tous les ateliers ont vocation à travailler les notions du collectif, le sentiment d’appartenance et permettent de maintenir une cohésion de groupe pour des aides à domicile qui travaillent de manière isolée.
Afin que les agents poursuivent la démarche engagée, il est souhaité l’utilisation des nouvelles technologies (internet ou application sur le smartphone professionnel des agents) avec un service de « coaching santé virtuel » via des questionnaires, ateliers, vidéos, etc.
En parallèle les aides à domicile bénéficient une fois tous les deux mois de groupes de parole réalisés par une psychologue du Centre de Gestion permettant de gérer les situations difficiles, de rompre l’isolement, et de partager des savoirs.

  • Etape n° 3 : évaluation (questionnaires et entretiens) de l’étude de faisabilité portant sur le processus : satisfaction des aides à domicile et des partenaires, respect du calendrier, mobilisation des ressources humaines, financières et matérielles, participation des agents et des partenaires. Une évaluation sommative sera également menée permettant d’apporter une appréciation globale sur les effets de l’action (niveau de stress, bien-être, santé des agents, etc.).
  • Etape n°4 : préparation de la généralisation de la démarche aux 150 aides à domicile du service, pour l’année 2016, si les bienfaits préventifs des ateliers couplés aux soins thermaux sont démontrés sur la santé et sur le mieux-être des agents.

Moyens

Moyens humains :

  • 1 chargée de mission (1 ETP), chargée de la coordination du projet, mobilisation du réseau d’acteurs, animation des groupes de travail, mise en place opérationnelle, déploiement et évaluation du projet ;
  • 4 responsables (2 au CIAS et 2 chez AQUI O soit 4x 0.1 ETP) pour la préparation des choix pour la mise en place opérationnelle du projet ;
  • intervenants (coachs sportifs, sophrologue...) pour l’animation des ateliers ou réalisation des soins.

Moyens matériels : 

  • Matériel de bureau et de télécommunication
  • salle et équipements divers, mis à disposition par le Grand Dax.
  • Matériel pédagogique, mis à disposition par AQUI O Thermes :
    Coûts : 71 350 euros, portant essentiellement sur la rémunération du personnel et des intervenants.

Bilan

Les effets attendus du projet sont : Pour le service : Le projet d’éducation à la santé couplé aux soins thermaux, par son approche globale et innovante, permet de prendre en compte la situation du salarié non plus uniquement sur son temps de travail effectif. Elle permet d’accompagner la personne dans son bien vivre professionnel et personnel. L’objectif est d’améliorer globalement la qualité et l’hygiène de vie des agents. Un agent bien dans son corps et sa tête, même si ce dispositif ne réglera pas tout, sera plus efficace, efficient dans ses missions. Le projet doit permettre une diminution significative de l’absentéisme et de son coût, couplés à une augmentation du bien-être ce qui induira un meilleur fonctionnement du service et donc une augmentation du service rendu à l’usager.

Pour le territoire et la filière thermale : Cette action permet de s’appuyer sur le savoir-faire du thermalisme et des acteurs concernés de ce secteur pour développer des synergies et un partenariat gagnant-gagnant entre secteur privé et secteur public. Pour la filière thermale, 10 curistes supplémentaires permettent de créer un emploi , ce qui n’est pas négligeable pour un territoire. Ce projet doit également permettre de créer des emplois et augmenter la compétitivité des établissements thermaux en offrant de nouvelles voies de diversification et de nouveaux marchés.

Plus largement, cette action est une opportunité d’ouvrir de nouveaux horizons à une filière traditionnelle, le thermalisme et de lui ouvrir de nouvelles perspectives économiques. Les sportifs sont remis en forme à Capbreton, pourquoi ne pas remettre en forme le monde du travail à Dax ?
L’évolution prévue concerne la généralisation de la démarche en 2016 à l’ensemble des aides à domicile du service si les bienfaits préventifs des ateliers couplés aux soins thermaux sont démontrés sur la santé et le mieux-être des agents.

Estimation CCAS

Le point de vigilance pour développer ce type d’action concerne l’anticipation de la programmation des ateliers afin de concilier les plannings des aides à domicile et les contraintes des intervenants.
La réussite de ce projet pourrait permettre son développement au-delà des frontières du Grand Dax, concerner l’ensemble des salariés. Dans ce cas, il est bien entendu qu’une adaptation devrait être réalisée afin de s’appliquer à tout secteur confondu et offrir une nouvelle brique à la chaîne de valeur de la filière thermale.

Le projet d’éducation pour la santé des aides à domicile constitue un changement de paradigme par son approche innovante de l’usure physique et psychologique au travail des aides à domicile marquant une rupture avec l’existant, dans une dynamique de mieux-être au travail des agents.Il est porté par un ensemble d’acteurs qui coopèrent pour mener à bien ce projet prometteur dont sa mise en œuvre est effective.

Photo : Wikimedia Commons / Ghislain118

Retour en haut de page