J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

« Attention Fragile » : action de prévention des troubles musculo-squelettiques dans les métiers de la petite enfance

« Attention Fragile » : action de prévention des troubles musculo-squelettiques

A Poitiers, on s’attaque aux troubles musculo squelettiques au sein du service petite enfance. Depuis octobre 2012, le CCAS y mène une campagne de prévention avec audit du service, formation des agents, aménagements ergonomiques, réalisation de supports de communication et d’un guide de bonnes pratiques.

Contexte

La direction du service petite enfance a été alertée par une augmentation de l’absentéisme lié aux troubles musculo squelettiques (TMS), de 2010 à 2012. Une approche qualitative du phénomène a conclu à la nécessité de prévenir les TMS sous peine de voir cette statistique se confirmer et devenir réellement problématique en termes d’organisation, de gestion des reconversions, de coût de l’absence et du remplacement, et de conséquences sociales pour les agents du service. 
Le service a ainsi obtenu un programme de financement du Fonds National de Prévention, pour une action de prévention des risques professionnels dans les métiers de la petite enfance et auprès de ses 250 agents et des futurs agents du service, sur la base de : 
- la réalisation d’un audit approfondi des situations et des causes présumées de TMS,
- la mise en œuvre d’actions de sensibilisation, de supports d’information, d’actions de formation,
- un engagement à investir (travaux, organisation, matériel) dans une logique commune de prévention et d’amélioration de la qualité de vie au travail. 
Par ailleurs, au même moment, le CCAS s’est doté d’un préventeur, intégré à un réseau de professionnels de la prévention des risques dans la collectivité de Poitiers, ainsi que d’un médecin de prévention assurant spécifiquement le suivi médical des agents du CCAS.
Une équipe projet élargie a été mise en place, rassemblant toutes les compétences internes nécessaires à la conception, au pilotage et à la mise en œuvre du dispositif (groupe composé d’agents « cibles » auxiliaires de puériculture, encadrant de crèche, d’experts des métiers de la petite enfance, d’éducateur de jeunes enfants, psychomotricien, d’experts des risques professionnels et de la communication).

Description

Le comité de pilotage du projet a créé des commissions afin de piloter les quatre grandes phases du projet : 

- la phase audit et préconisation,- la phase sensibilisation des agents et communication (sur le projet et sur les actions mises en place),
- la phase décisions et suivi d’investissements,
- la phase accompagnement et formation.

Chaque commission a travaillé avec les ressources qu’elle estimait nécessaires et dans le respect du budget, suivant un calendrier défini : 

Octobre 2012 > lancement de la démarche, réunion plénière de l’équipe de cadres et des partenaires,
Janvier-avril 2013 > sensibilisation des agents aux risques TMS et à la démarche, information sur les audits,
Avril-mai 2013 > audits sur sites (observations, interviews d’agents, analyse documentaire),
Juin 2013 > restitution des audits et préconisations, présentation aux agents d’actions pluriannuelles, 
Sept 2013-fin 2015 > mise en œuvre du dispositif.

Le dispositif s’est construit suivant quatre axes : 

1/ Organisation du travail 
Le service a pris l’engagement de formaliser ses procédures d’achats dans une logique de prévention des TMS (en associant toutes les parties prenantes aux décisions d’achat et en testant les matériels avant commande), d’identifier et d’optimiser les processus de travail (création d’un guide des bonnes pratiques, issu d’observations et de conseils d’une stagiaire en ergonomie) et de mieux partager l’information sur les modalités de remplacement en cas d’absence. 

2/ Accompagnement des équipes
Le service met en place (septembre 2014) des référents TMS, recrutés et spécifiquement formés à la détection des risques et à l’accompagnement des agents. Ils interviennent conjointement au médecin de prévention et aux infirmiers qui mènent leur mission de suivi et de préconisation médicaux. Par ailleurs, un film d’accueil et d’intégration, destiné aux nouveaux arrivants dans le service (préalablement distribué à l’ensemble du personnel, juin 2014), valorise les métiers de la petite enfance, prévient des risques de TMS et présente le dispositif mis en œuvre. 

3/ Matériel – Equipements
Le service a fait l’achat de matériel d’entretien ergonomique (chariots de transport, balais ergonomiques…), révision concertée des espaces de change et des points d’eau en termes d’accessibilité, achat de petit matériel plus adapté aux usages préconisés (tabourets à roulettes, lit à fermeture d’une main, chaises hautes…).

4/ Bâtiments
Il a effectué des travaux de rénovation et de mise en accessibilité de 3 crèches (2013-14), programme de travaux portant sur les volets roulants, les films solaires, l’isolation phonique… Ces travaux s’inscrivent désormais dans le programme pluriannuel d’investissement du CCAS dans une logique globale d’amélioration de la qualité de vie au travail. 

Chaque année, les agents du service sont réunis en journée plénière pour assister à la présentation du dispositif dans sa mise en œuvre et pour échanger avec les pilotes des différents axes. 

Voir les affiches produite pour la campagne de communication interne.->http://www.unccas.org/banque/docs/prevention-tms.pdf]
Voir le guide méthodologique destiné aux agents.->http://www.unccas.org/banque/docs/bonnes-pratiques.pdf]

Moyens

Moyens humains : 
L’ensemble de l’équipe de direction a piloté la conception et la mise en œuvre du dispositif, avec le soutien des partenaires opérationnels.
Les responsables de crèche ont tenu un rôle important dans l’organisation des interventions sur site (audits, formations…) et dans la transmission d’information au personnel des structures. 

Budget : 
Le dispositif a été conçu et mis en place avec le budget de fonctionnement initial de 68 000 euros. 
Dans le cadre du dispositif, en 2013, les achats de matériel s’élèvent à 168 000 euros et l’investissement en travaux de rénovation et d’entretien du patrimoine s’élèvent à 58 000 euros, en plus de l’investissement dans la reconstruction de la crèche les Lutins (230 000 euros).

Bilan

De 2010 à 2013, le service petite enfance a constaté une baisse de 23 % du nombre de jours d’absence des agents pour maladie ou accident de travail. Ce nombre est passé de 2351 jours en 2010, à 1810 en 2013. La mise en place du dispositif a permis une réduction des chiffres de l’absentéisme (concernant les accidents de trajet, de service et maladie professionnelle) de 24 % de 2012 à 2013. L’absentéisme lié uniquement à la maladie professionnelle en nombre de jours calendaires a baissé de 28 %. 

Projets et réalisations liés à l’organisation :

Les études de poste (18 sur un an) réalisées par le préventeur sont très appréciées des agents qui se sentent valorisés dans leur travail. La restitution des études permet de travailler en commun avec la Direction de la petite enfance et les services techniques. Cela impulse les décisions d’aménagements de postes. Les agents se sentent reconnus, une dynamique est en place, les plus anciens conseillent les plus jeunes.

Accompagnement :
La mise en place d’une réunion plénière annuelle avec l’ensemble des agents des crèches permet de présenter un bilan des actions réalisées (travaux, matériel…). A cette occasion, chacun peut s’exprimer librement, ce qui est très apprécié des agents. Cette réunion sera également l’occasion, en 2014, de présenter les référents TMS recrutés et de détailler le contenu de leurs missions. Les agents se sentent impliqués par ce projet et par leur santé.

Matériel et bâtiments :
Chaque crèche est désormais équipée de chariots de ménage plus légers, de centrales de dilution évitant la manutention de produits d’entretien, et de balais ergonomiques. Un protocole commun d’entretien est en cours de création par un groupe de travail composé de responsables de crèches et d’agents concernés. Les crèches qui en ont fait la demande ont été équipées de chaises hautes pour donner le repas aux enfants. Les agents utilisateurs en sont très satisfaits. 

Actuellement, le service petite enfance accorde une vigilance particulière concernant le confort des agents lors de la surveillance de sieste. Des aménagements possibles de postes sont en cours : des essais pour la mise en place de chauffeuses pliables ergonomiques sont envisagés. De même, concernant la surveillance des enfants dans les sections : des essais d’utilisation de sièges ras du sol avec soutien lombaire sont en cours. 
Cette prise en compte de solutions tenant compte du confort est très appréciée par les agents.

Estimation CCAS

Le dispositif « Attention Fragile » est une démarche vertueuse et exemplaire, pouvant être déclinée pour d’autres services de la collectivité potentiellement confrontés aux risques de TMS (éducation, espaces verts…), voire dans des services d’autres collectivités. 

L’expérience a contribué à fédérer les agents autour de l’initiative (sensibilisation aux risques, prise de conscience des enjeux, acceptation de la méthode) et elle a permis aux agents de s’investir dans les phases du projet (participation active aux audits, contribution aux groupes projets, volontariat pour réaliser la vidéo). En retour, les résultats sont appropriés par les agents (le matériel est testé dans les crèches, les agents se forment, chacun peut transmettre son avis et ses commentaire au préventeur du service) et cette coopération autour d’une cause commune est un levier fort de réussite de la démarche, ainsi qu’un moyen de la faire connaître et de la valoriser largement, par un phénomène positif de bouche à oreille. 

La trame méthodologique (groupes de travail, audit et préconisations, accompagnement et formation) et les livrables (campagne d’information, suivi des réalisations, réseau de référents et support vidéo) sont aisément applicables, quelle que soit l’activité et quel que soit l’environnement. Les équipes projet sont à la disposition des structures qui souhaiteraient s’en inspirer pour créer leur propre dispositif de prévention des TMS. 

Enfin, le dispositif est jusqu’à présent efficace, dans la mesure où il a permis de faire baisser le taux d’absentéisme et d’identifier les pratiques à risques que les agents corrigent eux-mêmes, en s’appuyant sur les moyens mis à leur disposition (formation, matériel) et en agissant dans un esprit de grande solidarité et d’entraide. 

Photo : Wikimedia Commons / Mario Vercellotti

Retour en haut de page