J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Congrès 2016 de l’UNCCAS : Zoom sur le Forum 2, jeudi 29 septembre, de 9h30 à 11h00

Investir dans le social : tout le monde y gagne !

Congrès 2016 de l'UNCCAS : Zoom sur le Forum 2, jeudi 29 septembre, de (...)

Zoom sur le Forum 2 du Congrès 2016 de l’UNCCAS, les 29 et 30 septembre à Clermont-Ferrand, animé par Philippe Pottiée-Sperry, journaliste.

Difficile de promouvoir la notion d’investissement social en période de difficultés budgétaires... Et si la solution était pourtant là : dépasser la seule approche par les coûts pour mieux promouvoir les politiques sociales préventives, finalement seules réponses durables et efficientes face à la progression des besoins et au manque de moyen ?

Prenons l’exemple de la Petite Enfance - qui n’est pas le seul domaine traversé par ces questions, mais s’avère particulièrement éclairant - et commençons par quelques chiffres issus de l’enquête publiée par l’UNCCAS en janvier 2014 :

  • 1 CCAS sur 10 est engagé de manière volontaire et facultative dans la petite enfance ;
  • Les CCAS/CIAS gèrent 1 000 établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE), soit plus de 9% des 11 000 EAJE recensés au plan national ;
  • 106 000 enfants ont été accueillis en 2011 au sein d’en EAJE géré par les CCAS/CIAS, soit environ 12 % des enfants accueillis au sein d’un EAJE au plan national ;
  • Les établissements d’accueil gérés par les CCAS/CIAS représentent 36 000 places ;
  • 14 700 agents sont employés dans les établissements d’accueil gérés par les CCAS/ CIAS ;
  • Un quart des CCAS/CIAS engagés dans la petite enfance mène aussi des actions de soutien à la parentalité ;
  • 6 CCAS sur 10 parmi ceux engagés dans la petite enfance gèrent un relais d’assistantes maternelles (soit environ 270 RAM) ;
  • Le budget de fonctionnement global des dispositifs gérés par les CCAS/CIAS (EAJE, RAM, autres) s’élève en 2011 à 450 millions d’euros.

A travers, ces chiffres, on constate certes que « la petite enfance coûte chère ». Mais elle rapporte aussi, socialement et économiquement. Comme le rappelait Daniel Lenoir, directeur général de la CNAF , dans le numéro de novembre 2015 d’Actes, la revue de l’UNCCAS : « l’accueil collectif est un facteur de mixité sociale, mais aussi un puissant levier de lutte contre les inégalités ».

Une phrase qui résonne avec les résultats de l’enquête de l’UNCCAS de janvier 2014 sur l’implication des CCAS/CIAS dans le champ de la petite enfance. Cette dernière démontrait que « les équipements petite enfance sont une source d’investissement social » : la mixité et l’égalité des chances sont deux principes clés au sein des établissements gérés par les CCAS. Au-delà, l’accompagnement à la parentalité est lui aussi très important, dans une logique globale de service à la population.

Les familles de toutes catégories sociales s’adressent de plus en plus souvent à la commune pour obtenir une place en structure collective ou des informations sur les assistantes maternelles. L’émergence de nouveaux besoins issus de nouveaux modes de vie (éloignement domicile-travail ; milieu rural ou périurbain), de nouvelles formes familiales (monoparentalité, garde alternée), du temps de travail (temps partiel, période de chômage, ...) obligent les acteurs locaux à s’adapter, en s’affranchissant d’une offre trop standardisée.

Economiquement, Christiane Pallez, vice-présidente du CCAS de Metz et administratrice à l’UNCCAS, indique qu’ « un territoire où le taux d’activité des femmes est élevé s’enrichit, d’où la nécessité de permettre aux femmes de pouvoir travailler. (...) Un jeune couple évalue les possibilités d’accueil des enfants qui s’offre à lui, c’est un critère important pour s’installer ».

De même Laurent Ortalda, responsable du pôle Petite enfance à la CNAF rappelait récemment lors d’une réunion d’une union départementale des CCAS qu’une politique Petite Enfance crée des emplois indirects sur un territoire, dynamisant ainsi l’économie locale.

Ce forum sera l’occasion d’illustrer les bienfaits économiques de l’investissement social dans ce domaine comme dans les autres champs traversés par l’action des CCAS et CIAS : insertion sociale et professionnelle, accès aux droits, vie des personnes âgées et handicapées...

Intervenants

  • Alexandra Siarri, vice-présidente de l’UNCCAS, adjointe au maire de Bordeaux (33) ;
  • Anne Vermeil, directrice du CCAS d’Aurillac (15) ;
  • Cyprien Avenel, adjoint au chef de la Mission Analyse Stratégique, Synthèses et Prospective (DGCS) ;
  • Marcela Scaron, secrétaire générale de la Fondation MACIF ;
  • Audrey Mazars, élève administratrice de l’Institut National des Etudes Territoriales (INET).

Pour aller plus loin

Photo : Philippe Pottiée-Sperry

Retour en haut de page