J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Ateliers anti-gaspi alimentaire

Ateliers anti-gaspi alimentaire

Constitution d’un groupe anti-gaspi local constitué d’agents du CCAS, d’agents d’animation Ville, de bénévoles (notamment de l’épicerie sociale locale et de l’association Renaissance et culture) et d’habitants. Les activités portent à la fois sur la collecte de produits et leur transformation (réalisation de confitures par exemple). Ces produits seront ensuite proposés à des particuliers en échange de dons de produits alimentaires non périssables, de produits d’hygiène... Un stock pourra ainsi être constitué et redistribué à l’épicerie sociale.

Contexte

Depuis plusieurs années le CCAS de Saint-Michel-sur-Orge met en place des ateliers à destination des usagers et des Saint-Michellois afin de les sensibiliser à plusieurs thématiques telles que la gestion du budget, la prévention santé. Des ateliers emplois sont organisés et un éco-village pour prévenir la précarité énergétique. C’est pourquoi, afin de développer cette sensibilisation et de maintenir le lien avec les usagers, le CCAS organise également des ateliers anti-gaspillage dans la commune depuis 2014.

Les raisons de la mise en place de ces ateliers sont

  • la volonté de créer du lien social en toute convivialité avec une approche vers une cohésion de groupe plus simple et peu formalisée,
  • le souhait d’une activité pédagogique et ludique intervenant en complémentarité des activités existantes.

L’idée est de sensibiliser les usagers, sans les culpabiliser, sur le gaspillage alimentaire.

Description

Principaux objectifs

Le but principal des ateliers est de favoriser le lien social.

Buts secondaires :

  • sensibiliser à la gestion du budget et au gaspillage alimentaire, sans culpabiliser en ouvrant l’atelier à tous, et pas seulement à des publics reconnus comme précaires,
  • favoriser la mixité sociale du public, afin d’éviter la stigmatisation des publics.

Fonctionnement

1) Ateliers anti-gaspillage alimentaire

 
Le but premier est de mettre en place des activités pédagogiques afin de sensibiliser les usagers sur la vie d’un produit, la consommation des fruits et légumes de saison, la lutte contre le gaspillage alimentaire. Et enfin, comprendre qu’un fruit, ou légume, invendu destiné au rebut peut être transformé, consommé et surtout conservé.

Le principe de ces ateliers est de récupérer les invendus de fruits (l’hypermarché local donne gracieusement les invendus au CCAS) et de les transformer en pots de confitures maison. Rien n’est jeté : les épluchures, les coquilles d’œufs, sont données au jardin partagé de la Ville pour le Compost.

Les pots de confitures, confectionnés lors des ateliers, sont échangés, lors de la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire, dans le cadre de l’échange équitable au sein de la galerie marchande Géant, aux abords des caisses.

En effet, pour clôturer les ateliers de l’année, le CCAS de Saint-Michel-sur-Orge organise une manifestation, dans le cadre de la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire. En 2016,le 16 octobre tombant un dimanche, l’événement a eu lieu le samedi 15 octobre. Pour ce faire, des animations ont eu lieu dans la galerie marchande de l’hypermarché afin de sensibiliser un maximum de personnes, pas forcément présentes, au cours d’ateliers de sensibilisation aux gestes éco-citoyen.

Ont notamment été proposés :

  • des animations autour des dates de consommation (dégustation de jus et gâteaux avec des dates tout juste dépassées) et une information sur la lecture des dates de consommation (DDM, DLC…),
  • une intervention de l’association UFC que choisir,
  • une série d’échanges équitables, notamment de pots de confiture, confectionnées lors des ateliers anti-gaspi, contre une denrée alimentaire tels qu’un paquet de pâtes ou de riz, ou des produits d’hygiène. Les denrées alimentaires ont été redistribuées à l’Épicerie sociale (association solidaire) de Saint-Michel-sur-Orge.

2) Nouveau : un groupe anti-gaspi local

 
Fort d’une expérience de deux années consécutives de l’organisation d’ateliers anti-gaspi, et après concertation avec les différents partenaires et participants, une formation « sensibilisation à l’anti-gaspi » animée par l’association Egraine, a été organisée courant décembre 2015. Le groupe des participants était composé d’habitants de la ville, de bénévoles de l’épicerie sociale « la Clairière », de bénévoles de l’association Renaissance et Culture, d’agents du CCAS, et d’agents du service animation.

L’animation et les échanges avec les participants, lors de la formation, étaient constructifs et interactifs, avec une belle dynamique. De ce fait, entre le CCAS et le groupe anti-gaspi, une convention a permis d’acter les interventions du groupe anti-gaspi local lors des ateliers ou d’événements.

L’objectif de cette action était de constituer un « groupe ressource » local qui, dans un premier temps, co-animerait les ateliers anti-gaspi, puis dans un second temps, des stands de sensibilisation sur l’anti-gaspillage lors des événements municipaux.

Les outils de communication sur l’action

Création d’une affiche sur l’anti-gaspi par les animateurs, installée dans tous les bâtiments municipaux, dans les accueils en mairie (centre social, mairie principale…), dans les bureaux d’entretien des travailleurs sociaux, dans les locaux des partenaires…

Des flyers ont également été créés et déposés dans ces lieux avec le même thème de fond que l’affiche.

Les outils pour évaluer l’action

  • Liste d’émargement pour compter le nombre de personnes présentes ;
  • Quantité de pots faits lors des ateliers, quantité de pots échangés, poids en kg de fruits récupérés…
  • Retour qualitatif des participants à la fin de chaque atelier. En 2014 : il avait été proposé un quizz sur l’antigaspi avait été proposé mais il a été abandonné, notamment car certains participants ne sont pas à l’aise avec l’écrit.

Moyens

Moyens humains

1.5 ETP

Moyens matériels

Locaux de l’épicerie sociale (local de la mairie, épicerie sociale associative), bocaux (récupérés), cocottes, matériel permettant de chauffer, sucre...

Coût / budget

En 2014, l’atelier a été organisé sans financement particulier, à l’aide de moyens humains, ainsi que de dons et prêts de matériel par des associations et de particuliers, et avec des prêts de matériels. Le CCAS a bénéficié en 2015 d’une subvention du service Politique de la Ville de 2 000 euros. Cette somme a financé la formation des animateurs. En 2016, elle a servi à acheter le sucre. En 2017, un investissement en matériel sera réalisé. Néanmoins l’action est viable sans subvention puisque sur les autres années tout a été récupéré comme les bocaux de confiture, le tissu et le raphia pour décorer les pots de confiture. L’hypermarché a fait don de fruits invendus.

Bilan

Le groupe anti-gaspi local

La mixité sociale du groupe a favorisé une synergie et une dynamique positive.

Les animateurs du groupe ont organisé et animé, à tour de rôle, tous les ateliers. Ils se sont approprié la thématique et ont travaillé sur des supports pédagogiques accessibles à tous. Afin d’assurer l’organisation, une réunion bilan clôturait chaque atelier. Le groupe reste ouvert et les animateurs sont autonomes quant à la formation sur l’anti-gaspi pour les nouveaux arrivants du groupe.

Plusieurs services sollicitent la participation du groupe anti-gaspi local lors d’événements en lien avec les gestes éco-citoyens. Par exemple le service Politique de la Ville leur a demandé de tenir un stand lors d’une manifestation locale autour de « L’art et la manière de l’éco-consommation ». Le CCAS est très satisfait de leur contribution.

Les ateliers anti-gaspi

  • 4 ateliers ont eu lieu d’avril à octobre 2016 (à raison d’un par mois).
  • 30 participants étaient présents.
  • 26 kg de fruits invendus ont été récupérés, dont 11 kg d’épluchures remis au jardin partagé pour le compost.
  • 48 pots de confiture ont été confectionnés.

Bilan positif, deux participants aux ateliers, en situation d’isolement, ont souhaité intégrer le groupe anti-gaspi et devenir à leur tour animateurs.

La journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire

L’événement a reçu un très bon accueil du public :

  • Près de 150 personnes ont été sensibilisées au gaspillage alimentaire.
  • Près de 43 pots de confitures échangés.
  • Près de 45 kg de denrées alimentaires ont été redistribuées à l’épicerie sociale.

Des habitants ayant participé aux ateliers anti-gaspi, sont venus prêter main forte au CCAS lors de l’événement.

L’un des commentaires marquants partagés par un participant a été : « Tous ceux qui suivront vos conseils vont gagner ! ».

Cette action a permis au CCAS d’être au plus près des habitants et de les accompagner dans un projet commun.
Par le biais de cette action, les habitants sont réellement devenus des acteurs locaux. La constitution du groupe s’inscrit donc dans une démarche participative et solidaire, ce qui est assez novateur. Des habitants ont rompu leur isolement en participant aux ateliers et événements. Ils s’inscrivent maintenant aux sorties ou aux ateliers du Centre Social et de la Maison des Séniors.

Le Groupe anti-gaspi est principalement constitué d’habitants et le CCAS de Saint-Michel-sur-Orge s’avère un précurseur de le thématique anti-gaspillage alimentaire dans le territoire Cœur d’Essonne Agglomération.

Cette expérience est particulièrement mérite d’être valorisée car elle répond à un souhait des habitants de la commune : le fait de s’intégrer au groupe leur permet d’être acteurs au sein de leur ville auprès d’autres habitants sur plusieurs axes, comme le lien social et la sensibilisation aux gestes éco-citoyen.

La mise en place de ce groupe a favorisé également la collaboration entre le CCAS, les associations et les habitants.

Récemment, deux nouveaux habitants de Saint-Michel sont venus rejoindre le projet et se sont orientés vers d’autres activités, telles que les jardins partagés.

Estimation CCAS

L’investissement de tous a permis d’inciter les habitants à se mobiliser dans les actions au sein de la Commune.

Par rapport aux habitants et participants, nous n’avons rencontré aucun frein. Ils venaient au départ pour l’envie de faire des confitures ou bien par envie de participer à une action autour du gaspillage alimentaire.

Nous conseillons de ne pas avoir de crainte quant à la mobilisation des bénéficiaires. Dans notre action, les publics sont venus même si l’entrée de départ n’était pas le gaspillage. Plusieurs éléments motivants sont en effet apparus aux habitants, et nous avons pu nous appuyer sur les bénévoles de l’épicerie sociale qui sont aujourd’hui pleinement associés à l’action.

Notre principal conseil est de trouver un magasin alimentaire partenaire pour glaner des fruits.

Photo : Véronique PAGNIER / Wikipedia

Retour en haut de page