J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Ateliers individuels de guidance parentalité

Ateliers individuels de guidance parentalité

L’idée est de soutenir le parent dans ses fonctions parentales pour qu’il dispose des outils nécessaires. Lorsqu’un parent dit « je n’y arrive pas » ou « j’en ai marre », il faut l’entendre. L’éducatrice va inviter à dire le ressenti, elle va, sans juger, permettre au parent de dépasser ce qu’il ressent comme une difficulté : susciter le langage de l’enfant, la motricité, donner des limites, etc. C’est un endroit où le parent va acquérir des compétences.

Contexte

Au départ, la guidance parentale individuelle était proposée uniquement à des familles dont les enfants étaient accueillis dans le cadre du dispositif nommé L’accueil social. Ce dernier émane d’une convention avec la CAF et le Département. Les places sont dédiées aux parents fragilisés et dont la situation pourrait se dégrader.

Par ailleurs, les professionnelles du service petite enfance constataient un besoin d’aller au-delà des échanges existants lors des accueils et départs des enfants avec certains parents. La mise en place d’un temps dédié avec des professionnels leur paraissait alors plus intéressante, au vu des résultats très positifs de la guidance parentale : la parole des parents semblait libérée (notamment grâce aux temps en individuel avec le professionnel), les retours des familles étaient très positifs, beaucoup de parents en souffrance ou bien préoccupés par leur enfant semblaient trouver des ressources grâce au soutien apporté, etc.

Ainsi ce temps a été étendu et proposé à toutes les familles dont les enfants sont inscrits en EAJE ou LAEP. Ils sont libres de s’en saisir ou non.

Description

Fiche d’identité

L’action est destinée aux parents et aux enfants qui fréquentent un Etablissement d’Accueil du Jeune Enfant (EAJE) ou Lieu d’Accueil Enfant Parent (LEAP) du CCAS.

Tranche d’âge : parents et leur enfant âgé de 0 à 4 ans

Format : ateliers en individuel.

Fréquence : chaque parcours est différent, il s’appuie sur la demande de la famille et se co-construit en collaboration avec l’éducatrice en fonction des besoins et de la volonté des parents. Au départ c’est hebdomadaire.

Quand : variable (prise de rendez-vous).

Lieu : les ateliers se déroulent dans les locaux de l’établissement (crèche, garderie, multi accueil). 3 établissements sont concernés : 2 multi accueils (45 places pour l’un, 20 places pour l’autre) et une halte-garderie de 20 places. Au sein des établissements, le lieu de la guidance peut varier en fonction de l’heure prévue pour l’atelier (présence des enfants). L’atelier doit avoir lieu à l’écart des usagers, dans une des pièces de vie des enfants (atelier, salle de motricité, salle de vie...) permettant le jeu et la circulation de l’enfant.

Phase expérimentation : septembre 2014

Développement : début 2016 (modélisation – essaimage au sein du service petite enfance).

La structure pilote

Nombre d’agents au CCAS : 100 agents.

Nombres d’agents dans le service impliqué dans l’action : 40 agents au sein du service petite enfance et 7 agents impliqués directement dans l’action.

Principaux objectifs

Les ateliers de guidance individuels sont un des outils du projet d’accompagnement à la parentalité du CCAS. Ils s’inscrivent en complémentarité des ateliers parents-enfants collectifs, des temps partagés au sein de l’établissement, des temps conviviaux, et des rendez-vous individuels.

Leur finalité : accompagner la relation parent-enfant lors des premières années de la vie de l’enfant, jalonnées par des étapes pouvant être sources de difficultés, de fatigue, de doutes pour le parent (cheminement vers l’acquisition de la propreté, phase d’opposition, difficultés de sommeil ou autour de l’alimentation, séparation…), et développer les compétences parentales.

Objectifs qualitatifs

 

  • Apporter un soutien, un accompagnement, un "coup de pouce" à tout parent qui le souhaite : Apporter des repères sur le développement du petit enfant, ses besoins.
  • Partager avec le(s) parent(s) des observations de l’enfant et décoder ensemble les besoins de celui-ci.

Créer un espace complémentaire aux rendez-vous collectifs (ateliers parent-enfant) :

  • Répondre individuellement, lors d’un temps privilégié, aux demandes d’échanges et/ou de conseils formulées par les parents lors des accueils et départs.
  • Proposer des rendez-vous définis avec les parentset pour les parents en fonction de leurs contraintes (horaires en soirée…).
  • Construire des parcours en appui sur la demande etle besoin du parent : nombre de rendez-vous, fréquence, durée, sont définis avec le parent (co-construction).

Accompagner la construction de réponses par le parent lui-même, valoriser ses compétences, ses ressources, ses savoirs :
Soutenir l’observation de l’enfant par le(s) parent(s)
S’appuyer sur la parole du parent

S’appuyer sur les situations dans l’espace proposé autour du jeu, de la motricité, du langage.

"L’accompagnement des familles qui fréquentent les établissements de la petite enfance du CCAS via des actions comme la Guidance parentalité, permet de répondre aux besoins psychosociaux. C’est pourquoi c’est inscrit dans notre projet social". Mélanie Descamps, coordinatrice Petite Enfance du CCAS.

Fonctionnement de l’action

La première rencontre

 
Chaque parent qui en fait la demande auprès de l’éducatrice se voit proposer un premier rendez-vous à l’issue duquel la famille pourra réitérer sa demande ou non. L’éducatrice, elle, peut proposer ce rendez-vous à une famille dont les observations de l’équipe conduisent à penser qu’un échange en individuel pourrait contribuer à résoudre une situation difficile et ponctuelle ou bien celles pour lesquelles des difficultés dans la relation parent-enfant ont été observées. Par exemple un parent démuni et qui dit sa difficulté à gérer les colères de son enfant ou encore un parent qui montre au moment des accueils et départs un souhait d’échanger plus longuement avec une personne de l’équipe au sujet de l’enfant.

Philosophie des ateliers

 
Toute problématique, difficulté et questionnement du/des parents sont abordés dans le non jugement (pédagogie, éducation, culture...) de la part de la professionnelle. L’éducatrice ne doit pas se positionner en tant que professionnelle qui détient un savoir que les familles doivent reproduire. Elle est là pour soutenir, rassurer, apporter des éléments de réflexion, des éléments de compréhension du développement de l’enfant, accompagner le parent dans sa réflexion, la construction de ses réponses personnelles.

Déroulé des rencontres guidance

 
L’éducatrice de jeunes enfants mène l‘atelier.

Le rendez-vous en atelier est proposé à l’heure de l’arrivée ou du départ de l’enfant, pour ne pas apporter de confusion et créer une séparation dans la journée, que l’enfant ne pourrait comprendre.

L’animatrice accompagne la famille dans la pièce prévue pour l’atelier et lui offre un rafraîchissement. Elle propose une activité pour l’enfant (manipulation de semoule, jeux symboliques...) et installe les parents à proximité.

Lors de la première séance, l’éducatrice accueille le parent et l’enfant. Elle rappelle le contexte qui a amené à se rencontrer à ce moment et dans ce lieu. Elle ouvre la discussion sur ce qui se passe à la maison, à la crèche, invite les parents à raconter, puis soutient leurs observations. Elle peut également s’appuyer sur les attitudes de l’enfant au cours de la discussion.

Lors des rendez-vous suivants, elle résume les échanges de la précédente rencontre. Elle demande aux parents s’ils ont des questions, des commentaires et où ils en sont dans leurs réflexions. Avec toutes ces informations elle élabore la rencontre du jour.

Durée

 
Entre 30mn et 1h, en fonction de l’enfant et de sa famille (questions des parents, fatigue de l’enfant...).

Fréquence

 
Hebdomadaire, dans un premiers temps (établissement d’un lien de confiance). Puis, en fonction des besoins, une fois tous les 15 jours ou une fois par mois.

En parallèle, les parents peuvent bénéficier d’accompagnements collectifs proposés par le service petite enfance (ateliers parents/enfants, tout au long de l’année, par exemple).

Ces ateliers de guidance individuelle viennent en complément des entretiens individuels, proposés par la directrice, par le parent ou l’éducatrice. Dans ce cas, la rencontre est plus formalisée (parents et enfants accueillis dans un bureau, pas de jeu de prévu…), tandis que la guidance parentalité correspond plutôt à du “faire ensemble” : soutien à la relation à partir d’actions-support (des jeux), aide du parent à décoder le comportement de l’enfant, etc.

Les outils de communication sur l’action

  • La “Gazette Trimestrielle” (revue du service Petite enfance, réalisée par les personnels des équipes du service petite enfance),
  • Les modalités de cette action sont inscrites dans les projets d’établissements,
  • Relais oral d’information par les éducatrices de jeunes enfants.

Les outils pour évaluer

Les bilans individuels sont faits par les éducateurs qui conduisent ces ateliers.

  • Au niveau quantitatif : évolution des prises de rendez-vous et présence, nombre de séances…
  • Au niveau qualitatif : évaluation de la progression de la relation parent-enfant : "est-ce que le parent se sent mieux ? valorisé ? gère-t-il mieux les situations à la maison ?" (parole des parents, observations de l’éducateur pendant les ateliers (par exemple : est-ce que le parent gère mieux les colères de l’enfant), etc.

Moyens

Moyens humains

3 éducatrices de jeunes enfants peuvent proposer ces ateliers

Moyens matériels

Utilisation des locaux de l’établissement d’accueil.

Bilan

La fréquentation

Au total, sur l’ensemble des établissements, 38 ateliers de guidance parentalité se sont déroulés en 2015. Tous types de parents sont bénéficiaires de ce dispositif, parent seul, en couple, avec ou sans handicap…

L’accompagnement des parents via cette action peut faire l’objet d’une ou plusieurs séances en fonction des besoins des parents. Certains ont seulement besoin d’être rassurés alors que d’autres familles ont été suivies toutes les semaines pendant plusieurs mois par exemple. Les professionnels constatent que les parents sollicitent cet accompagnement surtout lorsque leur enfant n’est plus nourrisson (plus de 12 mois).

Suite à l’essaimage de ce dispositif à tous les lieux d’accueil d’Elbeuf

L’action est moins développée sur la halte-garderie. D’autres formes de soutien à la parentalité y sont développées notamment parce qu’elle dispose d’un espace d’accueil enfant-parents et que les parents passent beaucoup de temps au sein de l’établissement. En effet, contrairement aux multi-accueils, les parents dont les enfants sont à la halte-garderie ne travaillent pas et sont davantage disponibles pour venir échanger au cours de la journée avec l’équipe.

Les projets LAEP et halte-garderie sont très liés : mêmes locaux, même équipe et la parentalité est un axe de travail transversal extrêmement fort. Au sein des multi-accueils, la diversité des types d’accueil, la rythmicité des journées, l’organisation des équipes rend plus difficile la disponibilité pour les parents sur des temps plus longs que les arrivées/départs quotidiens.

“Les parents dont l’enfant fréquente l’un des multi accueils sont moins disponibles et fonctionnent plutôt sur la base de rdv pris à l’avance. De même, on voit bien l’apport de la rencontre individuelle où la parole est plus libre qu’en collectif, sur ce qui se vit dans la relation avec l’enfant”.

Estimation CCAS

Cette action ne présente pas de difficulté majeure. Elle s’appuie sur les compétences d’observation des Educateurs de Jeunes Enfants (EJE), et leur capacité à accompagner des parents. Elle suppose une reconnaissance préalable de la spécificité de la formation de ces professionnelles, de leur place et en même temps des limites de leur intervention, puisqu’il ne s’agit pas de prise en charge thérapeutique.

Ce type d’accompagnement doit exister en appui sur un projet de service, porté par une équipe pluridisciplinaire, pour que l’EJE puisse aussi avoir des espaces ressources pour partager ce qui se vit dans les ateliers, ses observations, évaluer. Cela nécessite aussi un temps de travail dédié à cet accompagnement individuel, comme partie intégrante des missions des EAJE, en termes de parentalité et de prévention primaire.

Le point de vigilance serait de s’assurer que ces ateliers ne soient pas un espace où l’on dit aux parents quoi faire, mais bien un espace où l’on construit ensemble.

« Le but étant que le parent se sente capable de faire seul. Si le parent n’a plus besoin de nous, c’est gagné ! ».

Photo : Wikimedia Commons / N. Kasp.

Retour en haut de page