UNCCAS. Agir pour tout le monde, en particulier


Banque d'expériences de l'action sociale locale

La Banque d'expériences de l'action sociale locale a été conçue pour permettre la mutualisation des bonnes pratiques initiées par les centres communaux d'action sociale. Elle vise également à faire connaître le savoir-faire des CCAS et CIAS et la diversité de leurs actions locales.

Service de lien social en faveur des seniors isolés


Dernière mise à jour de cette fiche : 19/08/2009
Date de début de l'action : 01/12/2004

Contexte
La canicule de 2003 a stigmatisé l'isolement de certaines personnes âgées. Pour y faire face, des dispositifs, comme la veille sociale, ont été institués. Mais le repérage des personnes à risque est toujours difficile.

En créant le service de lien social, le CCAS de Nice s'emploie, par la proposition d'une prestation ludique et conviviale, sans connotation d'assistance, facile d'accès, sans engagement dans la durée, à orienter ses actions vers un nouveau public dont l'attente essentielle est justement d'alléger sa solitude.

L'accès à la mise en oeuvre d'actions plus pérennes et à la construction ou reconstruction d'un réseau relationnel s'établit aisément au travers de ce lien de confiance et de sympathie. Il va permettre à la personne prise en charge d'être désormais connue et identifiée.

Le projet et la création de ce service ont été réalisés par le service de coordination du soutien à domicile du CCAS de la Ville de Nice.
Description
Le service de lien social s'adresse aux personnes âgées isolées et/ou en perte d'autonomie de la commune de Nice et permet ainsi de pallier le risque de confinement domiciliaire.
Ces personnes sont repérées par le CLIC et par le service social seniors dans le cadre de la veille sociale.

Le service de lien social a pour objectif global de lutter contre la solitude, le confinement et la perte d'autonomie. Il s'adresse donc principalement aux personnes retraitées exposées à un de ces risques, et limité à ces critères d'admission.

Les agents du lien social sont rattachés à la responsable du service d'accompagnement à domicile composé de trois pôles : aide à domicile, auxiliaire de vie, lien social.

Ce service qui reçoit les demandes d'intervention des agents du lien social, les planifie. Ces derniers utilisent les services existants du CCAS pour mener à bien leur mission (Service du transport des personnes à mobilité réduite, foyers restaurants, Centre locaI d'information et de coordination) et travaillent en étroit partenariat avec le service animation seniors et ses dix clubs de proximité. Les activités offertes par ce service constituent en effet un excellent moyen d'objectifs et de stimulation pour des usagers fragiles et isolés.

Missions de chaque intervenant :
1) L'agent de lien social : 
- accompagne physiquement la personne âgée insécurisée ou à la mobilité réduite pour ses loisirs, sorties, démarches, consultations,
- conduit des actions d'animation à domicile.
L'objectif est de créer ou recréer autour d'elle un réseau relationnel et occupationnel, afin de pouvoir, à moyen terme, se retirer. L'intervention de l'agent de lien social est déclenchée par une fiche de demande d'intervention émanant :
- du service social seniors, du CLIC, d'un responsable de service de soutien à domicile du CCAS, du psychologue du service,
- du service social de la CRAM, du service social du CHU,
du service social de psychogériatrie (CHS Ste Marie) adressée ou faxée au responsable du service d'accompagnement à domicile. L'intervention est soit gratuite (postulants non imposables), soit payante.
Coût : 4 euros par vacation de 1 à 4 heures suivant le motif de l'intervention.

2) Le psychologue, accompagnant les personnes âgées fragilisées dans leur parcours de vie, a un rôle qui consiste à : 
- prendre en charge, à court terme, des situations de crise (veuvage, deuil, conflit familial),
- faciliter l'intervention de l'aide à domicile,
- permettre la mise en place d'un lien relationnel pérenne entre l'agent social et le bénéficiaire notamment pour des personnes en difficulté psychologique ou souffrant d'une altération psychique,
- aider à faire accepter l'intervention lorsqu'elle est nécessaire et que le service se heurte à des réticences du bénéficiaire,
- soutenir les agents qui assurent la prise en charge de situations particulièrement difficiles (dépendance, difficultés comportementales),
- proposer une orientation de la personne vers un autre service ou une structure lorsque la prestation n'est plus adaptée. Il est saisi par fiche de demande d'intervention des services sociaux précités ou d'un médecin, adressée au responsable du service d'accompagnement à domicile. Les interventions du psychologue sont gratuites pour les bénéficiaires.

3) L'ergothérapeute : l'environnement et le domicile de la personne âgée sont facteurs d'adaptation ou de perte d'autonomie. L'ergothérapeute, par son approche spécifique, va proposer au bénéficiaire des équipements et des outils pour lui permettre d'accomplir seul les actes quotidiens de la vie courante difficiles à réaliser.

Un des trois critères qui suivent (ou plusieurs d'entre eux) vont orienter le médecin ou le travailleur social vers ce type d'intervention, une fois écarté tout diagnostic nécessitant une prise en charge thérapeutique : 
- personne sujette à des chutes : difficulté apparente à utiliser ou à avoir accès à des équipements d'usage courant et de première nécessité (couverts, sanitaires, lit, table, téléphone, lumière, clés),
- difficulté à effectuer des transferts,
- présence d'une pathologie invalidante diminuant l'autonomie (séquelles d'accident vasculaire cérébral, d'hémiplégie, arthrose généralisée).

L'ergothérapeute va, dans un premier temps, réaliser un diagnostic et proposer des aides techniques adaptées au handicap, au choix du patient et à son cadre de vie. Ces aides prennent en compte la spécificité de chaque situation. Ces moyens de compensation peuvent soit être disponibles dans le commerce, soit être réalisées par l'ergothérapeute lui-même, en fonction des besoins repérés. Un devis est établi, indiquant d'une part le nombre d'heures de vacation de l'intervenant (diagnostic, réalisation et installation des aides techniques) et, d'autre part, le coût du matériel. Les vacations sont gratuites pour les bénéficiaires. Il reste à la charge du bénéficiaire, l'achat de l'appareillage ou des fournitures. Au besoin, des aides financières individuelles (prestation supplémentaire, CPAM, Fonds d'action sociale des caisses de retraite, CCAS) sont sollicitées par les travailleurs sociaux.

L'ergothérapeute est saisi par une fiche de demande d'intervention établie par les services sociaux précités, par un médecin, ou par le psychologue du service.

Les interventions de ce service se sont enrichies en 2008-2009 d’une nouvelle action d’une part, et de projets en cours de réalisation d’autre part :

Une nouvelle action de sociabilisation :
Il a été constaté que certains seniors étaient trop en difficulté pour intégrer de façon directe un club d’animation traditionnel. Aussi des sorties mensuelles et des ateliers récréatifs ont été organisés, avec leur participation active, pour leur permettre de se rencontrer entre eux et d’engager progressivement leur resocialisation. Un véhicule a été mis à disposition de cette action pour faciliter ces sorties.


La mise en place prochainement de visites d'amitié :
Le service de lien social intervient de façon transitoire, afin de recréer un environnement relationnel autour du bénéficiaire, avec sa participation active. Or, même à l’issue de l’intervention du service de Lien Social, il s’avère que certaines personnes, très isolées, trop âgées ou trop dépendantes, ne sont plus en mesure de sortir de chez elles, et de participer à un projet de socialisation, pour des raisons de santé. Elles expriment  néanmoins le besoin de recevoir des visites pour bénéficier d’un contact humain et rompre leur extrême solitude. Ainsi l’intervention de l‘équipe de bénévoles permettra de maintenir un lien social dans le cadre de « visites d’amitié »

Pour mettre en place ce dispositif, une convention est en cours de réalisation avec une association locale de loisirs pour organiser des activités intergénérationnelles entre les bénéficiaires du service et les enfants accueillis par l’association.

Moyens
Moyens humains :
4 agents de lien social salariés du CCAS (un par zone géographique),
1 psychologue à mi-temps, salarié du CCAS,
1 ergothérapeute vacataire libéral (vingt heures par mois).

Moyens financiers :
Budget : 126 000 euros,
Dépenses de personnel : 120 000 euros
Charges à caractère général : 6 000 euros.
Bilan
Intérêt pour les personnes âgées :
Ce service lutte contre le principal fléau du grand âge : l'isolement. C'est le "chaînon manquant" entre un réseau de services opérationnels de soutien à domicile et une personne âgée isolée, voire confinée, qui peut avoir du mal à engager ou simplement à exprimer une demande. Il valorise l'individu qui peut retrouver une vie et un rôle social. Par son intervention, l'ergothérapeute va remédier aux difficultés d'ordre physique. Il restaure également l'autonomie et la dignité, notamment en permettant aux personnes dépendantes d'assurer seules des actes intimes (toilettage, habillage). Cette démarche permet aux bénéficiaires de retrouver la confiance et une meilleure image d'eux-mêmes.

Intérêt pour les aidants ou soignants :
Ce service facilite considérablement leur tâche. L'intervention du psychologue est un soutien aux équipes en cas de difficulté avec un bénéficiaire. En tant qu'expert, il dispense des conseils pour faciliter et améliorer la prise en charge. L'agent de lien social, en luttant contre l'ennui, travaille à restaurer un meilleur moral, et à intégrer les intervenants dans le réseau relationnel. L'ergothérapeute améliore l'autonomie et allège la prise en charge.

Depuis la mise en place de ce service en janvier 2005, 523 seniors isolés ont pu bénéficier d'un accompagnement individualisé de réinsertion sociale.
Estimation CCAS
Les personnes prises en charge expriment leur satisfaction. On assiste déjà au résultat de la mise en relation des personnes qui avaient perdu le lien social avec un réseau amical, de voisinage, qui prend le relais du service.

Voici quelques exemples :
Madame S, aimait danser mais ne pratiquait plus ce loisir depuis longtemps. Veuve, elle n'osait pas se rendre seule à un bal et ne savait pas où aller. L'agent du lien social lui a proposé de l'emmener dans un club d'animation du CCAS. Madame S. a été ravie de retrouver l'ambiance conviviale du groupe, de pratiquer à nouveau sa passion et a fait la connaissance d'un monsieur qui habite dans son quartier. Maintenant, ils s'y rendent ensemble. Elle a retrouvé sa joie de vivre, et est redevenue coquette, ses tenues vestimentaires ont changé de couleur. Elle remercie l'agent de lien social de l'avoir aidée à reprendre goût à la vie.
Madame B, âgée de 75 ans, malvoyante, avait envie de retrouver une souplesse articulaire en pratiquant la gymnastique douce. L'agent l'a accompagnée à l'association AVH Valentin Haüy, spécialisée pour les personnes malvoyantes. Aujourd'hui, elle utilise notre service de transport pour les personnes à mobilité réduite et s'y rend seule.

Depuis la mise en place du pôle lien social quatre-vingt-dix-neuf personnes ont bénéficié de cinq cent soixante et une interventions. Les demandes sont en nombre croissant, et montrent que cette forme d'aide correspond à un réel besoin.





Action menée par
Le CCAS de NICE

06364 NICE
Tél : 04.93.13.51.00
Fax : 04.93.13.52.49
E-mail : Cliquez ici

Personne(s) ressource(s)
Eric Bernard, directeur général
Joëlle Bottero, responsable du service de coordination du soutien à domicile
T : 04 93 13 52 55 / F : 04 93 13 52 49 / E-mail : cliquer ici

Public(s) visé(s)
 · personnes âgées
 · personnes handicapées
 · personnes isolées


Partenaires
Partenaires opérationnels
Services internes du CCAS : service social seniors, le CLIC et son réseau partenarial d'associations d'aide à domicile et de loisirs pour les personnes âgées. Tous les services de soutien à domicile du CCAS, le Centre Hospitalier Universitaire, le centre hospitalier spécialisé de Sainte Marie, le centre médico-psychologique, les caisses de retraite : CRAM, Organic, AVA.

Partenaires financiers
Caisses de retraite : CRAM, ORGANIC, AVA, Fonds de Modernisation de l'Aide à Domicile (FMAD), Ville de Nice, CCAS.

Fiche réalisée avec le soutien de :

Accueil - Contact - Rechercher - Plan du site - Charte d'utilisation - English website - Deutsch web-seite